Twilight Football à Iguaçu : la tête dans les étoiles (et les pieds dans l’eau)

La vie de blogueur réserve parfois de drôles de surprises. Comme celle de se retrouver par un beau matin de début d’automne à près de 12000 kilomètres de chez soi pour photographier un match de football au soleil couchant, au cœur d’un site qui compte assurément parmi les plus beaux endroits de la planète.

immat_intro

Petit manuel de géographie footballistique

Pour ceux qui n’auraient pas tout suivi (voir mes articles précédents ici et ici), Sony a mis sur pied une opération d’envergure internationale afin de mettre en valeur l’Exmor R CMOS, une nouvelle technologie intégrée dans ses produits d’imagerie numérique. Cet évènement, baptisé Twilight Football (Football au Crépuscule) consistait à organiser sept matches de football joués au crépuscule dans 7 sites extraordinaires par leur photogénie, situés en différents points de la planète. Les matches ont eu lieu le 22 septembre, jour de l’équinoxe (automne pour l’hémisphère nord et printemps pour le sud), et se sont succédés au rythme des fuseaux horaires correspondants.

Les lieux retenus par Sony étaient donc un terrain flottant sur un Canal à Venise, un terrain sur un glacier à Chamonix (finalement déplacé au dernier moment à Zermatt en Suisse pour de sombres histoires d’autorisations), une arène en Espagne, le Pinnacle Desert en Australie, Les chutes d’Iguazu en Argentine (frontière argentino-brésilienne, le site est en fait partagé par trois pays avec le Paraguay), Tintagel Castle en Cornouailles anglaises et enfin une zone désertique près du Cap en Afrique du Sud. Tous les liens de ce paragraphe pointent sur des albums Flickr, et je vous invite fortement à cliquer si vous voulez vous rincer l’œil avec quelques images superbes.

troisfrontieres

L’opération, organisée par les équipes britanniques de Sony Europe conjointement avec une agence anglaise spécialisée dans l’organisation de ce genre d’évènement, et relayée par les divisions de Sony dans chaque pays concerné par l’aventure, était composée d’un concours permettant à des photographes amateurs de gagner leur place de Twilight Hunter (chasseur de crépuscule) et donc de partir sur l’un des sept spots pour assister au match et faire un reportage photo avec du matériel Sony. Pour la France, les deux lauréats, tirés au sort par l’Equipe Magazine et TF1 sont partis accompagnés d’une personne de leur choix. Nous avions donc 4 Twilight Hunters avec notre petite équipe de frenchies.

passport01

passport02

La petite famille du football

Côté footballeurs, les équipes étaient composées de sept joueurs pour des matches à cinq (et deux remplaçants, donc), sélectionnés et coachés par un journaliste (Didier Roustan) et un ancien joueur professionnel (Manuel Amoros). L’équipe française rencontrait une équipe espagnole à Iguazu, et chaque match offrait une confrontation entre équipes de différentes nationalités représentant les pays participants. Notre équipe était constituée de joueurs semi-professionnels exerçant dans des championnats de foot à onze, de Futsal ou de Beach Soccer, avec notamment Sébastien Perez, formé à Saint-Etienne et ancien joueur de l’Olympique de Marseille (contrairement à Amoros, il n’a donc jamais joué à l’OL, personne n’est parfait).

team04

Enfin, un blogueur-reporter était également invité à se joindre à chaque délégation afin de couvrir l’évènement pour chaque pays sélectionné, et c’est donc à Presse-citron qu’a été attribué cet immense privilège par Sony pour la France. Appelez ça voyage de presse ou publi-reportage, comme vous voulez. Moi j’appelle ça surtout une aventure unique et extraordinaire (au sens étymologique du terme), que l’on n’a certainement pas l’occasion de connaître très souvent dans une vie. Pour ceux qui se posent la question : Ahn Phanh du Journal du Geek a accompagné la délégation en Afrique du Sud, mais à titre d’invité « non officiel ».

Une logistique façon no limit

Un mot sur la logistique et l’organisation des matches, qui était à la hauteur de l’évènement, comme nous avons pu en avoir la démonstration  en direct à Iguazu (pour des raisons malheureuses, j’y reviendrai) : chaque match était donc disputé sur un site hors du commun, sur lequel était bâti ou aménagé un terrain de foot provisoire. L’idée étant bien entendu de fournir un contexte propice à la réalisation d’images extraordinaires, voire surréalistes, prises en condition de faible luminosité, en fin de coucher de soleil, afin de démontrer l’efficacité de la puce équipant les derniers capteurs Sony, qui permet de faire des photos de très bonne qualité dans des conditions de faible luminosité, sans recourir au flash (j’ai testé : je confirme, vous pourrez le constater sur ma galerie Flickr dont le lien figure à la fin de cet article).

Ainsi, par exemple, à Venise, une plate-forme recouverte d’un revêtement synthétique a-t-elle été aménagée sur la lagune, alors que dans le désert sud-africain, les joueurs ont pu exercer leur art du dribble et du centre ajusté sous le regard curieux ou snob des occupants des lieux, à savoir, entre autres, éléphants et lions ! Pour notre équipe à Iguazu, je crois pouvoir dire sans trop m’avancer que le site prévu et son contexte dantesque était certainement le plus ahurissant de tous puisque notre match devait se jouer sur une plate-forme installée sur la plage d’une île rocheuse située au cœur, et même au pied des chutes, et accessible uniquement en bateau, comme le montre le plan ci-dessous (cliquer dessus pour agrandir), ce qui aurait donc dû ressembler un peu à ça, en mieux.

plan iguazu
Le site Twilight Football Iguazu (cliquer pour agrandir)

Les matches étaient composés de deux mi-temps de vingt minutes chacune, et quand je vous parle d’organisation au petit poil je vous prie de croire que ce n’est pas une vue de l’esprit puisque dans le dossier qui nous a été remis à notre arrivée, le simple règlement du jeu et les normes du terrain remplissent un document de 10 pages…

La pluie en guest-star de dernière minute

Tout était donc réuni pour que l’évènement soit un truc mémorable, et je crois qu’il l’a été pour la plupart. Malheureusement tout n’a pas été parfait pour autant : le climat s’étant invité sans prévenir un peu au dernier moment, l’équipe dont je faisais partie à Iguazu a dû déchanter dès son arrivée en apprenant que le site sur lequel devait se jouer le match était impraticable en raison de pluies diluviennes qu’a connue cette région depuis quelques semaines : le niveau de l’eau était monté jusqu’à engloutir la plage sur laquelle devait être bâti le terrain sous 9 mètres de flotte… Un niveau pas atteint depuis plusieurs années selon les interlocuteurs locaux.

Exit donc le match au pied des chutes. Fuck. Découvrant cette mauvaise surprise aussi au dernier moment à son arrivé sur place dimanche, l’organisation a donc dû trouver à la hâte un plan B, à savoir un site ou installer un terrain de foot praticable et offrant quand même une vue satisfaisante – sinon spectaculaire – sur le crépuscule et permettant de faire des photos potables. Nous nous sommes donc rabattus sur un village amérindien au cœur de la jungle subtropicale dont les habitants, adorables, nous ont accueillis à bras ouverts, musique locale à fond les baffles. Et si le site était forcément moins grandiose que celui prévu à l’origine, le dépaysement n’en n’était pas pour autant au rendez-vous.

chutes01

Cela étant, une balade en bateau le matin du match au pied des chutes et le long de l’île qui aurait dû nous accueillir n’a fait que renforcer nos regrets – qui resteront éternels – face au mauvais tour que nous a joué la météo, tant l’idée de se retrouver ici pour un match de foot au crépuscule avec en bande sonore le tonnerre assourdissant des chutes d’Iguazu était un truc absolument hors normes, dont le souvenir raté hantera certainement tous les participants à l’aventure pendant de longs mois. Un imprévu qui a cependant eu un point positif : avoir vu les chutes d’Iguazu dans leur version la plus torrentielle, autrement dit la plus impressionnante.

chutes05

Et ce d’autant que le jour du match il a plu sans discontinuer à tel point que l’annulation pure et simple de celui-ci fut envisagée pendant un moment, jusqu’à ce qu’une éclaircie miraculeuse de deux heures permette enfin à la confrontation tant attendue entre la France et l’Espagne. La suite appartient déjà à la petite histoire : le match se joue par temps sec mais sur un tapis de boue rouge transformant le terrain en patinoire (ou en pataugeoire), la France l’emporte 4 à 2, Sony France découvre qu’il y a dans son équipe une supportrice de choc assez généreuse en noms d’oiseaux à l’adresse de l’adversaire espagnol au cœur de l’action, et les flashes des appareils-photo… ne crépitent pas puisque le but était justement de faire des photos sans flash, voyez-vous.

match01

Afin de tenter d’imaginer et mieux vous faire comprendre le contexte dans lequel aurait dû se dérouler le match, j’ai réalisé ces deux petits montages sans prétention qui représentent la scène ou ce à quoi elle aurait dû à peu près ressembler si le beau temps avait été de la partie.

montage01

montage02
(toutes photos ou montages illustrant cet article : Eric Dupin)

La part du rêve

Surréaliste. C’est le mot qui revenait le plus souvent dans les propos échangés entre les participants à ce Koh Lanta de luxe. A part peut-être quelques journalistes-reporters professionnels qui sont davantage habitués à couvrir des évènements à l’autre bout de la planète, nous étions quelques-uns à nous pincer régulièrement pour vérifier que nous n’étions pas en train de rêver. Surréaliste, le ratio entre distance parcourue et durée de l’évènement, surréaliste, l’idée de quitter son domicile le dimanche pour y être de nouveau le jeudi soir après un tel périple, surréaliste de réaliser que, le climat étant à peu près équivalent à cette saison, à Iguazu nous n’étions plus en automne mais au printemps (les feuilles faisaient leur apparition sur les arbres), surréaliste enfin cet hôtel de grand luxe à l’architecture incroyable de pierre et de bois exotique, parfaitement intégré dans son environnement perdu au fin fond de la jungle, accessible uniquement en minibus par une piste de terre ocre de 5 kms transformant chaque sortie en rodéo sur le sec ou en séance de dérapages contrôlés quand il pleuvait.

hotel01

Un gros investissement, mais quelle retombées pour Sony ?

Pour Sony, l’intérêt d’une telle opération semble multiple, et se mesure sur le court et le moyen terme, comme par exemple :

  • bénéficier d’un buzz important généré par les invités eux-mêmes, y compris les blogueurs bien entendu
  • renforcer son image premium en créant un évènement planétaire que personne d’autre n’avait imaginé jusque-là
  • récupérer un contenu important produit par tous les participants à cette opération, puisque ce sont déjà des milliers de photos et vidéos qui ont été réalisées, avec les droits cédés à Sony, qui pourra les utiliser comme bon lui semble dans les mois à venir, et en extraire un matériel promotionnel substantiel en vue de la prochaine Coupe du Monde de foot de 2010 en Afrique du Sud
  • obtenir une couverture média significative : plusieurs médias étaient de la partie, avec notamment dans notre équipe un reporter de TF1 (Téléfoot) et Didier Roustan pour l’Equipe TV, qui ont tourné des heures de vidéo pour des sujets à venir sur leur chaîne respective (ne ratez pas Téléfoot dimanche, même si le sujet sera malheureusement certainement réduit à portion congrue en raison du déplacement du match hors des chutes d’Iguazu)
  • accessoirement, apporter une dimension supplémentaire à sa communication : celle du rêve. C’est important, le rêve.

Et pour finir, place aux images, retrouvez les photos de l’évènement sur Flickr :

Les miennes (prises avec un Sony Cybershot DSC TX1 à capteur Exmor R)… :

… et les autres :


Nos dernières vidéos

37 commentaires

  1. mais pourquoi avoir désactivé les infos EXIF dans la galerie flickr ? ca aurait été précisément intéressant de voir ce genre d’infos pour des conditions particulières comme ça 🙂

  2. quel bain de boue! 🙂
    sacrée aventure, ça doit être d’enfer quand on aime le foot! 😉
    bon retour sous le soleil radieux lyonnais.
    et bon WE à tous!

  3. C’est clair que c’est un sacré coup marketing pour Sony!

    J’aurai la chance d’aller en Argentine d’ici 3 semaines pour 3 semaines, et du coup il était bien évidement inévitable de prévoir un périple à Iguazu. Du coup, j’ai juste un petite question technique – et presque hors sujet – à savoir si les appareils photos ne sont pas trop mal-menés près des chutes ?! Au vu de tes photos, il semble y avoir pas mal de brume et il est vrai que je m’inquiète un peu pour mon 450D !

  4. Eric

    @Tom : je n’ai rien désactivé, je ne sais pas pourquoi les données EXIF n’apparaissent pas. Peut-être parce-que j’ai fait un traitement par lot des photos pour les redimensionner ?

  5. Pour les chutes du Niagara, sur le bateau ils fournissent un imper (disons une bâche) parce qu’effectivement, c’est une vraie douche. 🙂

  6. Ca fait REVER ton récit !!!
    Gros chanceux !

    Moi qui aime les voyages et la photo, j’aurais bien pris ta place !

    Par contre pour le capteur EXMOR machin truc, j’ai pas été convaincu du tout en regardant les photos de la galerie rapidement… et puis je doute que Sony est pris une avance révolutionnaire en terme de capteur, notamment par rapport à Canon qui fait du capteur qui bruite peu à 6400 ISO maintenant… mais bon pour ca il faut attendre les tests un peu plus pro je pense.

  7. Arf du rêve à l’état pur. Faire du football dans un endroit pareil, ca fait forcement rêver.

    En tout cas très belle opération marketing de la part de Sony et surtout très belles photos Éric, bravo.

  8. Eric

    @Luc : si tu y vas dans 3 semaines, la saison aura déjà bien avancé et le printemps se sera installé, donc certainement moins d’intempéries.
    Comme le dit mrboo, sur les passerelles, si tu ne t’approches pas trop des chutes ça devrait aller. Sur le bateau, prévois une poche plastique étanche pour ton appareil, mais ils donnent des sacs étanches au début du trajet. Bon voyage, et prépare-toi à en prendre vraiment plein la gueule sur ce site des chutes d’Iguazu, c’est vraiment époustouflant, en beauté et en puissance. C’est au-delà de ce que tu peux imaginer.

  9. whouaou y budgétent bien le buzz chez sony !
    ça devait être bien hallucinant, dans 10 ans tu verras ils t’enverront tâter de la photo sportive sur la lune 😉

  10. Bonne idée, mauvais résultats.
    Le problème c’est que le résultat ne donne que des photos d’amateurs (mauvais sujet, mauvais cadrage, mauvais choix de focale …). Certes, c’est le public de Sony, mais le grand public aime bien voir ce que les pros arrivent a tirer de l’appareil. Et là il n’y pas vraiment de photos où on se dit : Whoa! Je peux faire ça avec cet appareil ! Je l’achète !

    PS: Je ne veux pas dire que le capteur de Sony n’est pas bon; c’est Sony qui fabrique les capteurs de Nikon… Ils savent donc faire.

  11. Eric

    @blogarithme : je vais passer sur le ton un peu hautain de ton commentaire pour répondre sur le fond : si tu as raison sur le risque pris par Sony de n’avoir que des photos de qualité moyenne faites par des non-professionnels (c’est le cas des miennes), je pense que tu te trompes sur le reste, car la grande majorité des photos publiées dans les albums Flickr que je cite sont d’une excellente qualité, et pour certaines, exceptionnelles.

  12. super ce trip, moi qui habite pas loin, je confirme que foz est le plus bel endroit du Brésil. il y a le barrage d’itaipu à côté qui vaut la visite, c’est un des plus grand barrage du monde. Le coin est aussi le plus gros point de contrebande de la région sud américaine où on peut trouver à peu près tout sur place, des fausses montres, mais aussi de la cocaïne à bas prix. Ce serait aussi le refuge de certains terroristes qui viennent ce reposer dans un endroit tranquille , mais ça je n’ai pas de preuve, c’est peut être un mythe, cela dit l’endroit est idéal pour se cacher, avec trois pays au même en droit!

  13. Iguaçu s’il vous plaît, pas iguazu !
    Je sais pas si c’est pour la prononciation que vous avez changé l’orthographe (phonétiquement c’est plus iguassou d’ailleurs Oo), ni si dans les autres pays c’est ainsi que ça s’écrit, mais dans la première image on lit bien iguaçu, et en 19 ans de vie franco brésilienne ça s’est toujours appellé iguaçu.

    ._.

  14. Pingback: Matériel photographique | Presse-Citron

  15. Pingback: 11 vidéos sur l'iPad | Presse-Citron

  16. Quelle belle aventure ! Je découvre ceci.. je n’en avais jamais entendu parlé !
    Vos photos sont super… bravo belle expérience

  17. Pingback: Salon de Detroit : Ford, voitures intelligentes et dévelopement durable

  18. Pingback: Mobile World Congress, Barcelone : Sony dévoile le Xperia P et le Xperia U

  19. Pingback: Actualités du monde - Sony dévoile le Xperia P et le Xperia U au Mobile World Congress de Barcelone

  20. Pingback: Sony dévoile le Xperia P et le Xperia U au Mobile World Congress de Barcelone

  21. Pingback: Loi Suites Iguazú Hotel, Iguazu (Argentine)

Répondre