Connect with us

Smartphones

La directrice financière de Huawei libérée sous caution (mais au Canada)

Directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou s’est finalement acquittée d’une lourde caution qui a permis sa libération, mais elle doit rester au Canada en vue d’une potentielle extradition vers les États-Unis.

Il y a

le

Huawei USA Canada
© Pexels / Johnny Mckane

Le 1er décembre, Meng Wanzhou a été arrêtée au Canada lors d’une escale à Vancouver, sur demande des États-Unis. Depuis qu’elle est sous la coupe des pouvoirs canadiens, les USA veulent son extradition afin de pouvoir déterminer si Huawei a outrepassé l’embargo sur l’Iran au cours de ces dernières années.

La directrice financière de Huawei loin d’être sortie d’affaire

Pour être libérée, la directrice financière de Huawei s’est acquittée d’une caution de 10 millions de dollars canadiens, un montant qui lui permet effectivement de recouvrer la liberté, mais pas totalement. En effet, Meng Wanzhou a pour obligation de rester dans le pays le temps qu’il soit décidé si elle doit être extradée vers les États-Unis ou non. Outre la caution, la fille du fondateur de Huawei a accepté de confier ses deux passeports et de porter un bracelet électronique. Elle est sous l’escorte d’un personnel de sécurité dès lors qu’elle quitte sa résidence, et doit respecter un couvre-feu qui s’étend de 23 heures à 6 heures.

Le 6 février, une première audience aura lieu afin de déterminer si elle doit être extradée vers les États-Unis ou non. Le Canada et les USA travailleront conjointement avant que la décision ne soit prise. Si la directrice financière de Huawei venait finalement à être extradée, elle pourrait alors être jugée selon le chef d’accusation de conspiration et risquerait jusqu’à 30 ans de prison. Les autorités américaines devront déterminer si Meng Wanzhou a contribué à tromper les autorités financières en permettant des échanges commerciaux avec l’Iran, comme ZTE a pu le faire dans le passé. D’ailleurs, l’entreprise chinoise avait été considérée coupable avant d’écoper de lourdes sanctions commerciales.

Du côté de la Chine, plusieurs entreprises indiquent qu’elles soutiennent Huawei et encouragent à boycotter les produits américains. Le gouvernement chinois avait déjà rapidement réagi en indiquant qu’il s’opposait « fermement » à cette arrestation. Quant à Donald Trump, il se dit prêt à intervenir si le dossier le nécessite.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests