Le web sans les mots

A quoi ressemblent les sites web les plus célèbres si on retire mots et images ? C’est la question posée par Paul Armstrong, un webdesigner américain, qui vient de lancer un blog, Web without words,  dans lequel il dissèque les sites connus en affichant un squelette sous forme de blocs de leur page d’accueil. Yahoo

A quoi ressemblent les sites web les plus célèbres si on retire mots et images ? C’est la question posée par Paul Armstrong, un webdesigner américain, qui vient de lancer un blog, Web without words,  dans lequel il dissèque les sites connus en affichant un squelette sous forme de blocs de leur page d’accueil.

Yahoo et CNN sont déjà passés à la moulinette, et pour chacun Paul donne sa vision aiguisée de la construction de la page, et une critique du site.

Un travail de déconstruction intéressant, qui offre une vision différente du web.


Nos dernières vidéos

23 commentaires

  1. En effet, très belle trouvaille.

    Cependant, les critiques sont intéressantes, mais apportent très peu de solutions. Pour Yahoo par exemple, mis à part le conseil sur l’utilisation d’Ajax, il y a peu de suggestions d’amélioration. Or c’est justement ce qui intéresse le plus les webdesigners.

  2. Mouais, même si le concept est excellent en soit, l’analyse qui en résulte est plutôt inintéressante.

    Pour Yahoo par exemple, on a 3 paragraphes qui se courent après et nous expliquent que l’AJAX de Yahoo est beau mais inutile, que l’auteur n’aime pas le header et que Yahoo prend ses visiteurs pour des imbéciles.

    On a quand même fait mieux comme analyse.

  3. Oui mais Webdesign ne veut pas dire seulement technologies employées… Y a aussi la hiérarchisation de l’info, le placement des blocs éléments pour le sens de lecture…

  4. Pingback: Smartine - creation numerique - le web sans les mots | Smartine : Expression Numérique

  5. Je découvre le site par la radio France Inter , c’est super ! mais si je peux me risquer à une petite suggestion, vu les miliards de blogs ou autres sites , on a l’impression qu’on ne crée rien du tout, simplement un foulli fatra farfouillesque de nouvelles comme une brocante du web ! c’est quand même pas mal , mais il faudrait plus d’une journée de 12 h pour y récolter quelquechose de construit. j’ai ma petite idée pour ça ! afin d’aller à l’essentiel de ce qu’on recherche .avec un peu plus de pages clean. Je vais vous suivre avec intérêt et le blog sans mots c’est une excellent approche du clean dont je parle. bravo au concepteur.

  6. Eric

    Sponsorisé ? Un billet sur un obscur blog qui n’a que 2 pauvres articles ?
    Reviens à la raison cher ami, ton troll n’est même pas drôle, et puis c’est pas bien d’usurper l’identité de mon camarade Otto (le vrai, celui qui ne trolle pas)

  7. je viens de recevoir une notification de comm …

    c’est la journée des cons !!!
    ce commentaire n’est évidemment pas de moi éric ! (ip à vérifier)

  8. Eric

    Je sais bien Romain, t’inquiète, je n’ai même pas besoin de vérifier l’IP
    Comme tu dis, les cons sont de sortie cette semaine 🙂

  9. Intéressant, même s’il me semble délicat d’appréhender une interface par l’unique analyse de ses blocs.

    Comment juger ou critiquer l’ergonomie d’un site, sans prendre en compte l’aspect contenus ?

    L’accès à l’information recherchée par l’internaute croise deux paramètres : un paramètre physique, je suis d’accord, mais également un paramètre relevant de la compréhension.

    En d’autres termes, un gros carré gris peut être bien placé, si le titre qui l’occupe est nébuleux à souhait, l’internaute ne trouvera jamais l’information.

    Séparer ainsi aspects physique et psychologique est très amusant, mais peut également mener à une critique biaisée des sites.

  10. Eric

    @Mla, ce que tu dis est exact, je pense avec un peu de recul qu’on est davantage dans l’exercice de style que dans l’analyse réellement pertinente, mais l’angle est intéressant.

  11. Jean-François on

    Rien d’original que de retrouver les fondamentaux de la mise en page avec les gris typo et l’étude des volumes qu’on utilise en print depuis des lustres… mais c’est bien que certains webmasters s’intéressent enfin à ce qui est affiché et pas seulement à la technologie qui est invisible par définition.

  12. L’approche est certes intéressantes mais je pense également qu’il est trop réducteur de ne pas prendre en compte le contenu du site.
    En effet un texte joliment formaté, un titre accrocheur ou une image approprié peuvent considérablement amélioré la visibilité d’un article

  13. Je ne suis pas aussi spécialiste que vous dans le domaine du Web mais je ne comprends pas la réponse « Comme tu dis, les cons sont de sortie cette semaine  » posté par ERIC. Si j’en suis un alors vous n’avez pas compris et c’est dommage que votre site ne semble s’intéresser qu’aux spécialistes. Prouvez-moi le contraire ou bien aurevoir. le respect ça s’apprend.

  14. @origoyen : Ce commentaire ne s’adressait pas à toi, loin de là, mais au petit plaisantin qui usurpe l’identité d’Otto pour dire ses bêtises (le commentaire numéro 8).

  15. @Mla :
    Evidemment le contenu d’un site participe de sa compréhension et le webdesign doit tenir compte du sens des mots, mais je ne pense pas que le travail de Paul nie ce postulat de base, il ne prétend pas non plus proposer un modèle unique d’analyse des interfaces, mais il apporte une vision originale et décalée des sites analysés, qui peut amener certains néophytes (dont je suis) vers des analyses plus poussées.

    Merci pour cette info que j’ai relayée:
    http://lamigrationdelacigogne......-mots.html

Répondre