Connect with us
Red top

E-commerce

Amazon devra expliquer pourquoi il a vendu des produits nazis sur son site

Suite à la découverte d’articles nazis et haineux en vente sur la plateforme, un membre du Congrès du nom de Keith Ellison s’est adressé directement à l’entreprise afin d’en savoir plus.

Il y a

le

Amazon articles nazis

Il y a quelques mois, deux groupes de défenses des droits de l’homme ont découvert plusieurs articles nazis et à connotation haineuse sur le site de e-commerce Amazon. Dans le rapport, l’Action Center on Race & The Economy et le Partnership for Working Families indiquent avoir trouvé des colliers accompagnés d’une croix gammée, des drapeaux ou des livres de propagande. À l’exemple d’un bavoir griffé d’un dessin de Pepe la grenouille nazi ou anti-musulman, plusieurs objets en vente s’adressaient directement aux enfants.

Amazon articles nazis

Capture d’écran du rapport « Delivering Hate »

Malgré le fait que la plateforme semble supprimer les articles assez vite lorsqu’ils sont signalés, Amazon manque tout de même de réactivité puisqu’il « ne prend pas de véritables mesures contre les vendeurs », expliquent les deux groupes à l’origine du rapport. Ces derniers accusent également la firme de favoriser la diffusion de messages haineux en faveur de l’antisémitisme ou de l’homophobie. Si la firme semble avoir réagi en faisant le ménage sur sa plateforme de vente, le membre du Congrès Keith Ellison ne semble pas satisfait pour autant.

> Lire aussi :  Amazon aurait l’intention de sortir au moins 8 appareils pour son assistant Alexa

Une réponse d’Amazon attendue avant le 31 juillet

Le 17 juillet, Keith Ellison a rédigé une missive dans laquelle il explique considérer qu’Amazon a encore beaucoup de réponses à apporter. Destiné à Jeff Bezos, le contenu de la lettre se veut interrogateur : « Combien d’argent Amazon a-t-il gagné avec la vente de ces articles nazis et haineux depuis 2015 ? » ou encore « Amazon va-t-il arrêter de vendre des articles identifiés comme nazis et haineux dans les trois mois à venir ? ».

Au total, le membre du congrès liste cinq questions auxquelles la société américaine se doit de répondre avant le 31 juillet. Difficile de savoir si Amazon risque réellement des sanctions en cas d’absence de réponse, mais il est certain qu’elle se devra d’apporter plus d’explications si elle veut calmer la polémique en cours.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières news

Les bons plans

Les tests