Landing page : c’est quoi ?

Lors d’une formation marketing ciblée pour les traducteurs et les agences de traduction que je tiens parfois en Italie, alors que j’exposais rapidement les critères de base pour optimiser son référencement, l’un des participants m’a surpris en me posant la question suivante : – « Ma société arrive en première page des résultats de Google

Lors d’une formation marketing ciblée pour les traducteurs et les agences de traduction que je tiens parfois en Italie, alors que j’exposais rapidement les critères de base pour optimiser son référencement, l’un des participants m’a surpris en me posant la question suivante :

- « Ma société arrive en première page des résultats de Google sur la requête « traduction de sites Web », et pourtant j’ai jamais obtenu un seul contrat grâce à ça. Pourquoi ? »

Impossible de répondre sur le moment sans un minimum d’analyse, mais juste une promesse de me pencher sur la question pour une réponse argumentée. Que voici. C’est en italien, bien sûr, c’est dédié à la traduction, mais au-delà du domaine et de la langue, c’est transposable à quelque autre secteur – et langue – que ce soit. J’ai donc demandé à Éric si ça l’intéressait que j’adapte mon billet en français, et il s’est montré enthousiaste. Dont acte.

Tout d’abord, la réponse à la question ci-dessus est évidente : travailler sérieusement le référencement ou investir en pub contextuelle pour se positionner en première page des résultats n’est que la moitié du parcours, peut-être même la plus facile, le problème consiste ensuite à faire une landing page (page d’atterrissage, ou « atterripage » si vous me permettez un néologisme d’amoureux des mots) qui marche !

Et pour tenter d’expliquer ce qui marche ou ne marche pas à des profanes (à part quelques exceptions, la plupart des traducteurs ne sont pas forcément versés dans les petits secrets du Web), il fallait que je formule une réponse avec des mots aisément compréhensibles par tous.

J’ai donc procédé en analysant les 4 premières pages de résultats de Google sur les requêtes :

- Traduzione siti web (IT)
- Traduction sites web (FR)
- Translation websites (EN)
- Websites translation (EN)

pour étudier les « landing pages » des agences de traduction positionnées sur les recherches correspondantes.

Puis en mélangeant le tout, j’ai obtenu 55 résultats, 14 payants et 41 organiques (et ne me demandez pas pourquoi 40 au lieu de 41 ;-)). Sur ces 41, 27 (65,85%) font référence aux outils de traduction gratuits, et juste 14 (34,15%) à des agences. Ensuite, en affinant ces 14 (duplications, autres qu’agences, etc.), il ne me reste que 9 résultats, auxquels j’ai ajouté translated.net qui est le premier résultat payant, avec 3 présences sur 4 pages de résultats.

Par conséquent, au bout de ma sélection, j’ai obtenu les 10 « landing pages » ci-après sur les requêtes mentionnées plus haut :

1. Soget.net
2. BeTranslated.com
3. Traduzione-Localizzazione.com
4. TrustedTranslations.com
5. Translatonline.com
6. Translation-Services-USA.com
7. Agostiniassociati.it
8. GTS-Translation.com
9. Samuele.net
10. Translated.net

landing pages 10 Landing page : cest quoi ?
Cliquez sur l’image pour un affichage 1250 x 480 pixels.

Maintenant, pour analyser les points forts et les points faibles de chacune, mieux vaut commencer par définir ce qu’est une landing page, le plus simplement possible :

Page Web extrêmement ciblée, optimisée dans un seul but :
faire accomplir une action à l’internaute.

Une seule action en théorie, même si on peut parfois en proposer deux, à condition qu’elles n’aient pas le même « poids », autant visuellement qu’au niveau « contenu » : une action principale (celle qu’on préfère), et une action secondaire (celle qui vaut mieux que rien, l’important à ce stade étant de ne pas perdre le contact).

L’objectif d’une « atterripage » qui « convertit » pouvant indiquer deux choses :

- une vente (sale), où l’internaute est « converti » en client
- un contact (lead), où l’internaute est « converti » en client … potentiel, ou prospect

Du reste si les deux actions ne proposent pas une distinction marquée à l’internaute, ça ne fait que créer davantage de confusion dans son esprit, en allant parfois jusqu’à le faire renoncer justement parce qu’il ne sait quelle option choisir.

Et toute renonciation à accomplir l’action ne signifie que deux choses :

1. votre page ne marche pas !
2. vous avez perdu un client potentiel…

Car vous pouvez être sûr qu’à 99% il ne reviendra plus !

Je passe également sous silence la distinction entre landing page événementielle (ponctuelle par définition) et permanente, pour n’analyser ici qu’une page permanente. D’ailleurs il serait difficile de positionner une page ponctuelle dans les 10 premiers résultats organiques des moteurs.

J’ignore enfin un certain type d’approche à l’anglo-saxonne qui juge que la présence d’une invitation à l’action (call-to-action / CTA) est à éviter sur une landing page, puisqu’en fait c’est le bouton CTA de vos pages qui doit renvoyer sur la landing page ! Or cette logique suppose que l’internaute est déjà sur votre site, alors que dans la présente analyse, le postulat de départ est qu’il arrive sur votre site via un moteur de recherche. Et si votre site est raisonnablement optimisé il va arriver soit sur la « landing page » de votre choix, soit sur la page d’accueil censée l’envoyer sur la « landing page » de votre choix (auquel cas la page d’accueil fait fonction de « landing path » : voir la page 8, seul exemple de mon échantillon). Nous avons donc un double passage : page d’arrivée –> CTA –> atterripage, ce qui me semble plutôt aléatoire. Car s’il est déjà compliqué en soi de faire faire UNE action à l’internaute, imaginez DEUX !

Par conséquent, mon raisonnement est le suivant : CTA positionné sur la landing page (qui peut être soit votre page d’accueil, soit une page optimisée pour une requête spéciale), celle-ci étant construite autour des trois pôles suivants :

I. OFFRE – II. VALEUR – III. ACTION

I. L’offre

L’offre doit correspondre à ce que le visiteur s’attend à trouver : s’il fait une recherche sur « traduction de sites web », à 99% il ne veut pas de traduction technique, littéraire, juridique, etc.

Inutile donc qu’il trouve une page descriptive expliquant ce qu’est la traduction en général, quels sont tous les services offerts par l’agence, etc. Il veut juste traduire son site. Point barre.

Il arrive sur votre site pour un motif précis, par pour flâner et perdre son temps. Raison pour laquelle il ne souhaite pas être distrait par des explications vaseuses qui ne l’intéressent pas ou par une navigation qui l’écarterait de son objectif initial : soit il trouve immédiatement ce qu’il veut, soit il s’en va chercher ailleurs … pour ne plus revenir !

II. La valeur

La valeur intrinsèque de l’atterripage est la raison principale pour laquelle l’internaute accomplira l’action ou non. Il ne suffit pas de lui faire comprendre que vous traduisez les sites Web, il faut également le convaincre (de manière plus subjective qu’objective, je vous l’accorde) que vous offrez le meilleur rapport qualité / prix disponible sur le marché…

III. L’action

L’invitation à l’action est censée être la synthèse, l’adéquation parfaite entre l’offre et la valeur de votre page : celle qui convertit l’internaute en client ou en client potentiel.

Même si dans le domaine des services il est certainement plus facile d’obtenir un prospect qualifié qu’un client direct, car contrairement aux produits, dont la perception est plus immédiate par l’internaute (qui peut presque « voir et toucher » le produit), les services sont plus difficiles à appréhender, de par leur immatérialité et leur intangibilité (vieille règle marketing).

* * *

Ainsi, au terme de l’analyse, je me retrouve avec cinq paires de pages : la 5 et la 6 ; la 7 et la 9 ; la 2 et la 4 ; la 1 et la 3 ; la 8 et la 10.

Landing page 5 6 Landing page : cest quoi ?

Point commun entre ces deux pages : le bouton d’invitation à l’action est l’élément graphique qui ressort avec le plus de force au centre de la page pour proposer à l’internaute un devis de traduction, un bouton qui attire l’œil et capture d’emblée l’attention. Le code « couleur » a d’ailleurs une grande importance, et je vous invite à suivre chacun des 4 parcours (path) que propose le site Translation Services USA, qui est un modèle du genre, en portant votre attention plus spécialement sur les couleurs (bleu, jaune, vert, rouge, ça vous rappelle rien ?), et comment elles sont déclinées sur chacune des pages :

TSU Landing page : cest quoi ?

Rien à dire, les anglo-saxons sont vraiment les meilleurs dans ce domaine ! Avec des exceptions, heureusement… icon wink Landing page : cest quoi ?

La 7 et la 9 proposent également un bouton CTA, plus allongé mais moins visible, et donc moins immédiatement perceptible, avec un ton de bleu plus effacé qui ne ressort que par contraste avec le blanc de la page, mais certainement moins invitant que pour la 5 et la 6. Disons que d’un seul point de vue graphique, indépendamment des contenus, ces deux pages nous « parlent moins » que les précédentes.

Landing page 7 9 Landing page : cest quoi ?

Dans le cas des pages 2 et 4, nous avons un box (2) et un bouton (4) encore moins visibles positionnés en haut dans la colonne de droite, alors que depuis longtemps l’oculométrie (études d’eye-tracking) nous disent que les deux zones qui impactent le plus sont en haut à gauche et au centre de la page.

Landing page 2 4 Landing page : cest quoi ?

Quant aux pages 1 et 3, elles sont encore plus symptomatiques de cette « invisibilité » de l’action, puisque dans le cas de la 1, le bouton est bien présent dans la colonne en haut à droite, mais complètement noyé et incapable d’attirer l’attention. Autrement dit aucune invitation à l’action immédiatement perceptible, alors qu’une des règles de base d’optimisation d’une atterripage est justement de faciliter la navigation, en éliminant les éléments distrayants ou inutiles pour guider d’emblée le chemin de l’utilisateur.

Landing page 1 3 Landing page : cest quoi ?

Idem pour la 3, où l’internaute s’attend implicitement à voir l’invitation à l’action (celle qui, d’après lui, devrait être là pour résoudre son problème) au milieu de l’énorme bandeau qui traverse toute la page, alors que dans ce cas, il n’y a malheureusement rien au-dessus de la ligne de flottaison, « above the fold », qui correspond à la ligne virtuelle séparant le contenu qui apparaît à l’écran de celui qui n’apparait pas et n’est visible qu’en utilisant la barre de défilement (ascenseur) ou la molette de la souris.

eyetracking above fold Landing page : cest quoi ?
Source: UseIt

Et si l’on constate une perte d’attention vertigineuse de l’internaute lorsqu’il navigue en dessous de la ligne (« below the fold »), imaginez un peu lorsque le CTA se trouve tout en bas de la page et sans la moindre visibilité (puisque sur la page 3, il se confond presque totalement avec le texte environnant). Donc la critique est la même que pour la page 1, où l’invitation à l’action n’est ni facilitée ni encouragée pour l’internaute.

À noter en outre que la page 1 est la seule qui utilise une vidéo, plutôt bien faite et rythmée, mais qui n’est pas strictement pertinente par rapport au thème « traduction de sites Web », et n’influe donc en rien sur la logique de la page. Inversement, un clip expliquant la façon dont on traduit et localise un site pourrait influencer davantage l’internaute.

Enfin, les pages 8 et 10 sont deux cas à part, puisque la 10, qui se distingue des neuf autres résultats organiques (dont l’on suppose a priori qu’ils sont en première page grâce à la qualité de leur contenu) par le fait qu’il s’agit d’un positionnement payant. Elle doit donc conquérir l’internaute par son efficacité, et c’est vraiment un parfait cas d’étude (qui sort du cadre de la présente évaluation), où chaque élément est au bon endroit et a le bon « poids ». L’organisation de cette page mériterait vraiment une analyse à part entière, si quelqu’un veut s’y atteler… icon wink Landing page : cest quoi ?

Landing page 8 10 Landing page : cest quoi ?

Concernant la page 8, comme je le disais plus haut, c’est plutôt un « landing path », où le box « traduction sites Web », en haut à gauche, vous conduit vers une seconde page. Une critique à faire sur ce box, importante, est qu’il n’est pas clicable. Seuls l’icône et le lien « Click here… » le sont, alors qu’il serait bien plus efficace de rendre tout le box en mode graphique entièrement clicable, pour le confort du visiteur, quitte à insérer la partie texte sous l’attribut « alt » si on voulait à tout prix la conserver.

En revanche, l’atterripage vers laquelle renvoit le lien est extrêmement ciblée et optimisée, mais pas forcément réussie à 100%, nous allons voir pourquoi.

webtranslator Landing page : cest quoi ?

Cette page me permet d’illustrer deux concepts clés que j’ai déjà abordés mais sur lesquels je voudrais insister :

A. Distinction entre « action principale » et « action secondaire »
B. Nécessité de faire agir des « prospects qualifiés »

* * *

A. Distinction entre « action principale » et « action secondaire »

La page propose deux options : obtenir un devis (get quote) ou tester la traduction gratuite (try it free). Or ces deux éléments ont un « poids » graphique pratiquement identique, puisque rien ne les distingue l’un de l’autre, si ce n’est la petite flèche à droite de « try it free » qui semble mettre en avant l’essai de la solution gratuite plutôt que la demande de devis, si l’on veut raisonner en termes de différenciation.

Selon moi, il y a là une alternative qui n’est pas suffisamment claire et risque de faire naître davantage la confusion que la détermination chez l’internaute. Une façon de différencier nettement les deux actions, de nature totalement opposée, serait de marquer nettement cette différence, soit en positionnant les boutons sur deux emplacements éloignés de la page, soit graphiquement (soit les deux). Exemple :

button action Landing page : cest quoi ?

Or cette confusion entre l’action principale (demande de devis) et l’action secondaire (tester gratuitement) est d’autant plus étonnante qu’une agence de traduction professionnelle devrait d’abord chercher à vendre ses services, plutôt que de proposer une traduction gratuite sur laquelle elle n’est pas concurrentielle (je rappelle que sur les 41 résultats, 65,85% font référence à des outils de traduction gratuits…).

Le deuxième point, discriminant, concerne la nécessité de créer des contacts qualifiés.

B. Nécessité de faire agir des « prospects qualifiés »

Dans le cas d’une agence de traduction, l’élément discriminant qui sert à qualifier le prospect est le prix. Chose que fait parfaitement cet élément graphique :

website translator Landing page : cest quoi ?

En effet, la personne qui demande un devis sait que le tarif commence à 20$ la page. Ce qui est justement un bon moyen d’éviter d’être contacté par l’internaute qui perd son temps (et qui est donc prêt à vous faire perdre le vôtre) à la recherche de solutions gratuites, pour lesquelles il n’a que l’embarras du choix.

C’est pourquoi je trouve qu’il y a une contradiction à ce niveau-là, car même en supposant que l’intention soit de faire tester le système pour juger de la qualité de la traduction, d’une part ce n’est certainement pas la meilleure façon de s’y prendre, et de l’autre ça ne fait que confondre les idées à l’internaute en quête d’une solution plus « sérieuse » : s’il recherchait uniquement le gratuit, il ne serait jamais arrivé là mais sur l’une des 27 pages des 41 résultats proposés par Google…

* * *

Voilà. Au terme de cette comparaison (très brève mais suffisante pour fournir quelques indices, du moins je l’espère), posez-vous une seule question : en sachant que vous n’avez qu’entre 0 et 8 secondes pour être convaincus par une page, laquelle de ces pages a capturé votre attention d’emblée ? Et demandez-vous pourquoi…

Lorsque j’ai rédigé mon billet en italien, j’ai envoyé un petit questionnaire en 10 points à chacun des contacts des 10 pages analysées. Le voici :

1. Chaque page que l’on trouve en première page des résultats de Google a-t-elle été conçue selon les critères d’une landing page?
2. Si la réponse est «oui», quels sont ces critères ?
3. Si la réponse est «non», pourquoi ? Et dans ce cas, est-ce que ça pourrait être utile ?
4. Quel est le but de cette page ? (Obtenir une demande de devis, de nouveaux contacts, autre ?)
5. Es-tu satisfait des résultats de tes pages, et de leur taux de conversion ?
6. Si la réponse est «oui», comment envisages-tu d’améliorer encore ces résultats ?
7. Si la réponse est « non », que penses-tu qu’il faudrait faire pour les améliorer tout court ?
8. Si tu devais calculer le pourcentage de C.A. généré par cette page sur ton C.A. total, qu’en dirais-tu : – pas du tout satisfaisant – assez satisfaisant – bon – excellent ?
9. Pourrais-tu quantifier ta réponse en chiffres ?
10. Au-delà de cette ou ces pages en particulier, quelle est la stratégie globale de ton site Web ?

Or je voudrais vous signaler une réponse à la question n° 2 :

- Contenu approprié, Metatags optimisés, âge du domaine, mots clés dans url (sans oublier le côté offsite important comme backlinks variés). Le consensus semble être l’optimisation sans « sur optimisation ». Équilibre à trouver.

Rien à redire sur ces critères, toujours valables, mais je me dis qu’il y a là une confusion entre une page quelconque d’un site, optimisée dans les règles de l’art, et une « landing page », dont l’architecture ne doit conduire qu’à un seul objectif : faire accomplir une action à l’internaute.

Je voudrais faire un parallèle avec les pages/sites MFA, dont le seul but est de faire cliquer le visiteur sur les pubs, où pour simplifier l’une des caractéristiques éprouvées est souvent d’avoir des pages au contenu aussi pauvre que possible en qualité et en quantité, juste pour forcer l’internaute agacé ou distrait par la non-qualité à faire ce geste…

Et bien là le principe est le même, mais naturellement en y arrivant par d’autres moyens : en ciblant l’offre de chaque page sur un seul sujet, un seul thème (qui sera en phase avec la requête et la problématique de votre visiteur), en expliquant sans fioritures pourquoi et comment la valeur ajoutée que vous proposez répond à sa requête, et en l’invitant à faire l’action, principale ou secondaire, capable de résoudre sa problématique ou, pour le moins, d’établir un premier contact en vue de résoudre sa problématique dans un deuxième temps.

Je terminerai cette analyse en faisant ressortir une lacune importante, selon moi, commune à toutes les pages qui précèdent, puisqu’aucune d’entre elles ne DONNE quelque chose en contrepartie de l’action qu’elle prétend recevoir. Or si j’attends de l’internaute qu’il accomplisse une action sur ma page, pourquoi ne pas l’inciter à faire cette action en lui donnant quelque chose ?

Dans le cas d’espèce, cela pourrait être le téléchargement gratuit d’un livre blanc ayant pour thème : « Comment traduit-on un site web ? », en échange des mêmes informations que vous pourriez recevoir lors d’une demande de devis, et accompagné des liens de partage habituels sur les réseaux sociaux qu’on trouve désormais sur toutes les pages…

C’est là un exemple typique d’action secondaire (voire principale…), et ça reste un excellent moyen d’établir une forme de contact avec votre visiteur d’un instant plutôt que de le perdre définitivement…

En conclusion, j’ai volontairement écarté tous les aspects techniques de la création d’une « landing page », il y a déjà des centaines de billets et d’articles qui en parlent fort bien, en essayant de concentrer la discussion sur le triptyque Offre – Valeur – Action, mais n’hésitez pas à me dire s’il manque quelque chose, selon vous, je suis bien sûr ouvert à toutes vos suggestions et critiques.

68 commentaires

  1. Très intéressant comme analyse. Les exemples permettent de mieux comprendre. J’m'en vais vérifier mes landing page

  2. Pingback: Landing page : c'est quoi ? | L'Expert Comptable des startups | Scoop.it

  3. Domi Moov'up

    Merci pour ce long mais remarquable article. Un article aussi détaillé est toujours plaisant à lire et les exemples sont vraiment pertinent. Donc merci encore!

  4. Excellent article ! Bonne analyse !
    Les points essentiels sont traités et suggèrent de consulter d’autres points clés pour les landings pages, tels que les couleurs pour les CTA et la technique.

  5. Article très complet, des exemples concrets sur la nécessité d’une ergonomie de qualité associée à des boutons « call to action » impactants !

  6. Voila un article bien complet ! C’est sur que certaines landing pages laissent à désirer. La compréhension est nécessaire ainsi que la simplicité. Très bonne analyse.

  7. Ce billet concernant les pages d’atterrissage d’un site web est excellent ! Une véritable étude de cas comme à l’école. C’est à la fois intelligent car structuré et complet et cela montre et explique de manière approfondie l’intérêt d’une landing page bien construite. Les tenants et les aboutissants sont là. J’aime beaucoup le néologisme « atterripage » qui est bien parlant.
    Un grand bravo pour ce travail bien rédigé, illustré et pertinent.
    J’attends de voir s’il y a des commentaires plus avertis mais la barre est très haute ;-)
    J’en profite pour saluer nos amis italiens !

  8. Tortelier

    Très bonne article sur la landing page, j’ai particulièrement aimer le passage ou tu dit « Il arrive sur votre site pour un motif précis, par pour flâner et perdre son temps… » c’est vraiment très important, et il y a deux sorte de landing page je pense, la pseudo landign page qui est couplé a la structure de base du site principal qui servira soit de landing page de fortuen car se client n’as pas les moyens dans faire une spécifiquement avec une autre structure et un autre contenu lors de la création de son site en vu de sa stratégie marketing web qui est souvent dans se cas inexistante. Alors cela m’arrive parfois de coupler les deux pour essayer d’améliorer le taux de conversion d’une page à moindre coût pour le client. Ou sinon il y a tout de même des clients sérieux qui demande une vrai page d’atterrissage spécifique avec une structure qui propose uniquement les actions liées à son offre commercial, se qui est moins évasif pour le prospect…
    Je t’invite d’ailleurs à aller regarder mon petit article sur la landing page, qui est très marrant car il montre un landing page là pour vendre des landing pages facebook mais aussi des sites mobiles : http://www.f4-design.fr/catego.....te-mobile/

  9. Pingback: Landing page : c’est quoi ?

  10. Bravo, l’article est clair, je ne connaissais pas ce terme de landing page. Je comprends un peu mieux maintenant.

  11. Maxime Brunet

    Il est vrai que créer ce genre de page est primordiale surtout pour pouvoir capturer les adresses e-mail de nos visiteurs pour pouvoir contredire le fameux 99% de visiteurs qui ne reviendront pas et donc n’achèteront pas nos produits. Elle est primordiale surtout si on ai premier sur Google et si il y a un nombre de requête conséquent. De cette façon, tout les courriels obtenus seront des clients potentiels.

  12. Logiciel Immobilier on

    Excellent article, tout y est vraiment bien expliquer et en effet il n’est pas facile de mettre en place une landing page de qualité…. Merci à Jean Marie pour cette étude !

  13. Pingback: Landing page : c'est quoi ? | Du bon usage des réseaux | Scoop.it

  14. Pingback: Landing page : c'est quoi ? | marketing-ecommerce | Scoop.it

  15. Que c’est instructif ! Merci Jean-Marie pour cet exposé clair et illustré. Je crois que je vais revoir ma landing page right now !

  16. Pingback: Une landing page : c'est quoi ? | SEO et visibilité web | Scoop.it

  17. Je reconnais bien ici la plume de Jean-Marie : efficace et bien documentée ! Merci pour ce superbe article que j’ai bookmarké pour y revenir par la suite. Je vais aussi le faire suivre à un ou deux clients car ça leur sera utile.

  18. Pingback: Volunia, un nouveau moteur de recherche !

  19. Je rejoins l’avis de Marie, superbe article plus que bien documenté ! Le genre d’articles à relire bien tranquillement chez soi avec un bloc note et un crayon à la main. Merci pour le partage !

  20. Vraiment très intéressant, nous sommes justement une agence de traduction et nous allons voir comment améliorer nos landing pages suite à votre analyse !

  21. Voilà une superbe démonstration sur les « landing page » et très bien illustrée. C’est le genre d’article qui provoque une envie irrésistible et immédiate d’optimiser davantage son site.

  22. Pingback: Landing page : c'est quoi ? | botzaris36 | Scoop.it

  23. Pingback: Landing page : c'est quoi ? | SPIP-cms | Scoop.it

  24. Très bon article ! Analyse très méthodique et explications détaillées. Un peu long, mais bon c’est aussi ça qui fait sa qualité !

    Cependant je n’ai pas bien compris la comparaison avec les MFA… OK l’objectif est un peu le même « faire cliquer », mais bon pour moi la comparaison s’arrête vraiment là… Parce que faire cliquer pour aller vers une page du même site (pour le prestataire), et faire cliquer pour faire SORTIR du site (pour un MFA), c’est quand même deux objectifs assez différents, non ? ^^

  25. Jean-Marie

    Raid, exact, la comparaison s’arrête vraiment là : à faire cliquer.
    Dans mon raisonnement, j’ai écarté ce qui se passe « après » le clic (d’ailleurs je précise : le principe est le même, mais naturellement en y arrivant par d’autres moyens…), pour me concentrer sur ce qui se passe « avant » : à savoir une véritable stratégie pour faire accomplir une action à un internaute.
    Or pour moi l’accomplissement de l’action est au centre d’une stratégie gagnante pour réussir sa landing page.
    Ça va peut être surprendre, mais j’ai été extrêmement étonné le jour où j’ai découvert que la non-qualité d’un contenu pouvait être délibérée, comme dans le cas des MFA. Pas tous, certes, mais beaucoup. Et cela bien avant que Google ne censure ce genre de pratiques.
    En son temps, j’avais sérieusement réfléchi à ce type d’incohérences chez Google : http://adscriptum.blogspot.com.....t-les.html

  26. Oui j’ai été assez surpris également il y a quelques temps en apprenant que le contenu d’un MFA devait être le moins intéressant possible pour que le lecteur s’en détourne et clique sur les pubs ! (tant que pour Google c’est considéré comme du texte unique et « de qualité »… hahaha)

  27. Merci pour cet article très intéressant.
    À noter que, chez Google, « landing page » se traduit par « page de destination ».

  28. Pingback: Landing page : c’est quoi ? | Le monde est-il NET ? | Scoop.it

  29. Pingback: Landing page : c'est quoi ? | cours e-commerce | Scoop.it

  30. Merci Jean-Marie pour cet excellent article ! Et, une fois n’est pas coutume, les exemples cités sont en plein dans notre domaine d’activité : la traduction. D’ailleurs, je suis un peu surpris de ne pas trouver le site d’Anyword dans votre sélection, puisque nous figurons dans la première page de résultats de Google pour la requête « traduction sites web » : je veux dire par là que j’aurais bien aimé connaître votre opinion sur notre site. Quoique ça me rassure aussi, quand je constate la quantité importante d’efforts à réaliser pour tenter de rejoindre des pros comme Translation Service USA… En tous les cas, vraiment merci pour cet article, et pour celui sur les couleurs primaires, adoptées par Google, le Lego et Leonard Da Vinci. A vous (re)lire un jour prochain.
    Guillaume

  31. Déjà, merci pour l’article qui est très intéressant, par contre j’ai tiqué sur ce passage :

    « s’il recherchait uniquement le gratuit, il ne serait jamais arrivé là mais sur l’une des 27 pages des 41 résultats proposés par Google… »

    Il faut savoir que beaucoup de personnes tapent « traducteur anglais » (ou autre langue) dans google, s’attendant à tomber sur un outils de traduction en ligne automatique, du coup les gens cliquent sans forcément même lire le titre apparement, qui en général précise bien qu’il s’agit d’une agence ou de la traduction humaine, ça génère un taux de rebond effroyable (vu et testé sur des sites de traduction que j’ai pu analyser). Et typiquement, dans le cas de requête de ‘traduction de site web’, ça doit être le cas.

    cordialement

  32. Fabien Elharrar

    Tout simplement excellent
    Merci Merci Merci Merci pour cette étude à la fois claire et très fouillée.
    J’ai appris des tonnes de choses !

  33. Pingback: De l’importance d’une landing page | Simtic

  34. Pingback: Le marketing numérique en 2011

  35. Pingback: » Les articles incontournables de la semaine - Wizishop Blog Ecommerce

  36. Merci pour cet article sur la landing page qui n’est pas avare en informations. Existerait-il un ouvrage en Français avec des modèles concrets sur ce sujet ?

  37. Jean-Marie

    @Minh Chau,

    Il y a très certainement des ouvrages en FR sur cette problématique, mais je n’en connais pas en particulier. Ceci dit, il est probable qu’une brève recherche sur Internet suffira à combler cette lacune :-)

  38. Bonjour, et merci pour ce remarquable travail
    Ces conclusions sur « ce qui marche » pour l’atteripage (magnifique néologisme, à suggérer à l’Académie) sont-elles transposables pour les annonces payantes type Adwords, où il;faut a priori diriger directement vers la fiche produit ?
    merci

  39. Bonjour Jean-Marie,

    Merci pour votre réponse. J’ai cherché et je n’ai rien trouvé y compris sur Amazon si ce n’est des ouvrages en Anglais et qui ne sont pas très récents.

    Si quelqu’un a des informations, je suis preneuse !

  40. Jean-Marie

    Serge,

    Merci pour l’appréciation sur le néologisme, j’y suis sensible.
    La rédaction des AdWords a ses propres lois, par contre rien n’empêche de concevoir la fiche produit comme une véritable page de destination, d’autant plus qu’en général c’est bien sur la fiche produit qu’on invite l’internaute à l’action (soit en savoir davantage sur le produit, soit l’acheter, soit en parler autour de soi, etc.).

    J-M

  41. J’ai lu avec intérêt votre article ainsi que la quasi totalité des commentaires ce qui est très rare me concernant, j’aurais bien aimé avoir un CTA pour acquérir un livre blanc de votre cru :)

    Merci.

  42. Pingback: Landing page : c'est quoi ? >> Offre, valeur, action | Usages et valorisation de l'information | Scoop.it

  43. Pingback: Vu sur le Web #1 – E-mail Marketing, Landing Page et Marketing BtoB | Go2webM

  44. j’ai trouvé cela pertinent et instructif. Cela m’a donné des idées de modifications, que je vais tester sur certains de mes sites web.
    Ce qui est sur c’est qu’il faut pas mal de test avant de trouver une structure efficace de landing page, et qui varie selon le theme du site web.

  45. Pingback: Landing page : c'est quoi ? | SPIP-cms | Scoop.it

  46. Pingback: TIPS&Co | Pearltrees

  47. Bravo pour cet article remarquablement clair, tout y est expliqué simplement, alors que le sujet est plutôt ardu pour le néophyte. On sent un désir sincère de la part de l’auteur de faire passer une information et de donner un peu de son savoir. Bien sûr, tout cela est gratuit, alors on en redemande. On est en présence là d’un des meilleurs aspects d’Internet. Bonne continuation. PM

  48. Merci beaucoup pour ce superbe article, c’est clair et détaillé.
    Exactement le type d’article que je cherchais pour me lancer dans la création de ma première landing page.

  49. Pingback: Volunia vs. Google

  50. Pingback: Actualités du monde - Volunia vs. Google : quelques explications

  51. Pingback: Landing page : c'est quoi ? | web2marketing | Scoop.it

  52. Pingback: Landing page : c'est quoi ? | Mon vrac : | Scoop.it

  53. Excellent article avec des exemples concrets et des astuces pertinentes!

    J’ai écrit un article récemment sur l’optimisation des pages de destination : http://f1y.ca/optimiser-une-page-web

    À mon avis, les gens ne consacrent pas assez de temps à l’optimisation des pages de destination et à mesurer lers performances. Il est pourtant facile de faire des tests A/B et d’apporter des modifications afin de maximiser le taux de conversion!

  54. oui merci pour l’article, d’autant que cela me concerne.
    Mon site est en première page de google mais peu d’action et de visite…
    Je me demande s’il faut que je fasse une landing page pour engendrer une action ( mon but est de faire reserver des voyages, hotels, pariss pass pour Paris) ou s’il faut que je fasse une page comme tout les sites de voyages que j’ai vu avec une zone de recherche de voyage par exemple.
    Je ne suis pas sure qu’une landing page se prete bien a un site de voyage pour convertir.

    les conseils sont les bienvenues…

    Merci

    Zafu

  55. Effectivement, l’article est très intéressant.
    Nous venons de lancer notre plateforme de gestion de landing page et nous publions également des articles sur le sujet et notamment un article sur comment optimiser son taux de transformation :
    http://www.busineyss.com/fr/bl.....nding-page
    Ce qui est certain, c’est qu’une landing page oit avoir un objectif précis ;)

  56. Une présentation très Intéressante, tout bien analysé. Merci de nous faire profiter de toutes ces informations sur Landing page !

Lire les articles précédents :
Anonymous dévoile un piratage massif en Finlande : 10% de la population touchée

Les Anonymous sont sur tous les fronts. Le groupe de hackers vient de dévoiler son piratage des adresses email de...

Fermer