Les navigateurs Web, c’est toute une histoire : certains préfèrent les fonctionnalités aux performances et à la légèreté, d’autres choisissent parfois rapidement leur navigateur (le néophyte n’y connait pas grand-chose)… Et pourtant, on l’utilise tous les jours, et il est parfois mis à rude épreuve en restant ouvert toute la journée. Il est donc important

Les navigateurs Web, c’est toute une histoire : certains préfèrent les fonctionnalités aux performances et à la légèreté, d’autres choisissent parfois rapidement leur navigateur (le néophyte n’y connait pas grand-chose)…

Et pourtant, on l’utilise tous les jours, et il est parfois mis à rude épreuve en restant ouvert toute la journée. Il est donc important de bien le choisir.

arora2 Arora, navigateur web poids plume

Le dernier navigateur sorti dans les bacs est Google Chrome, et plus récemment Arora, un navigateur multiplateforme et open source, qui se veut léger.

Sa particularité est vraiment de proposer une alternative légère. Pour cela, il a un temps de démarrage relativement rapide puisqu’à peine cliqué sur le raccourci, il se lance directement, là où certains autres navigateurs prennent quelques secondes (tout dépend bien sûr des configurations et des versions des navigateurs). Il utilise le moteur de rendu de Safari WebKit mais je note des différentes de performances avec Safari 4 bêta Windows.

Aussi, il intègre un moteur JavaScript rapide et supporte les plugins Netscape. L’autre atout d’Arora c’est qu’il s’intègre parfaitement aux différents systèmes d’exploitation (voir les screenshots), Firefox n’a pas de problème de ce genre mais par exemple l’interface d’Opera sous Linux et Mac OS X n’est pas vraiment adaptée à ces environnements de bureau.

Ce nouveau navigateur intègre aussi les fonctionnalités de base, à savoir la gestion des sessions et des marques pages, la navigation privée (pour ne garder aucune trace lors de votre navigation). Une gestion flexible des moteurs de recherche via OpenSearch est aussi disponible. Aussi, un menu « WebInspector » propose différents outils pour les développeurs.

Comme je l’ai dit plus haut, Arora est open source, tout le monde peut apporter sa contribution en corrigeant des bogues en tout genre, ou même en aidant à la traduction. Pas moins de 30 traductions sont disponibles, dont le français. Ce qui est pas mal, pour un navigateur qui est en version 0.8.0.

Il reste encore du chemin à parcourir, j’ai notamment remarqué des bugs récurrents d’affichages parfois mais ce navigateur n’a qu’à ses débuts. Ça sera difficile de s’imposer dans la guerre des navigateurs mais Arora semble prometteur, vous en dites quoi ?