Facebook : les quatre points faibles

CNN vient de publier un article sur les risques majeurs qui pèsent sur Facebook au moment où son introduction en bourse se prépare.

CNN vient de publier un article sur les risques majeurs qui pèsent sur Facebook au moment où son introduction en bourse se prépare. CNN indique en effet que compte tenu de ses faiblesses, le succès de Facebook pourrait n’être qu’éphémère. CNN compare Facebook au Yahoo! d’autrefois et pense que Facebook pourrait connaître le même avenir dans les dix ans qui viennent.

logo facebook

Deux problèmes majeurs pèsent notamment sur l’entreprise : sa mauvaise adaptation aux nouvelles technologies et la fuite de ses meilleurs talents, qui pourraient faire de Facebook non plus l’épicentre d’Internet mais un élément satellite.

J’ai trouvé cette analyse intéressante et je l’ai adaptée pour la partager avec vous et recueillir vos avis sur la question.

Fragmentation du réseau

Le succès de Facebook repose en grande partie sur sa capacité à capter la plus grosse audience du web, de comprendre cette audience et de la monétiser. CNN pense que Facebook ne pourra pas continuer à dominer le nombre de pages vues par mois pendant les 10 prochaines années. Même si Facebook reste LA référence de l’exposition de son identité et de ses relations, on commence à voir que l’engagement profond se développe dans des communautés plus ciblées. Le partage de photo est mieux pensé sur Instagram, la curation de produits est plus adaptée sur Pinterest, l’expression personnelle est plus simple sur Tumblr. Facebook peut naturellement copier ces services, mais les couteaux suisses ne sont pas gagnants sur le long terme.

Facebook n’est pas un « mobile native »

Le trafic web mobile est en train de dépasser le trafic depuis PC. Cette mobilité croissante va certainement renforcer cette tendance à la fragmentation des réseaux. L’un des challenges de Facebook va dépendre de l’écosystème d’applications développé par Apple. Mais son principal handicap est de ne pas avoir été conçu dès le départ pour la mobilité. Il est peu probable que Facebook arrive à dominer le mobile comme il domine Internet. L’exemple vient de Google qui a cédé du terrain à Facebook puisque Google n’était pas « nativement » social. Un concurrent mobile-natif pourrait de la même manière reprendre du terrain à Facebook.

Efficacité de la publicité

Les revenus importants de Facebook viennent de la publicité. Cependant Facebook n’a pas encore démontré sa réelle capacité de conversion. Qui se souvient d’une campagne de pub de 2011 sur Facebook qui a eu un impact réel ? On se rappelle plus facilement de campagnes YouTube voire Twitter.

Fuite des talents?

L’un des points forts de Google est sa très forte culture et sa capacité unique à attirer et à retenir sur du long terme des talents exceptionnels. Être un Googler est semble-t-il un sentiment à part. Et même si les pratiques managériales évoluent, Google devrait conserver cette capacité à conserver les meilleurs talents. Pour Facebook, c’est moins sûr. On en saura davantage dans le futur sur le fonctionnement interne de Facebook, mais si l’entreprise n’arrive pas à créer une sorte de magie comme Google l’a réussi, le colosse pourrait bien démontrer qu’il avait des pieds d’argile.

Ceci étant dit, c’est assez facile de chercher la petite bête. Il ne fait aucun doute que Facebook devrait encore dominer les 5 années qui viennent, mais sa pérennité à plus de 10 ans dépend de sa capacité à relever ces quatre challenges. Donc je suis acheteur, au moins pour quatre ou cinq prochaines années.

(source)


Nos dernières vidéos

30 commentaires

  1. On parle déjà d’une bulle sur les sociétés internet comme en 2000 depuis quelques mois, il suffit de voir le parcours catastrophique du site Groupon à la bourse. Une belle entrée en bourse oui c’est sur (spéculation sur le cours d’introduction), mais un bon plongeon aussi comme Groupon.

  2. Efficacité de la publicité je ne suis pas d’accord. Je me souviens de lolipop ou encore des deux vieillards qui rigolent en regardant notre profil ou encore Paris Deauville. Je pense que l’impact des campagnes facebook peut être très profonde si elles sont centrées sur l’exploitation de nos informations personnelles.

  3. pas d’accord avec le premier argument, la grande majorité des gens veulent un outil unique où ils sont certains de retrouver tous leurs potes… et échanger avec eux toutes informations numériques possibles (textes, images, vidéos, sons, lieux, bons plans, etc)

    Donc, je pense que les gens s’accommoderaient, dans une certaine limite, de fonctionnalités « limitées » pour avoir cet outil de réseau social unique

    Et quand on voit la réactivité de FB, face aux cercles de G+, avec les listes (à mon gout, mieux conçu!), je ne doute pas que FB saura ajouter les fonctionnalités absolument géniales des outils spécialisés pour rester attractif…

    le second argument est surement le plus probable, il y a là un enjeu énorme pour FB

  4. Moi je me demande vraiment comment les concurrents de Google en général vont faire lorsque la nouvelle politique de confidentialité sera en place… En terme d’usage, personne ne va pouvoir sur le court-moyen terme proposer l’expérience que Google va proposer autant au sein du desktop et surtout des plateformes mobiles. C’est une IA totale qui se met en place.

    Je trouve que Facebook fait assez petit joueur à coté. Mais sur le plan du social, il n’y a rien à dire FB est le maître incontesté.

    mais sur le plan plus large et du web, ils sont encore très loin de Google, pour ça ils vont devoir montrer de quoi ils sont capables, et en l’état Facebook bouge difficilement à mon avis. Là ou Google crée plusieurs services qui convergent ensuite.

  5. Pour moi Facebook est victime de la nullité des gens en groupe, le niveau sur ce réseau social est largement à inférieur à celui que l’on peut retrouver sur google + ou twitter. FB est un gros fourre-tout où il est rare de voir quelque chose d’intéressant, à moins que l’on soit fan de plus belle la vie il est vrai.

  6. Pingback: Facebook : le nouveau Yahoo ? | Médias sociaux (FB,Twitter...) | Scoop.it

  7. Pingback: Facebook : le nouveau Yahoo ? | médias sociaux, e-reputation et web 2 | Scoop.it

  8. Pingback: Facebook : le nouveau Yahoo ? | Du bon usage des réseaux | Scoop.it

  9. Pingback: Facebook : le nouveau Yahoo ? | Les réseaux sociaux apprendre à mieux les connaître et à mieux les utiliser | Scoop.it

  10. Pingback: Facebook : le nouveau Yahoo ? | Stratégie réseaux sociaux | Scoop.it

  11. Pingback: Facebook : le nouveau Yahoo ? | Geek kulture | Scoop.it

  12. @Samuel Morgane : +1, c’est en partie à cause (ou grâce) à ce manque d’intérêt (info inintéressantes, etc. ) que j’ai récemment supprimé mon compte Facebook…
    Et puis je pense qu’il faut choisir entre Google+ et Facebook, trop de réseaux sociaux tue les réseaux sociaux, même si certains arrivent à gérer les deux…

  13. Ça fait très longtemps que je pense que Facebook est mort s’il ne change pas. La montée en puissance de Google + va lui faire mal.
    Facebook a grandi trop vite, il fallait pas manger tant de soupe.

  14. Pour ce qui est de mon avis personnel Facebook et le phénomène de ces 10 dernière années, et compte presque 800 million et comme je voie le leader des réseaux sociaux, et au sujet de ces dernier le premier a conquérir ce vaste marché sera toujours le meilleur parce que ça repose sur des relation entre des personnes et pour ce qui me concerne la pire catastrophe pour moi et de me voir bloqué ou supprimé mon compte facebook je croie que je me suis bien exprimé pour que tout le monde peut me comprendre

  15. Pingback: Facebook : le nouveau Yahoo ? « Organisation Économique des Médias

  16. Pingback: Facebook : le nouveau Yahoo ? | Veille de Black Eco | Scoop.it

  17. Pingback: Black Eco's Blog » Facebook : le nouveau Yahoo ?

  18. Pingback: Facebook : introduction en bourse !

  19. Pingback: Facebook : introduction en bourse ! » Coca commente le Web

  20. Pingback: Facebook : les quatre points faibles | VADS Secrétaire indépendante | Scoop.it

  21. Pingback: Actualités du monde - Facebook : introduction en bourse !

  22. Pingback: Facebook : le nouveau Yahoo ? | Actu Tel&Com | Scoop.it

  23. C’est une étude assez minimaliste car on prend des problemes actuels et on les transposent dans le futur! Sauf qu’il ne faut pas oublier qu’en 10 ans toutes les petites mains et tete de Facebook vont s’activer et faire évoluer le site pour justement ne pas décliner, c’est donc sous estimer leur force que de dire que ca va rester figer et décliner !

  24. @Chemseddine : Facebook est une énorme réussite, mais il faut prendre en compte la démocratisation de l’informatique, qui devient de plus en plus simple d’utilisation, et le fait que la population augmente de façon exponentiel.
    Avec ces deux facteurs, il est logique que Facebook soit plus utilisé que MySpace ou MSN auparavant. Tout comme il sera logique que Google+ sera numéro un dans un futur proche (dans deux ou trois ans).
    Bien entendu, la qualité, le marketing, et le moment du lancement reste important…

  25. Pingback: Entrée en bourse : Facebook reconnait ses faiblesses

  26. Pingback: Facebook : le nouveau Yahoo ? | Délivrabilité | Scoop.it

  27. Pingback: Le mobile au secours de Google Plus pour contrer Facebook ?

  28. Pingback: Le mobile, l’arme ultime de Google Plus pour contrer Facebook ?

  29. Facebook semble bien s’adapter pour l’instant.
    Il est vrai que chaque géant peut avoir des pieds d’argile et tomber avec beaucoup d’autres acteurs dans son périple. Je pense que c’est ce risque qui fait dire régulièrement que cela va arriver, car les gens ont peur ou souhaite que cela arrive.
    Le même phénomène marche aussi pour google ou le référencement, on prévoit leur fin régulièrement.

Répondre