Espionnage : en Allemagne, on envisage sérieusement le retour de la machine à écrire

Une chose est sûre (ou pas), une machine à écrire ne pourra jamais être piratée.

Machine à écrire pixabay Espionnage : en Allemagne, on envisage sérieusement le retour de la machine à écrire

Suite au scandale des écoutes la NSA en Allemagne, une commission d’enquête parlementaire avait été mise en place. Dans une interview accordée à un média allemand, Patrick Sensburg qui est à la tête de cette commission a affirmé qu’ils envisageaient d’utiliser des machines à écrire pour les documents sensibles.

Dans l’interview (traduction par The Guardian), il est demandé au politicien s’ils envisagent d’utiliser des machines à écrire. Celui-ci donne une réponse affirmative et précise même qu’ils excluraient les modèles électroniques.

Le journaliste demande : « Réellement ? ». Patrick Sensburg répond : « Oui, ce n’est pas une blague » puis explique : « Contrairement à d’autres commissions d’enquête, nous étudions une situation en cours. Les activités de renseignement sont toujours en cours. »

Il y a quelques jours, un agent des services de renseignement allemands a été arrêté. Il s’agirait – une autre enquête étant en cours – d’un agent double qui travaille aussi pour la CIA et qui aurait déjà recueilli plus de deux cents documents relatifs à la surveillance de la NSA. Ce présumé agent double aurait récemment eu pour mission de collecter des informations au sujet de l’enquête parlementaire en cours sur les activités de la NSA en Allemagne.

La machine à écrire serait-t-elle donc la seule solution fiable pour déjouer les cyber-espions ?

En tout cas, la Russie semble en être convaincue. Il y a quelques jours, The Guardian avait également rapporté que la Garde Fédérale (FSO) russe, chargée de la protection des dirigeants, aurait commandé des machines à écrire Triumph Adler qui ont la spécificité de produire des signatures uniques permettant d’authentifier la source d’un document. Dans cet article, The Guardian cite aussi un média russe qui explique qu’en Russie, de nombreux services sensibles sont encore très fidèles au format papier et que cela allait se répandre suite aux nouvelles révélations.

(Sources: 1/2/3)

8 commentaires

  1. Dreyfus n’avait donc pas à s’inquiéter pour son procès alors si l’espionnage via un dispositif autre que l’ordinateur est impossible.

  2. Faut dire qu’avant l’avènement du numérique il n’y avait pas d’espionnage…..sic!

    Et après avoir écrit leur document (en espérant qu’ils ne le photocopient pas à défaut de papier carbonne) ils vont le faxer ou le scanner pour le transmettre?

  3. Pingback: Espionnage : des politiciens allemands pensent ...

  4. Je me souviens d’une affaire… Trois bandits pris la main dans le sac au sein d’une grosse boite ont été convoqués au siège. Étaient présents les avocats qui leurs ont montré un document « fatal » pour eux. Discutions, palabres, les avocats sortent un moment. Au retour ils cherchent le papier-preuve laissé sur place, fouillent les 3 bandits sans rien trouver. Les bandits se demandaient comment cela avait pu disparaître, sauf celui qui avait proprement mangé le document. Plus de poursuite contre eux. Pour l’appât du gain, on mange sans faim !

  5. Trop fort… et du chiffrage avec Enigma? Version mécanique?
    Et de toute façon ça finira dans une GED… erf.

  6. Pingback: En Allemagne, on envisage sérieusement le retour de la machine à écrire | Calitel.eu

  7. Pingback: Qwerkywriter : le clavier déguisé en machine à écrire

  8. Pingback: A défaut d’utiliser une vraie machine à écrire, vous pourrez utiliser ce drôle de clavier | Le Blog Bon Plan

Et si vous mettiez votre grain de sel ?

Lire les articles précédents :
Android Pixabay
Google lance un nouveau MOOC pour apprendre à développer des applis Android

Un cours créé par Google pour apprendre à développer des applications Android.

Fermer