[dĂ©tox] Nowave : cinĂ©ma d’auteur, productions indĂ©pendantes et vidĂ©o Ă  la demande

Nouvel Ă©pisode de [dĂ©tox] aujourd’hui et nous allons parler d’un mĂ©dia encore inexplorĂ© dans cette rubrique : le cinĂ©ma.

nowave

La startup toulousaine Nowave va Ă  l’encontre des contenus personnalisĂ©s et souhaite proposer via sa plateforme de vidĂ©os Ă  la demande une sĂ©lection de films d’auteurs peu connus du grand public.

De l’autre cĂŽtĂ© des recommandations

Le numĂ©rique a profondĂ©ment chamboulĂ© l’industrie du cinĂ©ma. D’abord par le tĂ©lĂ©chargement illĂ©gal. Puis par les nouvelles plateformes de vidĂ©o Ă  la demande, l’Ă©mergence de nouvelles chaĂźnes et l’utilisation massive de l’ordinateur, du smartphone et de la tablette, souvent en lieu et place de la tĂ©lĂ©vision classique.

Lorsque l’on parle de tĂ©lĂ©vision, de films et de sĂ©ries aujourd’hui, on pense inĂ©vitablement Ă  Netflix. Le gĂ©ant amĂ©ricain a su bouleverser le marchĂ© avec une offre accessible, simple et fournie. Mais, Ă  l’image d’autres services proposant des contenus personnalisĂ©s via des algorithmes, Netflix se rĂ©vĂšle parfois un peu chiche en nouveautĂ©s en matiĂšres de films et, Ă  force de ne proposer que du contenu censĂ© nous plaire, finit Ă  la longue par proposer toujours le mĂȘme type de contenu personnalisĂ©.

Pour bien cerner l’offre de Nowave, je me suis donc entretenu avec BĂ©rengĂšre Dastarac-Waked, fondatrice de la startup, productrice de films et passionnĂ©e de cinĂ©ma.

nowave_site

De la SVOD Ă  la MOVD

Lorsque j’ai commencĂ© Ă  m’intĂ©resser Ă  Nowave, j’ai de prime abord pensĂ© qu’il s’agissait d’une sorte de Netflix du cinĂ©ma indĂ©pendant. Mais force est de constater que le service proposĂ© par Nowave va bien plus loin que la mise en ligne de vidĂ©os. À mi-chemin entre le magazine de cinĂ©ma, la SVOD et le partage de vidĂ©os de producteurs, Nowave se rĂ©vĂšle ĂȘtre une vĂ©ritable plateforme culturelle.

« Aujourd’hui, certains films sont vraiment trĂšs difficiles Ă  trouver » explique BĂ©rengĂšre. « Les contenus proposĂ©s Ă  la tĂ©lĂ©vision ou sur les plateformes de SVOD sont souvent des films et sĂ©ries populaires. Le cinĂ©ma rencontre le mĂȘme problĂšme que d’autres secteurs artistiques : il y a un lissage de la culture et une uniformisation des contenus. Il faut donc imaginer d’autres modĂšles pour faire vivre et connaĂźtre les productions indĂ©pendantes, plus confidentielles ».

Un problĂšme que l’on retrouve aujourd’hui dans la musique (Ă  ce propos, je vous invite Ă  lire l’obsession de Les Jours : la fĂȘte du stream qui explique bien comment fonctionne le systĂšme de recommandation des plateformes de streaming musical).

« On a voulu proposer un service novateur qui, un peu Ă  l’instar de THEMA, la grande soirĂ©e documentaire d’ARTE, propose un thĂšme mensuel et des contenus qui y font rĂ©fĂ©rence. C’est ce que nous appelons les Visions. Nous choisissons un sujet, ce mois-ci le thĂšme est Liquide, puis rĂ©digeons une chronique dessus afin d’expliquer le contexte, d’Ă©tayer notre point de vue et de proposer des vidĂ©os – films, courts mĂ©trages ou films d’animations – qui sont en accord avec le thĂšme. » Nowave, en plus de mettre Ă  disposition des films, est une rĂ©ponse aux recommandations automatiques gĂ©nĂ©rĂ©es par les algorithmes. Un retour aux Ă©changes, au partage, lorsque les films nous Ă©taient recommandĂ©s par des proches, par des amis… par le bouche-Ă -oreilles.

nowave_theme

Le thĂšme du mois est « RĂ©volution ».

La plateforme propose donc non seulement des films mais aussi des vidĂ©os plus courtes. « Avec le numĂ©rique et l’Ă©volution du cinĂ©ma, les frontiĂšres qui sĂ©paraient les mĂ©tiers commencent Ă  disparaĂźtre. Il y a donc une certaine logique Ă  proposer diffĂ©rents types de production audiovisuelle pour, pourquoi pas, prĂ©senter le travail global d’un artiste si, bien entendu, on arrive Ă  avoir les droits de diffusion. Par exemple, un artiste comme Steve McQueen (Shame, Twelve Years a Slave) Ă©tait vidĂ©aste avant d’ĂȘtre un rĂ©alisateur reconnu. L’idĂ©al serait de pouvoir prĂ©senter l’ensemble de son travail. L’avantage de Nowave, c’est qu’on est un mĂ©lange d’Ă©dition numĂ©rique et de plateforme de vidĂ©o. Donc, si nous n’avons pas certains droits de diffusion, nous pouvons malgrĂ© tout parler des Ɠuvres des artistes et renvoyer, via des liens externes, vers d’autres sites prĂ©sentant leur travail ».

La peur de l’Ă©chec en salles

Nowave, c’est donc non seulement un moyen de dĂ©couvrir des films difficiles Ă  trouver sur le marchĂ© (lors de l’entretien tĂ©lĂ©phonique, nous avons par exemple Ă©voquĂ© des films comme Vincent n’a pas d’Ă©cailles de et avec Thomas Salvador ou encore Le Challat de Tunis de Kaouther Ben Hania) mais aussi un nouveau mĂ©dia qui veut dĂ©montrer qu’un film ne doit pas ĂȘtre jugĂ© en fonction de l’argent rĂ©coltĂ© lors de sa sortie en salles.

« J’ai toujours Ă©tĂ© un peu frustrĂ©e par cette idĂ©e de Graal des salles de cinĂ©ma. Aujourd’hui, on pense avant tout les films pour le cinĂ©ma, qui est LE mĂ©dia qui va permettre de juger de la qualitĂ© d’un film. Autrement dit, on a encore du mal Ă  penser le film pour d’autres supports. Pourtant, quand on voit la qualitĂ© des web-sĂ©ries d’ARTE, on se rend bien compte qu’on peut faire des productions de grande qualitĂ© sans passer par la sortie en salles » explique la fondatrice de la startup. Ces sĂ©ries utilisent par exemple tous les outils du web pour proposer un contenu riche (des boutons interactifs pour obtenir des informations complĂ©mentaires pendant la visualisation ou des liens externes renvoyant vers une interview, une playlist SoundCloud ou une page web).

Mais le spectre de l’Ă©chec en salles plane malgrĂ© tout au-dessus des rĂ©alisateurs et des producteurs !

« Le vrai problĂšme aujourd’hui, c’est qu’un Ă©chec au cinĂ©ma signifie vĂ©ritablement la mort du film. Les droits de diffusion ne seront pas achetĂ©s par les grandes chaĂźnes ou les plateformes de SVOD, du coup personne ne donne une seconde chance au film. C’est aussi ce qu’on souhaite faire avec Nowave, donner leur chance Ă  des films qui sont parfois passĂ©s inaperçus ». Et aussi s’Ă©loigner de ce contenu « bankable » pour faire dĂ©couvrir des films qu’on ne trouve pas ailleurs. [tweet_box] »Pour l’anecdote, c’est parfois tellement compliquĂ© de trouver des films indĂ©pendants sur les solutions de SVOD que j’ai une amie qui est retournĂ©e louer des DVD chez un des derniers VidĂ©o Club de la capitale ». [/tweet_box]

nowave_selection-films

Une sélection de films correspondant au thÚme du mois sur Nowave.

Quel modĂšle Ă©conomique ?

À l’heure oĂč vous lisez ces lignes, la plateforme Nowave est en cours de lancement et six personnes travaillent dessus Ă  plein temps. La premiĂšre version de la plateforme sortira Ă  la rentrĂ©e de septembre et sera accompagnĂ©e d’une clĂ© HDMI Ă  brancher sur sa tĂ©lĂ©vision pour streamer les films.

« On a souhaitĂ© proposer une offre avec un tarif proche du magazine de cinĂ©ma, Ă©tant donnĂ© qu’on a aussi un contenu Ă©ditorial important et qu’au niveau du catalogue il est difficile de rivaliser, en termes de quantitĂ©, avec des acteurs comme Netflix ou Canal Play ». Le prix de l’abonnement est de 7,99€/mois, clĂ© HDMI comprise, et la plateforme disponible dans un premier temps en France et au Royaume-Uni.

Au niveau du contenu, l’Ă©quipe de Nowave a fait le tour des festivals depuis le mois de mars afin de dĂ©crocher des accords avec des maisons de production. Nul doute que la qualitĂ© sera au rendez-vous.

On attend dĂ©sormais de pouvoir essayer la plateforme et de s’Ă©loigner un peu de tout ce contenu mainstream pour se rendre compte par nous-mĂȘmes que succĂšs ne rime pas toujours avec qualitĂ©… ou est-ce l’inverse? Allez, Ă  dans 15 jours !

Source images : captures du site de Nowave et Visual Hunt.


Nowave : cinĂ©ma d’auteur, productions indĂ©pendantes et vidĂ©o Ă  la demande"]

RĂ©pondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
now-on-tapt
Google Now On Tap met désormais le paquet sur les traductions

Google Now On Tap s'enrichit d'une nouvelle fonction. Elle va vous permettre de traduire en un instant n'importe quelle page...

Fermer