Amélie Poulain existe, je les ai rencontrés

Réfléchissez 5 minutes : quand avez-vous ressenti du plaisir, ou du moins une vraie satisfaction dans votre travail pour la dernière fois ? Hier ? il y a une semaine ? ce matin ? Jamais ? C’est important le plaisir, c’est ce qui fait avancer, qui met de l’huile dans les rouages de la vie

Réfléchissez 5 minutes : quand avez-vous ressenti du plaisir, ou du moins une vraie satisfaction dans votre travail pour la dernière fois ? Hier ? il y a une semaine ? ce matin ? Jamais ?

C’est important le plaisir, c’est ce qui fait avancer, qui met de l’huile dans les rouages de la vie professionnelle et des relations humaines. Nous devrions tous exiger d’avoir dans notre contrat de travail un temps quotidien de plaisir (ou de satisfaction), ce qui pour certains n’est malheureusement pas vraiment le cas.

Le web, les blogs et les réseaux sociaux ont ceci de formidable qu’ils vous permettent non seulement de rencontrer des gens avec lesquels vous partagez des affinités (ou pas), de leur donner parfois un coup de main, mais surtout de recevoir de temps en temps des marques d’attention désintéressée qui procurent précisément quelques doses de ce précieux elixir nommé plaisir.

Cela m’est arrivé aussi, et particulièrement au cours des derniers mois : des gens bien qui d’une façon ou d’une autre se sont transformés en autant d’Amélie Poulain, comme ça, spontanément, sans que j’aie rien demandé, et sans rien demander en retour, juste pour le plaisir de me faire plaisir, soit en m’apportant une aide technique précieuse (mon serveur s’en souvient encore…), soit en manifestant leur solidarité, voire leur affection lors de moments difficiles, soit en m’aidant avec leurs compétences juridiques ou en me faisant profiter de leur réseau de relations, soit en m’invitant tout simplement à passer du bon temps lors d’évènements divers et variés.

La plupart se foutent même que je les cite ou pas (« je fais pas ça pour avoi un backlink, hein !« ), et du coup je ne citerai personne nommément afin de ne pas commettre d’impair, à fortiori si j’en oublie, d’autant que la liste est longue. Mais je pense qu’il était quand même temps de se fendre d’un billet pour sinon leur renvoyer l’ascenseur (ça on s’arrangera entre nous), au moins les remercier simplement, voire même de les élever au noble rang d’Amélie Poulain d’Or 2008.

J’espère qu’ils et elles se reconnaîtront. Et que cela leur fera plaisir.


Nos dernières vidéos

36 commentaires

  1. C’est vrai qu’il y a des jours ou on se sent d’humeur « Amélie Poulain » ; seulement ceux qui ont été réellement touché par la simplicité, la nostalgie… du film peuvent comprendre. J’aime particulièrement le début soit la présentation de la « Tautou » petite : cerises sur les oreilles, framboises sur les doigts, colle sur les mains… qui me rappellent des moments intimes de mon enfance. C’est un film débordant d’humanité et c’est en ça que le soutien, la solidarité s’y réfèrent… J’en parlerais des heures et des heures avec la larme à l’œil.

  2. Je râle, beaucoup, sur les acteurs du Web et des blogs.
    Souvent. Et il y a aussi souvent de quoi.

    Mais il faut avouer que c’est aussi une formidable chaîne de solidarité qui peut se mettre en place lorsqu’on en a besoin. Et une forme d’amitié précieuse.
    Qui parfois débouche sur de véritables amitiés sur la vie de tous les jours.

    Et ça ça met effectivement du baume au coeur. Merci de l’apprécier, toi comme d’autres, à sa juste valeur 🙂

  3. C’est vrai Eric tu as bien raison !

    Au delà des râleurs, il y a aussi des personnes qui offrent gentillement leur compétence sans rien en échange…

    Et j’aurais tendance à dire qu’un gentil arrive à effacer beaucoup de râleurs 🙂

    Vive les gentils !

    Manu

  4. Voilà des trophées qui mériteraient d’être réellement remis : les bienfaiteurs bienveillants, les magiciens du quotidien, ceux qui mettent du sel dans la vie.
    Bon, bien sûr, pas de trophée matériel ni de discours (car il faudrait être modeste pour le mériter) mais tu peux éventuellement lancer l’idée, voir avec les ayants-droits (pour le nom) et concrétiser l’affaire.
    Pour remercier quand même un peu matériellement, la récompense pourraît être un moment de convivialité partagée (repas à réaliser ensemble + ciné, que sais-je…).

  5. Eric

    @Nicolas Chavardès
    C’est bon ça marche, je viens de tester sur mon netbook, c’est mon PC de bureau qui doit être un peu fatigué ce matin

  6. Moi je dis, tu n’as que ce que tu mérites! 🙂
    C’est pas si compliqué la vie: quand on donne, on reçoit!
    Sauf si on donne pour recevoir bien sûr.
    Oula, ça y est, je refais mon curé, désolé! 😉

  7. Nicolas Chavardès on

    Merde, j’avais pas vu le +. Bref, si t’aimes le rap et que t’es allé voir cette vidéo, tu as certainement envie de faire écouter ça à tes proches.
    Donc c’est pas vraiment du spam, c’est plutôt une campagne d’intérêt général.

  8. A en faire trop pour les autres… On en perd la santé, on s’oublie. Je suis de celles qui s’oublient à toujours vouloir aider, soutenir tout le monde… Il faut un juste milieu c’est pas un scoop.

  9. ben de cette notion de plaisir j en ai fait ma vie puisque mes orientation pro se font en fonction de mon plaisir ? quel plaisir je veux ? hop je chope le travail correspondant 😉
    maintenant mon vrai plaisir serait une reconnaissance financiere proportionnel au plaisir que je prends !!!
    j’aime bien l expression renvoi d ascenseur qui avec le pied à l etrier est l essence meme du projet que je mêne actuellement

    http://www.psorganisation.org/.....index.html

    http://1000et1entreprises.over-blog.com/

  10. C’est bô le web des fois c’est vrai 🙂

    Content d’avoir découvert ce petit monde il y a moins de 2 ans en tous cas car, même si c’est à échelle moindre que la tienne, j’ai aussi pu me rendre compte qu’il y avait des gens très sympa et prêt à filer un coup de main 🙂

    Presque choqué d’entendre du Rhoff sur PC mais j’aime bien, donc +1 à Nicolas 😉

  11. Juste pour dire qu’il y a un bouquin très bien qui traite du bonheur en général et qui explique que justement: offrir du bonheur c’est s’en générer pour soi.

    Le bouquin:
    L’apprentissage du bonheur : Principes, préceptes et rituels pour être heureux (Broché)
    de Tal Ben-Shahar (Auteur)

  12. Nicolas Chavardès on

    C’est comme ça que je l’ai pris Julie ! Pour cette fois je reste gentil aussi, je ne réagis pas. Mais la prochaine fois je risque de déployer l’armement lourd !

  13. Viens sur Paris / Com / Light et attention mines anti-personnelles quand tu arrives…
    Julie Navarro, conseillère en baston webérienne… Ah nan on arrête oh !! C’est un post très gentil il faut pas l’abimer.

  14. Complètement d’accord avec Eric.

    « C’est important le plaisir, c’est ce qui fait avancer, qui met de l’huile dans les rouages de la vie professionnelle et des relations humaines ». Bien dit 🙂

  15. Pingback: Nouvelle économie parallèle | Presse-Citron

  16. Pingback: Twitter, voyages, buzz, Brésil, Fuzz : l'édito du lundi de Presse-citron | Presse-Citron

Répondre