Déjà un coup dur pour Google « +1 » seulement 24 heures après son lancement !

Ceci n’est pas un canular du 1er avril ! Une des raisons majeures pour lesquelles une bonne partie de la communauté web pensait que contrairement aux déboires passés de Google dans le domaine des réseaux sociaux, le tout nouveau « +1 » allait être un succès, vient sûrement de s’effondrer ! La cause ? Elle s’appelle « Google +like » !

Ceci n’est pas un canular du 1er avril ! Une des raisons majeures pour lesquelles une  bonne partie de la communauté web pensait que contrairement aux déboires passés de Google dans le domaine des réseaux sociaux, le tout nouveau « +1 » allait être un succès, vient sûrement de s’effondrer ! La cause ? Elle s’appelle « Google +like » !

Google +like

La plupart des articles parus hier au sujet de Google « +1 » relevaient que l’une des forces du concept était que les +1 soient directement intégrés dans les résultats de recherche Google. L’article de Presse-citron sur le sujet titrait d’ailleurs « Avec le nouveau Google « +1 », la recherche devient sociale ! ».

Eh bien Koby Menachemi a d’ores et déjà réussit à produire une application équivalente, mais avec le nombre « likes » Facebook directement intégré à côté des résultats de recherche Google. Il a donc astucieusement choisit le nom « Google +like » pour cette nouvelle application qui risque de faire un carton.

Vous avez du mal à y croire spécialement compte tenu de la date de cet article ? Essayez-le dès maintenant ! L’application se présente sous la forme d’un add-on compatible Internet Explorer, Safari, Chrome et Firefox (bien qu’il y ai apparemment des problèmes pour la version 4 de ce dernier). Après dix secondes d’installation et un redémarrage du navigateur, lancez une recherche sur Google et vous obtiendrez ceci:

Google +like en action

Comme vous le voyez, le nombre de « likes » par page s’affiche à côté de chaque résultat Google. Le système ralentissant légèrement l’affichage de la page, une petite icône « Google +like » apparaît dans la colonne de gauche, vous permettant de désactiver/réactiver l’application. Le résultat est vraiment bluffant.

Reste à savoir si cette add-on représente une vraie menace pour le succès de « +1 » ? Pour cela étudions les forces en présence.

Pour Google « +1 » :

  • Avantages : Énorme budget communication en perspective, influence potentielle sur le « page rank » des sites web.
  • Inconvénients : Peu de données déjà présentes sur les sites, nécessité pour les utilisateurs d’avoir un profil et un réseau Google redondant de leur profil Facebook et Twitter, les boutons +1 ne sont pas encore implantés sur les site web !

Pour « Google +like » :

  • Avantages : Opérationnel immédiatement, énorme quantité de données sur les « likes » déjà présente donc service immédiatement utile, un grand nombre de sites sont déjà équipés de bouton « like », les utilisateurs ont déjà des profils Facebook, possibilité plus tard d’intégrer le compte de retweets à l’application?
  • Inconvénients : La communication va être difficile sans grand budget (créé par un petit groupe), le format Add-on qui peut déplaire car installation/mises à jour, ralentissements lors du chargement de Google (peut-être dû à la version bêta de l’application)

Le développement de cette affaire promet d’être intéressant ! Pour ma part, j’ai installé « Google +like » et après quelques heures d’utilisation je suis assez convaincu et je compte le garder pour l’instantcar c’est effectivement bien utile.

Pour conclure, il semblerait que la malédiction des réseaux sociaux pour Google soit toujours d’actualité ! On aurait presque peine pour eux…

Voici la vidéo fournie par les créateurs de « Google +like » et encore une fois le site de téléchargement.


Nos dernières vidéos

29 commentaires

  1. Salut Jean-Baptiste,

    Add-on interessant en effet mais que je sache, l’add-on ne va pas influencer les resultats de ta recherche simplement l’agrementer du nombre de « Like » de l’URL. Or Google+1 semble t’il a pour ambition de filtrer les resultats de recherche en fonction des likes de tes friends.

    Le Google+Like n’est pas tres social ou bien dans toute la sphere du web alors que le Google +1 est restreinte a tes friends.

    On ne peut predire ce qu’il va advenir de Google+1 dans quelques temps mais on ne peut pas non plus le comparer a un add-on developpe en 2 jours sans connaitre toutes les ramifications (actuelles et dans le futur) qu’un projet comme Google +1 peut avoir sur notre maniere de faire des recherches et de filtrer les resultats.

  2. Non mais le principe du +1 de Google c’est d’avoir les +1 de ton réseaux, pas de la masse Facebook.

    Donc aucun intérêt.

  3. Ça fait très closer comme titre non? C’est vrai que le principe de l’addon est sympa , en revanche je ne suis pas sur que le grand public l’adopte !
    De plus vu que c’est une application cliente , il n’y a pas de tri sur le résultat de notre recherche non ?

  4. Quand j’ai rédigé l’article sur « +1 » je me suis posé la question suivante :
    Quel est l’intérêt d’un tel system ? (FB ou +1) car quand on cherche un information on va google on cherche et on clic pour aller sur le site non ? et bien qui va revenir en arrière après avoir navigué pour y mettre « +1 » ?
    je ne sais pas

  5. Eric

    @bilelz : ce n’est pas in poisson d’avril, je viens de l’installer sur Chrome et ça marche très bien (malgré une petite latence à l’affichage du bouton).

  6. Pas convaincu. Je suis en train de tester l’addon pour les likes de Facebook, et le nombre de personnes qui aiment une page est à moitié rogné. Pas très abouti.

  7. Ce n’est qu’un addon affichant ce qui existe déja… google +1 est un truc nouveau de A a Z, une alternative complète, un nouveau maillage sociale à faire avec quelques nouveautés en plus ! (résultat de recherche en fonction des affinités de ses amis, page rank qui prend en compte les +1). Certe ça ne prendra pas 2 jours à google+1 pour arriver à s’imposer et à être utilisé comme le like mais de la à le comparer et dire qu’un simple plugin va l’enterrer…
    Une boule de neige n’a jamais fait couler un iceberg !

  8. Jean-Baptiste

    @Yohan Launay
    @Sylvain Bui

    Nous utilisons le même argument pour prouver deux thèses opposées. Vous dites +1 est mieux car c’est un réseau de novo, je dis que car c’est un réseau de novo alors que d’autres sont déjà bien implantés, la masse critique de bon fonctionnement va être plus dure a atteindre surtout si elle nécessite la création pour les utilisateurs d’un nouveau profil Google dont ils ne voient pas forcement l’intérêt…

    @Benji : Avec l’add-on il y a les deux, le nombre global de « likes » et si parmi eux vous avez des amis Facebook, leur photo s’affiche sur la droite (voir la vidéo)

    @Antoine | 1point2vue
    @iup
    @Florent
    Certes, le format add-on est le gros inconvénient de +like… mais je ne suis pas si strict. Je pense que l’applicatif clientside va connaitre un gros boom dans les prochaines années.

  9. Excellent article je vais tester l’application voir ce qu’elle donne, par contre j’aimerais soulever une différence qui me parait importante.
    Sauf erreur le google +1 ne prend en compte que les contacts de la personne, jouant ainsi sur la personnalisation alors que l’application google like semble prendre en compte les like global de l’ensemble des internautes et serait donc beaucoup moins ciblé. N’y a t’il pas plus de chance d’apprécier un lien aimé par 10 proches plutôt qu’un lien aimé par 200inconnus?

  10. Je pense aussi que l’effet add-on est très problématique. L’intérêt de Internet est d’être _connecté_ .
    A mon sens, être dépendant d’un add-on précis installé sur une application précise sur une plateforme précise est très limitatif.

    La première barrière du +1 est le compte google et celle du +like est quand même ce que je viens de décrire plus haut.

    La cible du +1 est quand même le consommateur friand d’internet (que vous êtes !) et une majorité grandissante de ceux-ci ont un compte google (et un facebook de facto).

    Cependant la réactivité du (des ?) concepteur du +like est remarquable et chapeau à eux.

  11. @Mathgon: et ça ne changera rien DU TOUT à moins que tu sois amis avec plein de farms ? dans ce cas la ca serait logique.

  12. Certes, le résultat visuel est similaire, et l’idée peut éventuellement être intéressante, mais c’est une solution qui ne tient pas la route techniquement si tu prends l’ensemble des internautes.

    Ton addon va faire exploser le nombre de requête émise par le navigateur du browser (à chaque résultat = +1 requête), là où google va simplement rajouter un item de plus sur sa page à chaque résultat. Ce qui intéresse l’Internaute sur un moteur de recherche, c’est d’aller au plus vite au meilleur résultat.

    Sans parler de l’impossibilité d’utiliser cette extension sur des navigateurs fermés (mobiles, consoles etc…).

    En plus, les résultats sont classés par Google et ensuite comparé au social graph facebook… pas très utile. Facebook pourrait désormais lancer un moteur de recherche à la Yahoo où le contenu est produit par les internautes, et la pertinence serait immédiate.

    Bref, idée d’article intéressant, par contre il va falloir revoir la tournure « marketing » 🙂

  13. Intéressant, mais je suis sûr de ne pas l’utiliser, contrairement à la fonctionnalité +1 de Google.
    Entre PC de travail, perso, familial, téléphone mobile etc. j’utilise au moins 4 ou 5 navigateurs différents – la plupart du temps Opera d’ailleurs, qui ne semble pas compatbile.
    La solution Google est indépendante du navigateur. A l’inverse, l’installation et la mise à jour d’add-on est plus un casse-tête que quelque chose de vraiment pratique pour moi. Après, chacun voit midi à sa porte 😉

  14. En gros, j’assimile les « Facebook +like/j’aime » à de la publicité mensongère, une information marketing sans intérêt.

    Le Google +1, lui, semble personnalisable, donc propre à notre réseau « social » (amis/connaissances), et donc bien plus susceptible de fournir des informations de qualité.

    L’auteur de cet article semble donc avoir souffert de raccourcis bien paresseux dans son analyse, à moins qu’il ne s’agisse carrément de partis pris préjudiciables pour un rédacteur/journaliste sérieux.

Répondre