Facebook : Après les jumeaux Winklevoss, Ceglia réclame Facebook et il a des preuves …

A peine le jeune « fondateur » de Facebook a-t-il remporté la bataille qui l’opposait aux jumeaux Cameron et Tyler Winklevoss qu’il doit déjà faire face à une nouvelle menace : Ceglia réclame la moitié de Facebook et il a des preuves …

A peine le jeune « fondateur » de Facebook a-t-il remporté la bataille qui l’opposait aux jumeaux Cameron et Tyler Winklevoss qu’il doit déjà faire face à une nouvelle menace : Ceglia réclame la moitié de Facebook et il a des preuves …

D’abord revenons un peu sur le déroulement de l’histoire entre les deux hommes : Paul Ceglia prétend avoir passé un accord avec Zuckerberg en Avril 2003 pour développer un site appelé « StreetFax », ce dernier lui aurait alors parlé de « the facebook » et a fini par signer un contrat pour les deux projets stipulant que Ceglia lui verse 1000$ pour chacun et acquière 50% de l’embryon de ce qui est aujourd’hui Facebook. Pendant les mois qui suivent, Zuckerberg aurait multiplié les demandes d’argent à celui-ci afin de mener le projet à bout.

10 mois plus tard Zuckerberg se partage Facebook avec ses amis : il s’attribue 65%, Saverin 30% et Moskovitz 5%. Durant les mois qui suivent, le jeune entrepreneur aurait mené en bateau Ceglia lui affirmant que Facebook était un flop et qu’il y mettrait probablement fin alors qu’il quittait Harvard et allait s’établir à Paolo Alto pour se consacrer au site qui commence à jouir d’une popularité explosive.

Nouvelle plainte, nouvelles preuves

6 ans plus tard -l’été dernier- Ceglia dépose plainte et réclame la moitié du désormais géant des médias sociaux. Sa plainte a été rapidement remise en question du fait de son passé d’entrepreneur fraudeur et du délais anormalement long qu’il lui a fallu pour se décider à se manifester. Ce recours n’avait abouti à rien. Aujourd’hui Ceglia revient à la charge avec à l’appui une liste d’emails échangés entre lui et Zuckerberg qui pourrait bien donner du fil à retordre aux avocats de la firme, on peut y lire par exemple :

« Paul, j’ai un problème dont je voudrais qu’on parle, selon notre contrat je vous dois 30% de plus de parts de l’affaire en pénalités de retard, ce qui vous vous donne 80% de l’entreprise. Je voudrais d’abord dire que c’est injuste … »

L’email est on ne peut plus explicite. Contrairement à son premier recours, Ceglia s’appuie cette fois-ci sur un grand cabinet d’avocats, si ceux-ci arrivent à prouver l’authenticité des emails, chose que conteste fermement Facebook, il ne serait pas improbable qu’on assiste à un petit séisme à la tête du plus grand site social de la planète. Affaire à suivre.


15 commentaires

  1. « chose que conteste ferment Facebook » petite erreur… « fermement ».

    Sinon je n’ai qu’une chose à dire : «Les (frères Cameron et Tyler) Winklevoss ne sont pas les premiers plaignants confrontés à un concurrent qui a mieux réussi qu’eux à essayer ensuite d’obtenir en justice (le succès) qu’ils n’ont pas obtenu sur le marché», ont prononcé trois juges de cour d’appel en Californie.

  2. Attention les fautes!!!!

    il s’attribut 65% => il s’attribue
    qu’il y mettrai => qu’il y mettrait
    Contrairement a son => contrairement à son
    Ceglia s’appui => Ceglia s’appuie
    arrivent a prouver => arrivent à prouver

  3. Comme le dit l’acteur interprétant Zuckerberg dans The Social Network: « Si vous aviez inventé Facebook, vous auriez inventé Facebook ». Tout est dit.

    Cela me rapelle la création il y a bien longtemps, dans une autre galaxie far far away, d’un système d’exploitation 3.1 qui, figurez vous, avait copié des codes d’un autre système moins connu…

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.