Côté sciences : un physicien fait sa demande en mariage sous forme de papier scientifique

Science et romance ne sont pas connues pour aller de pair, et pourtant ! Une demande en mariage sous la forme d’un article scientifique ça en jette.

C’est beau la science, alors quand un physicien décide qu’il est temps de passer à l’étape « pour la vie » avec sa petite amie elle aussi physicienne, quoi de mieux qu’une bonne publication scientifique pour déclarer sa flamme éternelle ? Voila donc un petit article léger sur cette news que j’ai trouvé marrante.

C’est via Reddit que l’histoire s’est propagée sur le net. L’idée est plutôt drôle, notre Roméo part du principe que leur relation est depuis le début une étude scientifique mêlant joyeusement physique des particules et « Interactions régulières hebdomadaires du système multicorps » (oui ça veut dire sexe, enfin je crois).

Je ne vais pas vous traduire l’intégralité du papier, que vous pouvez trouver juste en bas de l’article, mais en voici les temps forts. L’étude se propose donc d’étudier les interactions dans le temps de deux « corps » (au sens physique du terme). Tout commence par la rencontre :

L’étude a commencé le 23 mars 2005, à un BBQ de la SciSoc quand le sujet est apparu spontanément vêtu d’un manteau rouge […]. Cette rencontre aurait pu être brève comme tant d’autres si un haut niveau de compatibilité couplé à une haute fréquence d’interactions due à des emplois du temps similaires n’avaient résulté dans un phénomène de résonance, et à terme dans un état de liaison faible aboutissant le 23 mai 2005.

Après cette phase d’interaction initiale, vient le « coeur » de l’étude de l’interaction des deux corps dans différents environnements, chronologiquement :

  • En collocation : « dans le cadre d’un état multi-corps avec entre 3 et 5 corps additionnels ».
  • A distance : « La dépendance spatiale des résultats a été testée au travers de deux séparations à longue distance »
  • Emménagement ensemble : « Isoler les deux corps d’étude dans une nouvelle localisation à long terme, tout en continuant les tests »

Après un graphique décrivant brièvement les résultats de l’étude liant les variable « bonheur » et « temps » (image du haut) :

Les projections pour le modèle futur de bonheur peuvent être considérées avec confiance comme croissantes. Ces résultats en tête, l’auteur proposes à Christie la continuation indéfinie de l’étude.

Voilà, heureusement que c’est mignon parce que comme le résume bien un Redditeur :

Bien qu’innovant et émotionnellement plaisant, le papier soumis est totalement dénué de source et se borne à une description trop succincte de la méthodologie de l’étude. En tant que tel, je ne peux en bonne conscience donner un avis favorable à sa publication

Faut pas rigoler avec les scientifiques 🙂

[source]


Nos dernières vidéos

9 commentaires

  1. J’aimerai pas être à la place de la femme du physicien, il est vrai qu’un repas au chandelles se finissant par un « Veux-tu m’épouser ? » vaut 1000 fois mieux qu’un graphique ! A moins d’être un couple passionné de maths… Du moment qu’ils sont heureux !

  2. héhéhé et oui on est comme ça, nous les scientifiques, ils nous fait autre chose que le romantisme de base ennuyeux ! Puis dès que ça touche la science sous une forme ou une autre, on est conquis(e)s 🙂

  3. J’espère qu’il en restera là pour les études scientifiques, parce que si il fait un papier à chaque fois qu’il veut demander quelque chose à sa femme, ça va vite la lasser 😀

  4. Eh bien voilà une news très positive. L’homme ne se borne pas à chercher à faire des profits à la bourse uniquement via quelques tweets bien placés (cf une news récente) mais il sait aussi faire preuve d’originalité pour séduire se belle…
    Mais au fait… n’est-ce pas là finalement une seule et même idée… Etre et agir différemment, inventer de nouvelles méthodes pour voler la bourse ou sa dulcinée…

Répondre