En attendant de trouver une solution efficace de brouillage d’image, l’administration américaine a décidé de retirer les scanners corporels de sécurité de ses aéroports. Ceux-ci fournissent en effet une image trop détaillée de l’anatomie nue des voyageurs.

Je ne sais pas si tous ceux qui voyagent fréquemment sur le territoire américain connaissent cette drôle de sensation, celle de se retrouver complètement nu pendant quelques secondes à chaque passage de portique de sécurité. Enfin, plus précisément, ceux où  vous devez poser les pieds sur des repères au sol et lever les bras au ciel le temps que le scanner corporel fasse son job.

Il semblerait que les voyageurs les plus jaloux de leur intimité ne soient pas les seuls à se sentir quelque peu mal à l’aise avec cette procédure, puisque la toute puissante TSA (Transport Security Administration) américaine aurait aussi un peu de vague à l’âme face à ce déferlement de nus pas forcément artistiques.

scanner corporel1 Aux USA, les scanners corporels daéroports devront aller vous rhabiller

L’administration vient de décider de remiser au hangar 174 scanners corporels Rapiscan actuellement en fonction dans les aéroports américains au prétexte que ceux-ci fournissent une image trop précise et détaillée des anatomies nues des voyageurs.

En fait, suite à des plaintes d’associations de protection de la vie privée, ces images devaient à l’origine être « brouillées » à l’aide d’un logiciel de traitement en temps réel fourni par OSI Systems, de façon à ce qu’il soit juste possible d’identifier un objet suspect planqué dans la poche d’un voyageur (arme, missile, bombe atomique, lime à ongles…), mais pas le corps nu de ce dernier. Il semblerait que OSI Systems ait failli à sa mission, probablement en raison d’une trop grande précipitation à installer ces scanners.

La nudité en direct…

Selon Forbes, 74 scanners un peu trop indiscrets ont déjà été supprimés en 2012. Il faut dire que dans les premiers mois suivant l’installation de ces derniers, les opérateurs y étaient allés un peu fort puisque les écrans de contrôle étaient situés à côté du portique de sécurité, à la vue de tous. Suite à une action en justice de l’Electronic Privacy Information Center en 2010, la TSA fut contrainte de déplacer les écrans dans des salles privées auxquelles seuls des agents assermentés ont accès.

Cela étant, si vous nourrissez actuellement ou prochainement un petit projet terroriste ou si vous êtes juste spécialisé dans le transport en gros de grenades offensives ou d’AK47, ne vous réjouissez pas trop vite : les scanners seront remis en fonction dès qu’une solution logicielle de brouillage de votre anatomie sera trouvée, ce qui ne devait être l’affaire que de quelques mois.

(source)