Suivez-nous

Tech

Et si l’avenir d’Apple passait par la fusion des App Store ?

Apple vient tout juste de terminer son Keynote d’ouverture de la WWDC 2020. iOS, iPadOS, watchOS, il y en avait pour tous les goûts. Mais c’est du côté de macOS que la plus grande nouveauté arrive.

Il y a

  

le

 
Fusion App Store MacOS iOS
© Apple

Ce keynote marque un grand tournant dans l’histoire d’Apple. Le géant amorce la transition des puces Intel à une solution maison, les puces Apple Silicon. S’appuyant sur les années de progrès sur les SoC iPhone, les iPad et l’Apple Watch, la marque va très bientôt sortir son premier Mac utilisant l’architecture ARM.

Hardware et Software, main dans la main

Comme nous vous l’expliquions en détail dans l’article dédié à la transition vers les puces Apple Silicon, la force d’Apple a toujours été l’intégration du logiciel avec le matériel. En fabriquant ses propres puces, ce sera encore plus le cas. Si la marque réussit sa transition, la conséquence sera une gamme de Mac bien plus efficiente en termes de consommation d’énergie.

Mais cette transition n’est pas un long fleuve tranquille. Apple va s’appuyer sur plusieurs piliers pour assurer la conformité des applications avec sa nouvelle architecture, comme elle l’avait fait lors du passage des puces PowerPC aux puces Intel.. Dans la démonstration de ces solutions, une fonctionnalité pourrait tout changer : l’utilisation d’applications iPhone et iPad directement sur le Mac, nativement.

Au début, il y avait Catalyst

Avec Catalina, Apple a commencé à faciliter le portage d’applications iPhone et iPad sur le Mac grâce à Catalyst. Dans la démonstration vidéo lors de la présentation de macOS Big Sur, Apple va encore plus loin, et nous donne un aperçu du futur du Mac.

Andreas Wendker a, dans un premier temps, expliqué le fonctionnement de Rosetta 2, qui permet de rendre une application Intel compatible avec le processeur Apple. Il a ensuite enchaîné sur une démonstration de l’outil de virtualisation utilisé pour faire tourner des versions de Linux sur les nouveaux Mac.

Mais c’est surtout la fin de la démonstration qui nous intéresse, et vous pouvez la découvrir ci-dessous. Sur un Mac équipé de la puce Apple, il a lancé plusieurs applications natives iPhone sur le Mac, sans avoir besoin d’un portage. 

Et si le futur d’Apple passait par la fusion des App Store ?

Si la question de la fusion de macOS, iPad OS et iOS reste un serpent de mer, l’avenir d’Apple pourrait passer dans la fusion de ses App Store. Le plus gros défaut actuel du Mac App Store, c’est son catalogue très léger, surtout quand on le compare à l’App Store iOS/iPadOS.

Comme les applications iPhone/iPad seront compatibles avec les machines utilisant un SoC Apple Silicon, elles pourraient être proposées directement sur le Mac. Si certaines nécessitent un portage pour fonctionner correctement avec le clavier et la souris, d’autres, comme les jeux n’en ont pas besoin. Cette fusion pourrait apporter à Apple un catalogue gigantesque d’applications sur Mac, et augmenter un peu plus l’intérêt de macOS. Le fait que macOS Big Sur soit la version 11.0, démontre bien que c’est un virage important pour la marque.

Apple se donne deux ans pour assurer la transition complète vers ses puces, les prochaines versions de macOS verront peut-être l’arrivée d’un App Store fusionnant les catalogues Mac et iOS/iPadOS.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *