Google dans le collimateur d’un procureur du Texas pour l’opacité de son algorithme de recherche

La formule de l’algorithme qui classe les résultats sur les pages de recherche Google est aussi bien gardée que la recette du Coca-Cola. Mais si chez Coca la protection – légitime – d’un secret industriel ne vise qu’à se protéger de la concurrence, il en va différemment avec Google car les enjeux ne sont pas

La formule de l’algorithme qui classe les résultats sur les pages de recherche Google est aussi bien gardée que la recette du Coca-Cola. Mais si chez Coca la protection – légitime – d’un secret industriel ne vise qu’à se protéger de la concurrence, il en va différemment avec Google car les enjeux ne sont pas les mêmes : le succès ou la mort d’une entreprise peut dépendre entièrement de son classement dans les résultats d’un moteur de recherche.

Cette « dictature » de l’algorithme en a déjà énervé plus d’un, et Google fait régulièrement l’objet de suspicions et d’enquêtes sur la façon de présenter ses résultats de recherche, qui pourrait selon certains ne pas être totalement neutre.

C’est pour ces motifs que le Procureur général du Texas vient d’ouvrir une enquête suite à des plaintes pour abus de position dominante. Si les plaignants ne sont pas connus, l’investigation porte sur une éventuelle mise en avant de services de Google ou dans lesquels Google a des participations, au détriment de sites concurrents.

Une investigation qui rappelle des affaires similaires déjà vues récemment de ce côté de l’Atlantique, avec notamment des plaintes de eJustice ou encore Foundem ou Ciao, qui accusent le moteur de recherche pratiquer une concurrence déloyale en biaisant ses résultats et de les pénaliser gravement. Voir à ce sujet : Plaintes contre Google : les raisons de la colère.

Google est certainement une entreprise formidable, pleine de gens formidables, qui propose des services géniaux et indispensables, mais ses pratiques sont parfois détestables de par leur opacité. Bien sûr l’argument massue consiste à expliquer que Google est une boîte privée comme une autre, qu’il n’y a pas de monopole, que l’on peut utiliser d’autres méthodes et d’autres moteurs pour se faire connaître sur le web, mais ces arguties se désagrègent face à la réalité du marché : Google EST le web, et un monopole de fait. Tu marches avec Google ou tu crèves, point. Et dans ces conditions, il paraît légitime que les « clients » (ou utilisateurs) aient droit à davantage de transparence, et à tout le moins, d’information. Est-il normal par exemple qu’à la moindre « infraction » – souvent involontaire ou commise par maladresse ou mauvaise connaissance des règles – un site soit pénalisé, relégué au fin fond des classements, voire blacklisté sans que ses auteurs en soient jamais avertis et sans qu’ils aient la moindre chance de plaider leur cause et leur bonne foi pour une réhabilitation ?

Si les procédures judiciaires peuvent au moins servir à cela : inciter ou contraindre Google à bannir l’arbitraire de ses méthodes, alors croisons les doigts pour que l’enquête du Procureur du Texas aille à son terme.

(source)


Nos dernières vidéos

14 commentaires

  1. Les procès de ce genre sont la rançon du succès pour google. Je me demande bien comment ils comptent prouvé que certain résultat sont « arbitraires » :D.

  2. « alors croisons les doigts pour que l’enquête du Procureur du Texas aille à son terme »

    Croisons les doigts pour que toutes les boites de spamindexing connaissent l’algorithme de Google et donc passent devant TOUS les autres sites ? Je n’ai pas du comprendre… parce que si l’algorithme est connu, c’est exactement ce qui se passera. Une petite PME n’aura jamais les moyens de travailler 250 critères. Si le classement est aujourd’hui pertinent, c’est parce qu’il est opaque. A moins bien sur que l’on veuille se retrouver avec un moteur à la Bing qui se contente d’aller chercher les mots clés dans le ndd pour y voir une pertinence 🙂

  3. +1 pour Seb !
    Peu de gens comprennent ce travers là et peuvent trouver légitime un peu plus de transparence.
    Mais effectivement ce serait complètement contre-productif.
    Leur modèle n’est certainement pas parfait. Mais honnêtement : il renvoie actuellement un max de réponses pertinentes (par rapport aux autres moteurs) et les cas de REEL déclassement (vraiment blacklisté, pas une perte de places classique) SANS tentative de triche ne sont pas légions.
    Ca relève presque de la légende urbaine parfois : »je n’ai rien fait et je suis blacklisté » voit-on souvent sur certains forums. Et en vérifiant : non, il est tout simplement mal classé et très souvent c’est mérité.
    Après, il existe quelques vrais cas mais au milieu des centaines de millions de sites indexés, peut-on s’en plaindre ?
    Attention que le remède ne soit pas pire que le mal…

    Et rien que le droit d’avoir une explication sur un déclassement reviendrait quasiment au même que d’avoir l’explication de l’algo. Puisqu’il suffirait de banchmarker chaque « ruse » et de demander une explication dès qu’on perd une place. On saurait alors exactement le poids de chacune.

  4. Je trouve que l’article n’est pas vraiment convaincant pour contrer « l’argument massue » cité.
    Google est en effet une entreprise privée et non un service public et il classe donc les résultats comme il l’entend. C’est un principe de liberté. Le problème unique est donc bien le manque de concurrence.

  5. Je suis d’accord avec MNS.

    Rien n’oblige à utiliser Google, on ne vous le vend pas avec un ordinateur, à la limite avec un téléphone Android, mais on sait à quoi s’attendre. Déjà que j’étais pas fan du « ballot screen ».

    Ceux qui ne sont pas contents de leur référencement n’ont en fait rien compris. Sur le Web, c’est l’utilisateur qui est roi, en tout cas c’est ainsi que l’on définit souvent un bon design. Les utilisateurs plébiscitent Google, c’est que Google a donc raison. De ce point de vue, s’ils sont mal référencés, c’est qu’ils ne sont pas assez « user-friendly », et finalement c’est assez souvent le cas. De toute façon, la part de marché de Google prouve que les référencements sont corrects, au moins aux attentes des utilisateurs du service, où est le mal ici ?

    Que veut dire un « monopole de fait » en tout cas juridiquement, on a des pratiques anti-concurentielles ou non. Je ne vois pas bien comment on pourrait reprocher sa réussite à Google, surtout aux Etats-Unis.

  6. Je crois que vous avez mal cerné ce que veut dire Eric (il dira peut être si je me trompe ou pas)

    Nous sommes tous d’accord sur le fait que personne n’oblige quiconque à se servir de Google. Que leurs algos restent secrets c’est normal c’est leur fond de commerce.

    En revanche, comme le dit Eric, tout le monde (la plupart) voit Google comme une usine de bisounours. Ils font du fric pas du sentiment. Google est quand même un des rares sites leaders du web à ne pas avoir un lien « contact » sur sa page principale (et même sur les autres d’ailleurs). Impossible de communiquer avec la firme autrement qu’à travers GWT (comme RH on a vu mieux).

    Ce que veut dire Eric (une fois encore tu me dis si je me trompe), c’est que par exemple, un déclassement ou une sandbox sans explications (même si totalement légal) est totalement débile. En gros, un gendarme vous arrête en voiture et vous colle une prune de 300€, j’espère que vous lui demanderez pourquoi? S’il ne vous répond pas et vous dit de payer les 300€, à mon avis vous l’aurez mauvaise.

    Quoi? Ca n’a rien à voir? Beh si, vous pouviez vous déplacer à pied, en vélo, en hélico (pour les plus riches) ou encore prendre une autre route sur laquelle il n’y avait pas de gendarmes. Personne ne vous obligeait à prendre cette route là à cette heure là. Mais quelle frustration de se prendre 300€ d’amende sans motif(s). Avez vous coupé la ligne blanche, avez vous fait un excès de vitesse… Beh rien le flic ne vous le dira pas et vous paierez votre prune.

    Tout cela pour dire qu’entre avoir un algo secret (qui je le répète est normal) et faire la pluie et le beau temps avec les webmasters sans explications, il y a une grosse marge.

  7. J’ai bien compris ce que dit Eric, et ce que tu dis se défend d’un point de vue moral mais devant un tribunal je crains que ce soit malheureusement indéfendable.
    La police fait respecter des lois et réglements alors que google défend librement ses intérêts privés.
    Si demain google fait payer 1000€ la 1ère place dans les SERP, il perdra sa crédibilité auprès du public mais je pense qu’il ne risquera rien légalement.

  8. @Sébastien

    J’aime ce lien contact que tu donnes. C’est un lien que je qualifie de « lien à faire du fric ». Que des solutions autour des services google mais aucun lien pour les joindre en cas de prob quand tu es webmaster. Ca te renvoie direct sur GWT.

    C’est un peu comme les sites de e-commerce. La hotline a deux numéros, un surtaxé et un normal. Il faut bien chercher pour trouver le non-surtaxé 😉

    Non plus sérieusement, ne me dis pas que Google se casse le c** pour aider ses fournisseurs de contenu hein 😉 . Après je suis d’accord, rien ne l’y oblige non plus mais faut pas la faire à l’envers, Google représente 90% du trafic orienté…

  9. « ses fournisseurs de contenu » ?

    Et c’est écrit où que tu es fournisseur de contenu dans le contrat que tu n’as pas passé avec Google ?

    « Google représente 90% du trafic orienté »

    Et ? Donc Google t’envoie gratuitement 90% de ton trafic et… tu gueules. Car tu veux encore + de trucs gratuits. Et puis je crois que tu n’imagines pas le nombre de milliers de blaireaux qui se croient Webmasters qui écriraient toutes les dix minutes à Google pour leur demander : et pourquoi je vois pas mon site ? Et pourquoi la terre elle est pas plate ?

  10. Et mais je crois que tu piges pas @Sébastien.

    Je n’ai jamais dit que Google était hors la loi!!! Google est un moteur qui a besoin de contenu pour fonctionner. En tant qu’utilisateur/webmaster d’internet tu participes à ce contenu. Evidemment il n’y a aucun contrat entre Google et les webmasters et ça les arrange bien.

    « Et puis je crois que tu n’imagines pas le nombre de milliers de blaireaux qui se croient Webmasters qui écriraient toutes les dix minutes à Google pour leur demander : et pourquoi je vois pas mon site ? Et pourquoi la terre elle est pas plate ? »

    Oué ok bon beh il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir donc j’arrête là…

  11. J’ai envie de dire : on les connaît les règles officielles de Google ! Créer du bon contenu et attendre que les liens arrivent tous seuls. 😀
    Merci Google ! 😉

Répondre