Connect with us

Internet

Ils gagnent leur vie avec leur site web : Arnaud Jeulin, Mataf.net

Il y a

le

Quand ils ne font pas des sites web pour les autres, et quand ils ne surfent pas, beaucoup de webmasters, geeks, blogueurs et autres internautes caressent un rêve secret : pouvoir vivre un jour de leur site, ou de leur activité sur le web, en toute indépendance.

Certains y sont parvenus, d’autres y arriveront, et j’ai pensé que le sujet méritait bien une de ces séries qui sont un peu devenues une marque de fabrique du blog que vous tenez entre les mains. A ne pas confondre avec les autres séries, comme Les métiers du web, Dis-moi comment tu blogues ou encore Le mystère des blogbusters

Dont acte : c’est Arnaud Jeulin, de Mataf.net, site d’informations sur le Forex qui inaugure la saga. Le Forex kezako ? C’est le nom savant donné au marchés des changes. Ca peut paraître un peu aride comme ça, mais vous allez voir, ça va bien se passer, Arnaud a plein de choses à nous dire, qu’il dit aussi d’ailleurs très bien dans son blog (qui lui ne lui rapporte rien).

Arnaud, tu peux décrire un peu le parcours qui t’a amené à créer Mataf.net ?

Je travaillais avant dans une société de services informatiques et je faisais du support pour des traders, ainsi que des petits développements d’applications spécifiques à leur métier destinées à leur faciliter la vie.

Et puis ?

A temps perdu j’ai monté un site sur lequel j’ai bossé en parallèle pendant un an. C’était en 2003. Sur ce site, bidouillé en HTML simple j’ai commencé à recueillir et diffuser de l’information financière sur les marchés et la bourse, et il a acquis peu à peu une petite audience de fidèles.

Quand as-tu décidé de franchir le pas et de t’investir à plein temps sur ton site ?

Quand j’ai atteint un millier d’abonnés fidèles, la période a coïncidé avec un licenciement économique. J’ai donc mis à profit cette opportunité pour me consacrer à plein temps à mon site.

Tu utilisais déjà un système de gestion de contenu ?

Non, même si j’en avais les compétences, je faisais encore ça à l’ancienne, du bon vieux HTML statique mis à jour via Dreamweaver et FTP. C’est d’ailleurs encore le cas aujourd’hui, et cela me garantit une grande stabilité même en cas de forte charge et de pic de trafic. De plus je n’ai pas à me soucier d’un éventuel piratage vu que j’ai tout répliqué en local et qu’il me suffit de faire un upload complet du site pour tout remettre en place en quelques minutes.

Quand tu t’es lancé dans l’aventure, tu voyais ça comme un vrai business à développer comme n’importe-quelle entreprise où c’est venu un peu par hasard ?

Non, je voyais cela comme une vraie opportunité d’affaire, et j’ai œuvré dans ce sens. J’ai fait un semblant de business plan, avec prévisions de croissance, chiffre d’affaire, revenus, etc, car le développement de l’audience était prometteur alors que je n’avais fait encore aucun travail d’optimisation du référencement.

Et ça s’est passé comme prévu ?

Pas du tout. Je me suis planté en 3 mois. Pour une raison très simple : alors que le site était 100% gratuit, j’ai fait l’énorme erreur de passer au tout payant en pensant que mes abonnés de la première heure suivraient. Funeste prévision : en passant au payant je suis passé de 1000 à 10 abonnés, et j’ai vite compris que cela ne marcherait pas, résultat, j’ai mis la clé sous la porte.

Ca fait mal ?

Oui, ce fut une terrible claque, tout s’effondrait et ce fut une période difficile.

Du coup tu ne crois plus au modèle payant de l’information sur internet ?

Exact, je n’y crois plus une seconde, sauf pour des sites anciens à forte notoriété et apportant une“je ne crois plus une seconde au modèle du payant pour un site d’information. Pour moi se lancer dans l’aventure d’un contenu payant, même dans la finance aujourd’hui est carrément suicidaire.
.”
info très ciblée à forte valeur et introuvable ailleurs, ce qui fait quand même beaucoup de critères. Mais pour moi se lancer dans l’aventure d’un contenu payant, même dans la finance aujourd’hui est carrément suicidaire.

Tu as rebondi comment ?

Comme j’étais immergé dans l’environnement de la finance et du web, j’ai naturellement fait du trading pendant un an en tentant de gagner un peu ma vie avec la bourse, tout en continuant à alimenter le site à temps perdu, comme ça sans trop savoir.

Qu’est-ce qui t’a remis le pied à l’étrier ?

En parcourant l’information financière j’ai découvert le Forex, un truc encore très méconnu par ici il y a quelques années, et j’ai commencé à m’intéresser sérieusement à la question. J’ai orienté le site vers cette spécialisation, puis j’ai créé un forum en plus du fil d’informations, et l’audience s’est mise à grossir significativement.

Ca te rapportait quelque-chose ?

Oui, c’est à ce moment-là, courant 2003, que j’ai découvert Google Adsense. J’ai inséré des encarts Adsense sur Mataf.net et étonnamment les revenus qu’ils ont généré étaient bien plus importants que toutes les autres formes de monétisation que j’avais testées jusqu’alors ! A tel point que Adsense a pris naturellement le relais de mes indemnités ASSEDIC qui arrivaient à terme, et j’ai pu commencer à me verser mon premier salaire exclusivement avec les revenus gérés par le site. Cela correspondait à un SMIC mais ça suffisait à mon bonheur et surtout la croissance importante et régulière de l’audience laissait présager que ce n’était qu’un début.

Tu es la preuve vivante que l’on peut échouer une fois, se remettre en question sans s’obstiner, puis rebondir et connaître ensuite une vraie réussite ! Quel statut juridique as-tu adopté ?

J’étais en entreprise individuelle, mais je suis en train de passer en SARL, ce sera finalisé dans quelques jours.

Et le trafic ça donne quoi ?

En 2005 j’atteignais les 100.000 visites par mois, ce qui constitue le bon seuil sur ce type de site pour commencer à espérer en tirer des revenus décents. Depuis le trafic n’a cessé de croître avec un rythme métronomique de +50% par an pour atteindre plus de 600.000 visiteurs par mois uniques ces derniers mois.

Donc en fait tu publies de l’information quotidienne sur le Forex, tu publies donc des articles régulièrement, tu bosses à quel rythme ?

Il y a deux gros pics d’activité : l’ouverture des marchés en Europe, entre 6h et 7h30, puis celle des marchés US à partir de 14h30. L’intensité de travail varie selon les semaines : il m’arrive de faire des semaines de 50 heures (veille, rédaction d’articles, maintenance technique du site, relations avec les partenaires et annoncuers…) et d’autres semaines où c’est beaucoup moins intensif, pendant lesquelles je consacre davantage de temps à la veille. Ces semaines-là, je passe beaucoup de temps à surfer non seulement pour trouver de l’info mais aussi pour étudier des cas, améliorer ma connaissance des méthodes de marketing, etc.

Tu prospectes des annonceurs ?

“Je ne suis pas dans une course effrénée au chiffre d’affaire, mon activité fonctionne très bien et gagner plus d’argent ne me servirait pas à grand chose.”Non, jamais, où alors il y a longtemps, une fois ou deux, mais j’ai vite arrêté car je me suis pris des râteaux et de toute façon je n’en n’ai pas vraiment besoin. Je ne suis pas dans une course effrénée au chiffre d’affaire, mon activité fonctionne très bien et gagner plus d’argent ne me servirait pas à grand chose.

Quelle est ta structure de coûts, où ton ratio frais de fonctionnement/chiffre d’affaire ?

Le modèle économique repose sur la publicité, qui constitue l’essentiel du chiffre d’affaire. Les frais fixes représentent environ 12% de mon CA HT. (NDLA : pour des raisons légitimes de confidentialité Arnaud ne souhaite pas publier son chiffre d’affaire)

As-tu déjà envisagé de vendre Mataf.net ou as-tu déjà été contacté par un acheteur ?

Une fois, il y a quelques années, mais la transaction ne s’est jamais concrétisée. De toute façon j’aime ce que je fais et j’ai un attachement presque sentimental avec mon site,  et je ne suis pas spécialement vendeur, pour l’instant tout cela me convient très bien !

Edit : je ferme temporairement (et à contrecoeur) les commentaires sur cet article car il a attiré une avalanche de plusieurs centaines de spams dans les commentaires en quelques heures, probablement dû à certains termes boursiers contenus dans celui-ci… Je tenterai une ré-ouverture des commentaires quand ce flood se sera calmé.

Dernières news

Les bons plans

Les tests