Vous travaillez peut-ĂȘtre chez Google sans le savoir

Vous rĂȘvez de travailler chez Google depuis des annĂ©es ? Et si c’Ă©tait dĂ©jĂ  le cas, sauf que vous ne serez jamais payĂ© ! Cela fait tout de suite moins rĂȘver


Google PIxabay Alphabet

Une amĂ©ricaine du Massachusetts a dĂ©cidĂ© d’attaquer Google en justice via une « class action » afin de dĂ©noncer du travail dissimulĂ© effectuĂ© gratuitement par des millions d’internautes dans le monde. Elle accuse Google d’utiliser les Captcha pour faire travailler les internautes, sans les prĂ©venir et surtout sans les rĂ©munĂ©rer


Gabriela Rojas-Lozano, une habitante du Massachusetts a dĂ©cidĂ© de s’attaquer Ă  un secret assez gĂȘnant de chez Google. La firme de Mountain View utiliserait des millions de petites mains et pas n’importe lesquelles, puisque c’est peut-ĂȘtre les vĂŽtres, pour numĂ©riser des mots. La plaignante a lancĂ© une Class Action afin d’obtenir une compensation, malheureusement la juge fĂ©dĂ©rale Jacqueline Scott Corley a rejetĂ© la plainte et a donnĂ© raison Ă  Google en plus !

Pour mieux comprendre, il faut regarder le systĂšme d’authentification qui utilise les Captcha, afin de diffĂ©rencier les robots, des humains dans le domaine de la sĂ©curitĂ©. Il peut s’agir de mots ou d’images et vous pensiez sans doute qu’ils Ă©taient alĂ©atoires et n’avaient aucun sens. Il semblerait que Google ait utilisĂ© ce systĂšme pour mettre Ă  contribution les internautes pour Ă©crire manuellement, ce que ses « machines » n’étaient pas capables de reconnaĂźtre dans des livres numĂ©riques, sur des plaques de rue, de numĂ©ros de maison, etc.

De cette façon, Google aurait pu combler les « vides » pour la numĂ©risation d’ouvrages, pour alimenter Google Street View ou Google Book par exemple. Une forme de crowdsourcing en quelque sorte, sauf que personne n’était conscient de travailler pour le compte de Google.

La juge Jacqueline Scott Corley a considĂ©rĂ© irrecevable cette plainte en affirmant : « La plaignante n’a pas pu dĂ©montrer que les quelques secondes requises pour recopier ce second mot sont quelque chose pour lequel un consommateur pourrait rĂ©clamer une compensation financiĂšre. ». La magistrate a estimĂ© que l’utilisateur avait plus Ă  gagner que Google, puisqu’elle disposait d’un compte Gmail gratuit et d’outils comme Google Book ou Google Maps, Ă©galement gratuits. D’aprĂšs elle, mĂȘme si des millions de personnes perdent quelques secondes, le prĂ©judice est quasiment inexistant.

Source

Source 2

8 commentaires

  1. \ »un secret assez gĂȘnant\ » heu… ça fait des annĂ©es que l\’on sait Ă  quoi sert ce systĂšme de Captcha et Google n\’en a jamais fait secret, d\’ailleurs je me souviens qu\’il en a mĂȘme clairement expliquĂ© l\’usage il y a des annĂ©es lors de la dĂ©couverte de ce projet universitaire si ma mĂ©moire est bonne et Google a finalement rachetĂ© la sociĂ©tĂ© reCaptcha en 2009 qui s\’Ă©tait spĂ©cialisĂ©e dans ce domaine.

    Et la plaignante vient d\’ĂȘtre dĂ©boutĂ©e…

    • Emmanuel Ghesquier
      Emmanuel Ghesquier on

      C’est toujours un peu gĂȘnant et pas trĂšs marketing, de se voir afficher dans la presse internationale pour mettre ses « clients » Ă  contribution sans toujours les prĂ©venir. MĂȘme si 1% des internautes sont conscients de cette utilisation des Captcha et je doute sincĂšrement qu’ils soient aussi nombreux, il reste 99% des gens qui pensaient naĂŻvement que cela serve Ă  une Ă©tape de sĂ©curitĂ© uniquement.

      • Je suis d’accord et cela existe sous d’autres formes dans d’autres domaines, par exemple on croit donner des habits Ă  quelqu’un en les mettant dans les bennes Ă  vĂȘtements alors qu’en rĂ©alitĂ© cela alimente un marchĂ© de revente parallĂšle dans des pays Ă©trangers. Ou alors tous ces concours de logos ou slogan que des sociĂ©tĂ©s proposent pour s’Ă©conomiser des dizaines de milliers d’euros d’une de frais d’agence marketing/design alors que le gars dont le logo sera choisi gagnera une sucette.

    • Le capcha affiche deux mots, un que le systĂšme connait dĂ©jĂ , et un nouveau non connu (Mais Google a dĂ©jĂ  quelques idĂ©es).
      Le capcha est validé si le mot connu est bon et que le mot non connu ressemble à ce que Google avait comme idée.

    • Pas nĂ©cessairement, si par exemple les utilisateurs donnent Ă  99% la mĂȘme rĂ©ponse au captcha la « machine » peut comprendre que c’est la bonne solution par exemple

      • C’est exactement ça, j’avais postĂ© l’explication qui pour une raison inconnue n’apparaĂźt pas, Google a un critĂšre de regroupement des rĂ©ponses et si un certain nombre d’utilisateurs retourne la mĂȘme rĂ©ponse au bout d’un certain nombre de saisies alors celle-ci est reconnue comme valide et peut Ă  ce moment ĂȘtre elle-mĂȘme rĂ©-utilisĂ©e comme image de contrĂŽle « connue ».

  2. Pingback: Economie de l'information | Pearltrees

RĂ©pondre

Lire les articles précédents :
Samsung AdBlock
Le bloqueur de publicités Adblock Fast retourne sur Google Play Store

Le bloqueur de publicités pour Android Adblock Fast est finalement revenu sur le Play Store aprÚs avoir été banni par...

Fermer