Connect with us

Musiques

Non, le death métal ne rend pas ses adeptes violents (mais joyeux)

Si l’on en croit une récente étude sur le sujet, le death métal ne rendrait pas ses fans violents ou insensibles, mais leur inspirerait plutôt une sensation de joie.

Il y a

le

death metal joyeux
© Flickr / Xi WEG

L’Université Macquarie en Australie a récemment réalisé une étude afin de déterminer quelle réaction provoquait le death metal chez les personnes qui écoutaient ce type de musique spécifique.

Les fans de death metal sont des fans comme les autres

Pour mener l’étude à bien, ils ont fait écouter la chanson Eaten, du groupe Bloodbath, à plusieurs personnes. Le titre a été choisi car il contient « des paroles explicitement violentes » ainsi que des allusions directes au cannibalisme et à la violence. Sur la totalité, 48 sujets n’étaient pas adeptes de ce genre musical, là où 32 étaient des fans de death metal. Les participants n’ont pas écouté que cette chanson, car les chercheurs ont également diffusé Happy de Pharrell Williams.

Pendant l’expérience, les chercheurs leur ont montré deux images en même temps, une par oeil. La première montrait un groupe d’amis dans la rue, là où la deuxième était une illustration d’une scène violente. Pour déterminer la réaction provoquée par le death metal, les chercheurs se sont donc basés sur la « rivalité binoculaire », un phénomène durant lequel la conscience alterne entre des images très différence. Dans ces cas, les sujets ont tendance à retenir l’image la plus violente plutôt que l’autre.

Selon les résultats de l’étude, les fans de death metal traitent les images violentes de la même façon que les autres, ce qui tend à prouver que la musique n’a pas d’influence sur un potentiel changement de comportement.

Bill Thompson, le directeur du laboratoire qui a mené l’étude sur le death metal a expliqué à la BBC : « Si les fans de musique violente n’étaient plus sensibles à la violence […], ils auraient une réaction différente. Mais ils ont réagi de la même manière que les autres par rapport à ces images ». En conséquence, les chercheurs ont indiqué que « l’exposition à long terme à de la musique aux thèmes agressifs n’entraîne pas une désensibilisation générale à la violence ».

Leur chanteur du groupe de death metal, Nick Holmes, s’est également exprimé sur le sujet auprès de la BBC : « Je serais vraiment horrifié si quelqu’un écoutait la chanson [de l’étude, NDLR] et ressentait le désir d’être mangé par un cannibale ».

Il serait intéressant de réaliser une étude similaire sur les jeux vidéo en plus du death metal, car les polémiques sur la violence de certains jeux sont récurrentes au point que l’on les accuse régulièrement d’être la cause de certains comportements brutaux.

Source

Image

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests