La plateforme Google+ contre Facebook, ou l’enjeu des données personnelles pour la publicité online

En ajoutant l’intégration de Google+ à Adwords et Places dans certains pays, Google regroupe progressivement tous ses outils sous une plateforme, utile à la fois pour les entreprises et pour les utilisateurs, ou plutôt pour les annonceurs et leur audience.

Article rédigé par Florian Puisais, Webaddict, passionné d’actualité et webmarketer depuis plusieurs années, Florian s’intéresse notamment à l’économie et aux usages d’Internet dans le monde.

En ajoutant l’intégration de Google+ à Adwords et Places dans certains pays, Google regroupe progressivement tous ses outils sous une plateforme, utile à la fois pour les entreprises et pour les utilisateurs, ou plutôt pour les annonceurs et leur audience.

L’expansion des pages Google+

D’après des constatations de Mike Blumenthal, expert en recherche géolocalisée, Google+ serait progressivement intégré dans les résultats géolocalisés : les images présentes dans les SERP pour les résultats « Local » renvoient vers une page intermédiaire mettant en avant la page Google+ du site, et la possibilité de l’ajouter à vos cercles. Les annonceurs présents sur Adwords peuvent également lier leur page Google+ à leurs campagnes Adwords en rajoutant une « extension sociale », en plus des extensions « Google places » et « clic to call » pour les mobiles.

Cette semaine, le groupe a par ailleurs annoncé la suppression de nombreux outils : Knol, Gears, Google Friend Connect, Search Timeline, Google Wave, Google Bookmarks.

Plateforme contre réseau social

Ces différentes actualités vont clairement dans le sens du leak d’un rapport d’un ingénieur de Google, qui souhaitait que Google+ adopte une approche plateforme qui intégrant ses différents outils plutôt qu’une approche produits. Avec cette stratégie, Google ne vise pas à concurrencer Facebook en tant que réseau social, mais « cela serait juste un bonus », a récemment déclaré Nikesh Arora, directeur des opérations de Google.

Il y a quelques mois, Eric Schmidt avait reconnu que Google avait raté l’essor des réseaux sociaux. Il semble que même si Google ne parvient pas à imposer Google+ comme un réseau social, son succès en tant que plateforme lui permettait de collecter des données personnelles exploitables pour ses outils publicitaires. Il concurrencerait ainsi Facebook non pas en tant que réseau social, mais en tant que régie publicitaire.

L’outil publicitaire de Facebook que Google envie

Facebook a dernièrement connu un intérêt grandissant de la part des annonceurs en leur permettant d’opérer un ciblage ultra-précis combinant facteurs démographiques, géographiques, affinitaires, et même plus…

On peut cibler par exemple, en 3 clics,  les 1080 personnes de 26 à 30 ans, travaillant à Microsoft en France :

publicité Facebook

Une plateforme au service de la régie publicitaire

Si Google parvient à développer Google+, on peut donc s’attendre dans les prochaines années à ce qu’il sorte des outils de ciblage qui allieront la force de son outil de recherche (données macro) à une dimension one to one (données personnelles).

Et en extrapolant un peu, Google pourrait exploiter les données d’usage de ses terminaux Android et de ses applications, Google TV et Google Music (etc…), et ainsi acquérir un volume de données globales et personnelles bien plus important que Facebook, pour offrir des outils publicitaires ultra puissants alliant ciblage comportemental, géolocalisation, réalité augmentée etc… Bref, un moyen de rentabiliser tous ces outils gratuits, qui ne le sont pas vraiment…


Nos dernières vidéos

19 commentaires

  1. Un blog français qui a compris Google + ? Waaaaaaaouuuuuuuuuuhaaaaaaaaaaaa !

    Quand on voit des types dans les commentaires criser quand ils voient une comparaison entre FB et Google+, faut commencer à s’interroger, voilà qui est fait 🙂

    Dans cette histoire, Facebook on s’en moque …

  2. Pingback: La plateforme Google+ contre Facebook, ou l’enjeu des données personnelles pour la publicité online | Pascal Faucompré | Scoop.it

  3. NB: Si l’aimable modérateur pouvait ne pas valider le message précédent mais celui-ci, l’autre contient une coquille. Merci d’avance.

    Moi j’aime les publicités ciblées c’est peut-être stupide, mais quitte à se coltiner de la pub, si elle est intéressante et utile je préfère !
    Après je ne tolérerais pas une lâchée d’information personnels, celle-ci doivent resté chez google et ne pas être distribués sous d’autre forme que statistique globale ou possibilité de ciblé sans que le publicitaire ne connaissent autre chose que l’efficacité probable de celle-ci.

  4. Une excellente synthèse merci. Je ne suis pas un expert avec Google mais comme vous le faite très bien remarquer, plus Google propose des services « gratuits » plus accumule des informations. Même si je ne vois pas en quoi Google Earth peut être monétiser, rien que de savoir que Google possède toutes les images de la Terre ça fait froid dans le dos.

  5. On sait que l’Open Graph de FaceBook leur permet de profiler les internautes bien au delà du site FaceBook. Je n’ai pour l’instant rien entendu de tel pour GG+. Des infos là dessus ?

  6. Je pense que google peux se servir de son google + pour améliorer encore sa régie publicitaire qui reste déjà dominante sur le marché mais coté vrai social je pense que facebook restera le pionnier.

  7. Pingback: La plateforme Google+ contre Facebook, ou l’enjeu des données personnelles pour la publicité online | Du bon usage des réseaux | Scoop.it

  8. Bonjour,

    Ce qui me chagrine un peu dans tout ça, c’est qu’au travers de ces guerres stratégiques et marketing, l’on ne soit pas vraiment sûr que la finalité soit le bénéfice de l’internaute.

  9. Google a eu raison de lancer Google+, mais il aurait pu intégrer plus de services pour les professionnels. Quant à Facebook on attend son moteur de recherche avec impatience…

  10. En ce moment on a besoin et de Google et de Facebook. On verra bientôt qu’-est ce que va nous apporter en réalité google+. De tout façonne on vie par l’informatique!
    cordialement
    AnnaIvanka

  11. pourquoi cette confusion sur les auteurs: qui a écrit l’article: Eric ou Florian ?
    Pas très clair tout ça…

  12. Le web devient vraiment un lieu malsain. Et dire qu’à l’avenir on risque d’être obligé de s’y connecter…

  13. Florian-Puisais

    L’article est bien un article invité.
    @Pixypia : Il s’agit d’avoir des données géographiques précises pour faire des outils publicitaires avec des fonctions de géolocalisation.
    @Webdesigner : Si facebook récolte des données via l’Open graph. Google peut facilement en récolter via Chrome, la barre d’outil Google, Gg Analytics, Android. Bref l’open graph de Facebook reste assez limité par rapport a ce que Google accumule comme données. Il ne leur manquait seulement la dimension personnelle, et avec Gg+, c’est fait.

  14. Pingback: » Les articles incontournables de la semaine - Wizishop Blog Ecommerce

  15. Pingback: Semaine #47 (2011) – Partie 1/3 | Grokuik

Répondre