Vous êtes dans le viseur de Wikileaks ? Achetez des noms de domaines !

On le sait, la gestion de sa réputation sur internet passe aussi (et d’abord ?) par une bonne stratégie d’achat de noms de domaines. Enfin, quand je dis « on le sait », cela ne semble pas encore le cas pour tout le monde, et nombreuses sont les entreprises, notamment par ici, qui élaborent de coûteux plans

On le sait, la gestion de sa réputation sur internet passe aussi (et d’abord ?) par une bonne stratégie d’achat de noms de domaines. Enfin, quand je dis « on le sait », cela ne semble pas encore le cas pour tout le monde, et nombreuses sont les entreprises, notamment par ici, qui élaborent de coûteux plans marketing et d’ambitieuses campagnes de communication en ayant juste oublié d’enregistrer le nom de domaine correspondant (souvent une expression, maintenant). Ce qui peut in fine créer de graves difficultés, voire dans certains cas extrêmes, remettre en question ladite campagne.

Je connais un exemple croustillant qui m’a été rapporté il y a quelques temps, et qui concerne une grande marque française, mais je ne peux malheureusement pas le dévoiler ici. Sachez seulement qu’il s’agissait d’une expression sur laquelle était fondée l’intégralité d’une campagne qui dure maintenant depuis plusieurs années, et que l’agence de communication qui gère le budget avait tout simplement omis d’enregistrer le slogan en nom de domaine. Lequel nom appartenait à un particulier de toute bonne foi, auquel la marque a été contrainte de le racheter à prix d’or (tant mieux pour mon collègue, qui aurait pu s’acheter une Porsche cash avec le petit chèque…).

Sinon il y a la méthode bulldozer

Et puis, de l’autre côté, il y a les prévoyants, ceux qui savent et qui prennent les devants. C’est le cas de l’illustre Bank of America (BOA), qui a appris récemment une assez désagréable nouvelle : Wikileaks aurait quelques dossiers sur la maison et s’apprêterait à les publier début janvier 2011. Branle-bas de combat dans la haute direction de l’institution – ce qui laisserait penser que quelques cadavres exquis traîneraient encore dans ses placards – qui se met en ordre de bataille pour contrer l’effet Assange et préparer sa communication de crise.

Et comme la bataille va évidemment se dérouler d’abord sur le net et que gouverner c’est prévoir, le board de BOA achète en masse depuis quelques jours des centaines de noms de domaine censés la protéger contre une cabale sur internet. Ainsi des noms aussi délicieux que « BrianMoynihanSucks.com » ou « BrianMoynihanBlows.com ont-ils, entre autres, déjà été réservés, au cas où. Brian Moynihan ? Le PDG de BOA, tout simplement. On n’est jamais trop prudent.

Des centaines de noms de domaine donc, selon Domain Name Wire. Une stratégie de « rempart » qui n’évitera probablement pas le grand déballage promis par Wikileaks, mais qui vise à en limiter les dégâts collatéraux en s’accaparant par avances les armes afin de ne pas laisser de munitions au camp ennemi.

J’imagine d’ici la tête de l’employé de BOA à qui son boss a demandé de réserver « mon PDG pue », « mon boss craint » et autres amabilités, juste pour prouver le contraire : qu’il ne pue pas. Finalement on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, et ça marche aussi pour les insultes. A moins que ceci ne vise à faire acte de contrition, le premier pas sur le chemin de la rédemption ?


Nos dernières vidéos

20 commentaires

  1. Ils ont l’air vraiment désespérés pour réserver des noms de domaine aussi injurieux ! Comme si WL allait les insulter d’une façon aussi stupide.
    Ou alors ce n’est pas de WL qu’ils ont peur mais de la réaction des internautes suite aux révélations de WL.

    Vive WikiLeaks, vive Cryptome, vive la vérité.

  2. Pingback: Tweets that mention Vous êtes dans le viseur de Wikileaks ? Achetez des noms de domaine: On le sait, la gestion de sa réputa... -- Topsy.com

  3. Pingback: Vous êtes dans le viseur de Wikileaks ? Achetez des noms de domaine Presse citron (Blog) Tue, 28 Dec 2010 08:53:22 | Region MAG Internet

  4. ils confirment donc par avance qu’on a du lourd à leur sujet, on peut donc révéler des choses à gros coups de bluff, et prêcher le faux pour entrevoir le vrai. c’est génial, on n’a pas fini de se marrer! 🙂

  5. Tu nous fait saliver avec ton exemple qui n’en est pas un… 😉
    Mais cela ne m’étonne pas trop, la plupart des personnes travaillant dans ces entreprises ne connaissent pas trop l’importance de l’enregistrement du domaine.
    Ce qui est dommage aussi, ce sont ces entreprises qui possèdent des noms de domaine en or et qui ne les exploitent pas du tout… (genre BNP avec assurance.fr)

  6. Le même « marché » existe aux USA avec les noms et prénoms des ex petit ou petites ami(e)s. En tapant le nom et le prénom d’une personne précise, on tombe parfois sur des photos intimes etc. Le terme bitch revient souvent…

  7. Pingback: Cameround

  8. Excellent l’histoire de la marque française qui a oublié de déposer le nom de domaine correspondant à sa campagne ! On a toujours l’impression que ce sont des grosses machines bien rodées qui ne font pas d’erreur…ou pas 😉

  9. Le marché des noms de domaine est encore très en retard en France.

    Ceux qui ont compris l’intérêt d’un bon nom de domaine ont déjà une sacré longueur d’avance quand on voit les tarifs de revente sur des place de marché comme Sedo !

Répondre