L’Europe met en place la neutralité du Net, une belle victoire

Ce mardi 30 Août, Bruxelles a publié ses lignes directrices pour le respect du principe de neutralité du Net. Cette décision très attendue est un succès pour les internautes, mais elle n’enchante cependant pas les fournisseurs d’accès.

Une victoire pour la neutralité du Net en Europe

En novembre 2015, la notion de « neutralité du Net » avait été définie par le parlement européen. Et c’est ce mardi 30 août, que le gendarme européen des télécoms (l’Orece, aussi connu sous son appellation anglaise BEREC) en a établi les règles de fonctionnement. Le texte en question a reçu un accueil plus qu’enthousiaste de la part des utilisateurs, qui voient là, l’accès tant réclamé à un internet libre et ouvert. De l’autre côté, ce sont les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) qui font grise mine, remettant en cause le bon fonctionnement de la 5G dans de telles conditions.

Une victoire pour les consommateurs européens

L’époque des débits préférentiels est révolue. Netflix ne sera plus bloqué par Comcast et YouTube sera à nouveau accessible chez Free. Grâce à la mise en place de règles strictes concernant la neutralité du Net par l’Orece, les FAI ne pourront plus faire de favoritisme dans la distribution des débits selon les services.

Les associations de défense des droits des citoyens, qui s’étaient réunies sur la plate-forme « SaveTheInternet », crient à la victoire. En effet, ces associations comme « La Quadrature du Net » revendiquent leur droit pour un internet libre et ouvert. Facebook et Netflix avaient également pris part aux revendications en ce sens. La députée européenne néerlandaise du parti pirate, Julia Reda, reconnaît avec joie « une victoire pour la société civile ».

Quelles sont les règles mises en place ?

Dans son texte, l’Orece déclare notamment que « Les FAI devront traiter tout trafic de la même manière, sans discrimination, restriction ou ingérence ». Il s’agit donc d’interdire le blocage ou la détérioration du trafic des données en fonction des services. Ce qui permet qu’une application ne soit pas ralentie en faveur d’une autre par exemple. L’association des opérateurs européens (l’ETNO) a d’ores et déjà réagi amèrement : « Espérons que l’implémentation des règles de la neutralité du Net n’empêchera pas la naissance de nouveaux services et applications ».

Par ailleurs, le « zéro rating » n’est pas remis en cause à ce jour. Il s’agit du principe qui consiste à permettre l’accès gratuit à une application sans consommer de données. À ce sujet, Sébastien Soriano, vice-président de l’Orece, explique que « Les règles s’appliqueront au cas par cas, selon différents critères ». Il précise prudemment que « cette souplesse laissée aux régulateurs nationaux est très importante ».

Source

6 commentaires

  1. « Espérons que l’implémentation des règles de la neutralité du Net n’empêchera pas la naissance de nouveaux services et applications » tient c’est marrant cette manière de transformer « revenus financiers » en « services et applications » pour mieux enrober la chose.

  2. Stéphane on

    Tu parles de neutralité, cela permettra surtout à YouTube de continuer à consommer gratuitement toute la bande-passante des FAI européens, et cela sans débourser un centime, sans participer à l’entretien du réseau…

    Ça sent la corruption à plein nez, sous couvert d’éthique, ce qui est bien pire…

    • Comme si c’était Google qui forçait les gens à aller sur youtube… Ca permet surtout aux gens qui veulent aller sur youtube.. d’aller sur youtube!

      • Le rapport avec YouTube ? La problématique c’est que le prétexte de la neutralité sert aux GAFAx, ces derniers souhaitent toujours un accès plus rapide à leurs sites sauf que :

        – Sans neutralité : Orange peut décider de privilégier 90% de ses clients qui ne vont pas sur YouTube (éh oui, tout le monde ne passe pas si vie sur YT) en limitant la bande-passante vers ce dernier en soirée, afin de ne pas pénaliser 90% de se clients. Le problème étant que cette limitation de trafic n’est pas neutre par nature.

        – Avec neutralité : Orange (ou autres) n’a plus le droit de différencier ses clients, même si seulement 1% des clients pénalisent les 99% (la bande-passante n’est oas illimitée, elle sature en soirée et weekend et l’upgrade du backbone a un coût que les GAFA ne veulent justement pas payer, alors que ce sont eux qui gagnent de l’argent avec leurs sites.

        En gros, il n’est pas normal que YouTube gagne des milliards d’euros en exploitant le réseau des opérateurs et cela gratuitement, au détriment de la très grande majorité des personnes.

        La neutralité va faire qu’en soirée tout le monde aura un accès à Internet lent ou alors les tarifs des abonnements vont augmenter afin d’augmenter la bande-passante disponibles pour mettre au GAFA de continuer à s’enrichir au détriment des abonnés.

        A la base, la neutralité c’est bien sauf qu’ici cela permet juste à des coucous de squatter des nids.

  3. ce sont les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) qui font grise mine, remettant en cause le bon fonctionnement de la 5G dans de telles conditions.
    comme si la 4G bénéficiait déjà à une majorité d’utilisateurs
    qu’ils terminent la 3G on verra par la suite

  4. La neutralité du net, ce n’est pas seulement l’interdiction de discriminer les sources par exemple en fonction de leur bande passante, c’est aussi l’interdiction de discriminer la destination ou encore le contenu. Certes YouTube et quelques autres grand consommateur bande passante peuvent être satisfait, mais nous aussi, en tant que citoyens nous ne pouvons que nous réjouir de la liberté de diffusion de contenu, ce qui est probablement le plus important de tout.

Répondre

Lire les articles précédents :
Erreur sur le flux Trending Topics de Facebook
Trending Topics de Facebook : à peine confiés aux algorithmes et déjà un gros couac

Facebook dispose d’un service de Trending Topics aux États-Unis, jusqu’à présent des humains étaient chargés d’alimenter cette compilation de sujets...

Fermer