Webgazelle, un CMS avec une vraie web agency à l’intérieur

Cela fait un petit moment que nous n’avons pas parlé de CMS[1] par ici, et pour cause : alors que j’utilisais et mentionnais fréquemment le bon Joomla dans ces colonnes, je dois dire que – évolution d’activité oblige – WordPress a tout raflé sur son passage depuis trois ans, ne laissant que des miettes aux

Cela fait un petit moment que nous n’avons pas parlé de CMS[1] par ici, et pour cause : alors que j’utilisais et mentionnais fréquemment le bon Joomla dans ces colonnes, je dois dire que – évolution d’activité oblige – WordPress a tout raflé sur son passage depuis trois ans, ne laissant que des miettes aux autres.

Et pourtant, des autres, il y en a pléthore, et des très bons, y compris sans aller chercher très loin. Les français de Cognix Systems[2] par exemple, une agence web officiant sur le marché depuis 2002, qui ont eu l’idée un jour de développer leur propre CMS, d’abord pour eux, dans un souci d’optimisation des coûts de production, puis directement pour leurs clients.

L’approche autour de Webgazelle (c’est le nom du CMS) est originale car elle fait appel à plusieurs compétences et services que l’on retrouve généralement éparpillés dans le petit monde de la création et de la maintenance de sites web : l’étude préalable, le déploiement, le référencement et les mises à jour.

Des tâches qui sont souvent fractionnées entre plusieurs prestataires : d’un côté l’agence web ou un développeur freelance qui crée généralement des sites avec de grandes variations dans la qualité et les tarifs, d’un autre, quelques sociétés à très bas coût qui grâce à leur puissance commerciale  inondent le marché avec des sites low-cost clés en mains (je ne citerai personne…), et enfin, des solutions de création de sites par soi- même comme celles offertes par certains hébergeurs, solutions aux tarifs ultra compétitifs, souvent de très bonnes solutions techniques mais avec très peu de service.

Et au milieu de cette offre, les CMS pour les clients en quête d’autonomie ou les webmasters qui souhaitent déployer rapidement des sites sur un noyau commun, connu et documenté.

Le tout-en-un appliqué au déploiement de sites web

Webgazelle tente dans son approche de rassembler un peu le « meilleur » de ces différentes prestations en associant dans son offre le conseil, le suivi et un CMS en Ajax qui permet au client de gérer relativement facilement et intuitivement son site au quotidien et ses mises à jour. Quand je dis « relativement » c’est que je sais par expérience que personne ne fait de miracle en la matière, et que le meilleur CMS du monde posera quand même un jour ou l’autre des problèmes au client final, quand il n’est pas purement et simplement abandonné au profit d’une prestation de maintenance complète, incluant modifications et mises à jour du site du client.

Webgazelle propose trois offres avec trois niveaux de tarif et de prestation avec dans chacune une prestation « humaine » qui entend faire la différence avec un CMS classique (conseil en amont, design personnalisé, intégration, formation, infogérance et référencement).

Une fois le site déployé, le client peut prendre la main et gérer les mises à jour avec un interface simple et quelques fonctionnalités comme l’analyseur de référencement, l’encodage en Flash à la volée des vidéos, la définition de zone cliquable sur les images ou encore la hiérarchisation visuelle des menus par simple glisser-déposer.

Une approche différente du concept de CMS. Reste à convaincre les utilisateurs de la pertinence de la démarche, eux qui sont habitués à deux modèles bien installés : payer une agence ou installer gratuitement un CMS.

[1] Content Management System – Système de Gestion de Contenu : un logiciel ou service en ligne qui permet à une personne sans formation aux techniques du web de gérer les mises à jour et les modifications d’un site de façon visuelle avec une interface de type traitement de texte.

[2]Cognix est partenaire de presse-citron pour l’infogérance de son serveur


Nos dernières vidéos

26 commentaires

  1. Pourquoi aller payer un cms alors qu’il y en a tant de gratuit, c’est abusé, business model bancal, ou alors vente à des clients cons et abus de leur confiance en leur faisant croire qu’un cms pourra être aussi souple qu’un site dev par un mec from scratch, au choix …

  2. C’est vrai qu’il n’y a plus que deux horizons possibles pour les utilisateurs qui sont un peu pris en tenaille par WordPress et ses milliers de plugins qui font même le café. Et il y a toujours un moment donné où le café en question n’a pas tout à fait le goût désiré ! 😉

  3. Bof. Y’a de très bons CMS qui existent déjà et sont bien plus aboutis. C’est une n ème fois ré inventer la roue,…

  4. Pingback: Tweets that mention Webgazelle, un CMS avec une vraie web agency à l’intérieur -- Topsy.com

  5. C’est vrai que ce CMS a l’air bien sexy et qu’il semble pouvoir faire beaucoup de chose. Personnellement, le seul truc qui me gêne c’est que je n’ai pas vu apparaitre de mention open-source (peut être lu trop vite).

    De fait ça signifie une solution bonne mais fermée avec une paire de menotte autour des poignets et donc pas la possibilité de changer de prestataire si ça ne va plus.

  6. Effectivement, les trolls risquent de se bousculer ici…
    par exemple pour s’interroger en quoi c’est « Une approche différente du concept de CMS », ou encore pour expliquer qu’installer gratuitement un CMS n’a jamais dispensé de faire appel à une agence…

  7. On dirait surtout que la france ne jure que par wordpress…

    qui, rappelons le, est, selon moi, loin d’être un vrai CMS.

    WordPress c’est avant tout un moteur de Blog.

    la ou wordpress a gros à joué à mon avis, c’est plutôt que de se tourner en CMS, il devrai vraient continuer a prendre la direction de gestionnaire de communauté en ligne…

    ce qui me semble bien différents.

    la grosse différence se situant dans le fait que dans un CMS c’est le webmaster qui gère ses contenus (pages, news, faq…)
    alors que dans la communauté, tout se gère en front-end via les contenus gérables par les utilisateurs, mais dans ce cas, plus de gestion d’arbo ou de pages.

  8. Eric

    @Norman : je pense que c’est une approche différente dans la mesure où l’agence fournit à la fois l’ingénierie ET le service. Généralement (en tout cas dans ce que je vois de ma petite expérience) les agences qui font de la presta web s’appuient sur un CMS tiers (Typo3, Joomla…). Ici le CMS est développé en interne. Mais je ne dis pas que ce sont les seuls, d’autres font cela aussi.

  9. @christophe, effectivement l’outil n’est pas libre (en tout cas à l’époque ou je l’ai installé dans ma boite … il y a 2 ans).
    L’interface est sympa, mais pas non plus extraordinaire.
    Ce que je retiens c’est que les secrétaires (qui n’avaient aucunes compétences en web) peuvent administrer le site facilement (c’était d’ailleurs le principal critère du marché).

    Par contre, je trouve le post assez orienté … mais bon …

  10. Je trouve pas ca si mal, et surtout très courageux de s’attaquer ainsi aux mastodontes du secteur…

    Cela dit, ca ne va pas m’empêcher de continuer d’utiliser wordpress 🙂

  11. C’est vrai que ce post publi info me laisse perplexe.. Une web agency qui déploie sont propre CMS, quoi de plus banal.

  12. @Gwen22 : c ‘est vrai ça, aucun intérêt de parler de ce CMS de base … tu as eu une réduction sur ta prestation ou koi ? Décevant !

  13. Bien aimé ton résumé des prestataires et agences web existantes. 🙂
    Sinon pour moi le débat sur les CMS est surtout une question de budget et du temps qu’un client souhaite consacrer à la gestion de son site et en fonction de ses connaissances informatiques… donc ce n’est pas toujours la solution adapté.

  14. Je ne sais pas quel est vraiment la licence du CMS, mais à la lecture des CGV, les clients ont bien accès au source.

    Le CMS a l’air sympa, et finalement je trouve sympa de parler des trolls français.

  15. @Oscar : non pas de réduc, mais de mémoire leur offre était très compétitive … c’est pour ça qu’on l’a retenue 🙂

  16. Dans mon agence web, nous travaillons avec plusieurs CMS, opensource ou sous licence payante.

    Car le propre d’une web agency est de réduire au maximum les développements spécifiques et de faire le plus d’intégration possible. Or en fonction de la typologie de la demande du client, chaque CMS a ses atouts et ses défauts.
    Nous avons développé un CMS en interne, mais nous utilisons aussi Drupal (qui n’a d’ailleurs jamais été testé dans Presse Citron…), WordPress et Café central, un CMS très ergonomique pour l’utilisateur final mais payant.

    Mais le CMS n’est pas toujours LA réponse et les développements maison sur la base de framework comme CakePhp sont légions.

  17. Vincent Moreau on

    Precision : la plupart des agences travaillent sur un CMS.
    Vincent Moreau (Systonic)

  18. Pour la plupart des projets, l’important n’est pas le CMS (Joola, Drupal, Magento…) dont le choix reste une étape vite réalisée. L’important, c’est le conseil, l’écoute et l’analyse des besoins, le référencement, les contenus, le graphisme… et ce à des prix abordables (pour les TPE, PMI/PME qui sont concernées par cette offre). La question est donc: que paye-t-on avant tout? le CMS Webgazelle ou le conseil? quelle est donc la vraie part de conseil, la vraie valeure ajoutée?

  19. Pas d’open source visiblement en effet, mais c’est vrais qu’il a l’air vraiment sexy au niveau du backoffice !

  20. @VILAIN : Magento n’est pas un CMS…
    De plus, dans mon agence, nous ne faisons pas de sites orientés PME, TPE car ce n’est pas notre clientèle. Nos clients sont plutôt des gros clients (christofle, 2 Alpes, boucheron, etc) et attendent des solutions qui répondent à leurs besoins. Que la réponse se fasse avec un CMS ou un autre, ce n’est pas la problématique. Dans la cas de Cafe Central, nous payons le CMS bien sûr mais surtout un accompagnement sur des développements spécifiques pour NOS clients et ça cela n’a pas de prix !

Send this to a friend