Un pédophile est condamné grâce à une petite fille virtuelle

Elle s’appelle Sweetie, c’est un visage créé en 3D qui traque les prédateurs sexuels sur internet.

Il y a plus d’un an, nous évoquions l’initiative de l’ONG Terre des Hommes Pays-Bas pour lutter contre certaines activités de pédophilie sur internet, quelque chose que l’ONG avait qualifié de « tourisme sexuel par webcam ».

Leur « truc » c’était de créer un visage de fillette en 3D et une identité, « Sweetie », qui se prend pour une fillette de 10 ans localisée en Asie.

L’idée est d’attendre la sollicitation par des internautes sur des services de chat et que des enquêteurs de l’ONG, cachés derrière Sweetie, tentent de soutirer des informations permettant de mener vers des prédateurs sexuels.

A l’époque, on racontait que Sweetie a permis à ces enquêteurs de localiser 1 000 personnes parmi 20 000 clients potentiels et ce seulement en l’espace de 10 semaines. Parmi les informations recherchées, il y a les numéros de téléphone, les adresses ou encore des photos permettant d’identifier les prédateurs.

Depuis, cette initiative de l’ONG Terre des Hommes n’a pas trop fait parler d’elle. Mais celle-ci vient tout juste de mener à une première condamnation. Comme le rapporte Le Monde, il s’agit d’un Australien de 38 ans, qui a été condamné à 2 ans de prisons pour avoir voulu communiquer de manière indécente avec un mineur mais aussi pour possession de contenus à caractère pédophile. Et étant donné le nombre de « clients » qui sollicitent Sweetie, il ne s’agira très certainement pas de la première condamnation dont elle est la source.

Par ailleurs, cette ONG n’est visiblement pas la seule à créer de fausses identités pour enquêter sur des criminels. Il y a quelques jours, une affaire impliquant la DEA (la police anti-drogue américaine) avait énormément fait parler d’elle.

Suite à l’arrestation d’une personne pour une affaire de drogue, la DEA aurait saisi le téléphone de celle-ci. Et l’agence américaine est actuellement accusée par le propriétaire du mobile d’avoir utilisé les informations contenues dans celui-ci pour usurper son identité sur Facebook, dans le cadre d’une opération. Pour sa part, Facebook a rédigé une lettre adressée à la DEA, lui demandant d’arrêter « toutes les activités sur Facebook qui implique une usurpation de l’identité des autres ».

(Source)


4 commentaires

  1. Pingback: Un pédophile est condamné grâce à une petite fille virtuelle - Linkeol, L'actualité des entreprises en France

  2. Pingback: Actu/news informatique 1 | Pearltrees

  3. Pingback: Ce qui se dit sur Facebook: Petite revue de presse, non exhaustive !

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Femme smartphone pixabay
Twitter vient de faire un beau cadeau aux développeurs d’applis mobiles

Twitter a dévoilé un outil appelé Digits, qui permet aux développeurs d’utiliser un système de login similaire à celui de...

Fermer