Suivez-nous

Tech

Comment la pandémie accélère l’automatisation du travail

Certains employés remplacés par des machines à la faveur de la crise pourraient ne jamais retrouver leur emploi.

Il y a

  

le

 
Réunion, startup, business plan, laptop, bureau, travail
© Pixabay / Free-Photos

C’est sans doute une des conséquences les plus visibles de la crise sanitaire : l’explosion du télétravail. Pour autant, de nombreux métiers ne peuvent pas être exercés depuis chez soi. Et pour ces derniers, le risque de voir son emploi exercé par une machine est démultiplié. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude récente de la Federal Reserve Bank de Philadelphie consacrée à l’automatisation.

53 millions d’emplois sont menacés en Europe d’ici 2030

Ce phénomène ne date pas d’hier mais il serait renforcé par la pandémie. Pour les États-Unis, les chercheurs ont ainsi observé que les licenciements ont été bien plus élevés chez les travailleurs de divers métiers. Ils citent notamment les employés d’hôtels, les chauffeurs, les vendeurs au détail, les préposés au stationnement, les employés des péages ou encore les travailleurs des abattoirs. Tous exercent un travail où les machines prennent peu à peu le dessus.

Ces pertes d’emploi nés pendant la crise pourraient malheureusement perdurer. C’est le point de vue des auteurs de l’étude, cités par Bloomberg : «  Dans le cas où la crise du Covid-19 évolue vers une crise économique prolongée, de nombreuses pertes d’emplois dans des professions automatisables pourraient devenir permanentes dans l’économie post-pandémique, comme ce qui s’est passé lors de la reprise après la Grande Récession ».

Ils notent par ailleurs que la menace est plus forte pour les travailleurs issues des minorités qui sont plus nombreuses à exercer ces métiers. Cette analyse rejoint celle du McKinsey Global Institute dont nous vous faisions part en juin dernier. Selon les experts, 53 millions d’emplois seraient en effet menacés en Europe d’ici 2030. Ils relativisent toutefois l’impact de ces évolutions car ces pertes seraient compensées par de nouveaux emplois créés dans les secteurs de l’éducation, des technologies de l’information et des communications, de la santé et du travail social.

Il conviendra toutefois d’accompagner les travailleurs touchés par l’automatisation en leur assurant des revenus de transition et en finançant de nouvelles formations, pour qu’ils ne restent pas sur le carreau.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests