Bubblebeat, distributeur de musiques électroniques

Vous êtes amateur de musiques électroniques et vous n’avez pas encore trouvé votre bonheur sur le web ?
Réjouissez-vous, voici venir Bubblebeat, une plateforme indépendante dédiée aux musiques électroniques dont l’interface généreusement fournie mettrait en appétit le plus anorexique des mélomanes.

Bubblebeat

Vous êtes amateur de musiques électroniques et vous n’avez pas encore trouvé votre bonheur sur le web ?
Réjouissez-vous, voici venir Bubblebeat, une plateforme indépendante dédiée aux musiques électroniques dont l’interface généreusement fournie mettrait en appétit le plus anorexique des mélomanes.

Bubblebeat

Bubblebeat.com est le fruit de l’expérience de trois structures réputées dans le domaine de la musique depuis une dizaine d’années : le disquaire indépendant Bubble Records, le studio graphique Fly Designers et l’association productrice d’évenements Paradise.

Bubblebeat.com propose donc du téléchargement légal (Mp3, 320Kbps / WAV Audio – sans DRM) de musiques électroniques, avec un choix pléthorique, à commencer par les styles proposés, puisque l’on trouve entre autres : Soulful / DeepHouse, House, Minimal / Electronica, Broken / NuJazz, Electro / Tech House, Techno, Latin / Brazilian / World, Progressive, Indie Pop / Rock, Hip Hop / Soul Funk / Disco, Trance / Hard Dance, ChillOut / Downtempo / Dub, Jungle / Drum N Bass, Various Breaks…
 
Mais au-delà des styles, Bubblebeat propose également de nombreux services, comme les sélections sur mesure, la possibilité d’offrir un cadeau, le partage par l’intermédiaire de conseil à un ami, le Top des ventes dans chaque style, un extrait en écoute de 1min 30 pour chaque titre, le paiement sécurisé et la possibilité de créditer son compte par avance, etc…
On retrouve également les fonctions maintenant classiques de suggestion de playlists en fonction d’un titre sélectionné (donc théoriquement en fonction de vos goûts) et un fil RSS pour se tenir au courant des dernières nouveautés entrées dans le catalogue.
Il est également possible d’opérer des tris, par date, label, artiste, et si vous n’êtes pas expert en électro, l’Aquarium est là pour vous aider, en vous proposant des listes pré-établies en écoute dans plusieurs styles.

Il ne s’agit donc pas d’une webradio en écoute libre mais bien d’un site de vente en ligne de musique, sans DRM, par conséquent ne comptez donc pas sur Bubblebeat pour vous faire un Pandora ou un Deezer-like version électro.
Le site est à mon goût superbe quoique presque trop chargé (il est un peu difficile de s’y retrouver au départ) mais je suis un peu surpris par le prix des titres, qui est de 1,49 €/unité, là où nous sommes plutôt habitués à payer notre musique au prix maintenant courant de 0.99€/titre.
De quoi élargir sa culture électro en tout cas, voire découvrir des univers inédits pour certains.


Nos dernières vidéos

7 commentaires

  1. Pour information sur Beatport (leader du domaine dans l’électro), le prix usuel est de 1.99€ (MP3 320K), sachant que ça peut aller jusqu’à 3.49€ (pour une nouveautés en WAVE)

    En electro pur en France, il ne reste plus que 4Deejays (après la disparition d’Uploud et DigitalDeejay)

    Bon courage aux instigateurs, le marché de la musique en ligne n’est pas facile (surtout en France)… d’où les nouveaux produits que j’évoque sur mon blog pour le dynamiser 🙂

  2. j’allais dire la même chose que Sylvain. Bien que je ne sois pas consommateur de musique au format digitale, ça fera pas de mal un peu de concurrence à BeatPort (je suis pas sûr que la différence aille plus aux artistes). On s’aperçoit aussi du décalage entre le marché généraliste et le spécialisé : les gens sont prêt à mettre un peu plus cher apparemment.

  3. 1,79 le titre, c’est du vol! Pour ce qu’ils ont comme frais, entre ça ou le vinyl, pour moi, le choix est vite fait! Même si le prix double au passage, au moins on ressort avec quelque chose…

    D’ailleurs, sur le principe, je suis opposé à la vente de musique au format digital. Puisque l’investissement est quasi-nul pour monter un « label » et se vendre sa soupe, on se retrouve la plupart du temps avec de la simili-musique produite en vitesse, avec un manque de recul et de finition flagrant!

Répondre