Windows Phone 7 : genèse d’une interface

L’un des nombreux ateliers du dernier Microsoft Mix était consacré à la présentation du processus de création et de développement de la nouvelle interface utilisateur de Windows Phone 7 par Albert Shum, responsable du projet (et ancien salarié de… Nike). Cette présentation était certainement l’une des plus passionnantes de la conférence car elle nous a

L’un des nombreux ateliers du dernier Microsoft Mix était consacré à la présentation du processus de création et de développement de la nouvelle interface utilisateur de Windows Phone 7 par Albert Shum, responsable du projet (et ancien salarié de… Nike).

w7bb_intro

Cette présentation était certainement l’une des plus passionnantes de la conférence car elle nous a permis de pénétrer un peu dans les petits secrets de la création d’un design d’interface, et pas n’importe-laquelle, puisque celle-ci va équiper dans les années à venir une part conséquente des smartphones vendus dans le monde, et qu’elle constitue la partie visible du nouveau système d’exploitation mobile de Microsoft. Bref, du lourd.

w7bb01

Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’indiquer, Microsoft s’est mis en mode start-up pour la création de Windows Phone 7, avec de nouvelles équipes et une remise en question complète de son histoire déjà riche et longue dans la téléphonie mobile. Pour Windows Phone 7 on est donc parti d’une feuille blanche afin de ne pas proposer une énième évolution d’un Windows Mobile à bout de souffle.

w7bb03

Pendant la conférence j’ai eu la chance de récupérer une pièce apparemment assez rare : une brochure de 47 pages sur la genèse de l’interface Windows Phone 7. La maquette de ce brand book, elle-même sobre et très esthétique, montre le chemin parcouru depuis l’ancêtre Windows Mobile.

Le travail sur la nouvelle interface a été segmenté en trois grands thèmes, eux-mêmes divisés en plusieurs rubriques :

  • Metro
  • Seven areas of differentiation
  • Red Threads

1. Metro

« Metro » est le nom de code donné au langage de design utilisé pour la nouvelle interface. Microsoft l’a ainsi nommé parce-qu’il représente la modernité, le mouvement,  la vitesse et la fluidité. C’est aussi et avant tout une référence au métropolitain, et c’est sur cette base qu’a été fondée la réflexion sur l’interface puisque l’inspiration a été d’abord puisée dans une étude de la signalétique urbaine présente dans de nombreuses villes du monde. Celle-ci a également guidé les choix typographiques de la nouvelle interface.

2. Seven areas of differentiation

Les Sept espaces de différenciation ont indiqué la voie à suivre et sont fondés sur des principes énonces par des phrases courtes et percutantes : Feels Fast and Responsive, Focus on Primary Tasks, Do a Lot with Very Little, Fierce Reduction of Unnecessary Elements, Delightful use of Whitespace, Full Bleed Canvas. J’imagine que la tendance au minimalisme des interfaces actuelles doit à peu près suivre le même type de règles dans de nombreux bureaux de design, mais on dirait que cette démarche est assez nouvelle chez Microsoft.

3. Red Threads

Le fil rouge de la construction de l’interface de Windows Phone 7 repose sur trois principes fondamentaux : Personnel, Pertinent et Connecté. De ces trois fondamentaux découlent une quinzaine de déclinaisons de cette philosophie, comme la clarté, la légèreté, l’ouverture et la rapidité.

Le choix de la typographie et de la police de caractère semble également avoir été déterminant et l’équipe de design de Windows Phone 7 lui a accordé une importance fondamentale : « Type is Beautiful, Not Just Legible » (la typo est belle, pas seulement lisible).

Enfin d’autres guidelines démontrent que Microsoft met l’accent sur le contenu, derrière lequel doit s’effacer l’interface : « Reduce Visuals that are Not Content » ou encore « Content is the UI » (le contenu est l’interface), mais que les animations et effets de transition jouent également un rôle clé dans le design.

w7bb02

Pour illustrer cette démonstration, et surtout l’humaniser ou la personnifier, une famille moyenne américaine (mais pas trop) a servi de modèle, ce que Microsoft appelle ses « muses ». Chaque personnage (des personas : le père, la mère, le fils) interagit à sa façon avec son mobile, déclinant les usages représentés par les sept hubs de Windows Phone, ces écrans censés représenter chacun une tranche de notre vie mobile dans une vue panoramique qui serait un peu comme un journal que l’on feuillète en fonction de ses centres d’intérêt : People, Pictures, Games, Music + Video, Marketplace, et Office.

w7bb05

Peu importe qu’il s’agisse de Microsoft ou de Tartemolle, cette démonstration qui aurait pu être faite par n’importe-quel autre bureau de design (j’avais eu droit à quelque-chose d’assez similaire avec Audi lors de la journée Audi R8) était passionnante car elle levait un coin du voile sur quelque-chose qui fascine toujours le simple mortel : le processus de création et ses différentes évolutions.


9 commentaires

  1. Pingback: Kooolman.net » Windows Phone 7 : genèse d’une interface:

  2. Est ce qu’il sera à la hauteur de l’iPhone OS et d’android? That’s the question!
    Espérons que si, les monopoles c’est vraiment pas une bonne chose; on le voit très bien avec Microsoft pour les systèmes d’exploitation et Google en moteur de recherche. 3 Gros sur le marché ça ne peut faire que du bien

  3. Pingback: Les Windows Phone 7 arrivent en France dès le 21 octobre

  4. Pingback: Avec Windows Phone 7, Microsoft repart à l’assaut du marché des smartphones |

  5. Pingback: Transférer des fichiers sur Windows Phone 7 sans passer par Zune

  6. Pingback: Test HTC Mozart Windows Phone 7

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.