Fin des mises à jour fonctionnelles pour Thunderbird

C’est Mitchell Baker, présidente de la Mozilla Foundation, qui l’a annoncé hier sur son blog : Mozilla a décidé d’arrêter dès maintenant les mises à jour concernant les fonctionnalités de son client de messagerie libre Thunderbird.

C’est Mitchell Baker, présidente de la Mozilla Foundation, qui l’a annoncé hier sur son blog : Mozilla a décidé d’arrêter dès maintenant les mises à jour concernant les fonctionnalités de son client de messagerie libre Thunderbird.

Comme celle-ci l’explique, le logiciel répond désormais parfaitement aux attentes de ses utilisateurs, et ne nécessite pas (plus) d’entretiens réguliers de ce côté. Pas d’affolement ni de fork en vue donc, Thunderbird est loin d’être mort ! Selon l’équipe Mozilla, le souci de stabilité du logiciel est bien plus important qu’une évolution continue pour celui-ci, qui n’entrera donc plus dans les priorités de Mozilla.

Le client aura subi de nombreuses améliorations depuis son lancement en juillet 2003, et en est aujourd’hui à sa version 13 — introduite au cours du mois de juin. Cette dernière permet aux utilisateurs d’enregistrer un nom de domaine personnalisé et de générer des adresses mail customisées au travers de l’application. Un partenariat avec le service de partage de fichier YouSendIt a par la même occasion été mis en place, permettant aux utilisateurs d’intégrer leur compte chez YouSendIt dans Thunderbird afin d’envoyer plus simplement des fichiers dépassant la taille maximale imposée.

L’équipe Mozilla en charge de Thunderbird souhaite amener le client jusqu’à sa version 17, après laquelle elle n’interviendra plus que pour des mises à jour de maintenance et déploiements de patchs de sécurité sur ce dernier. L’avenir du logiciel et de ses possibles évolutions sera ensuite remis entre les mains de sa communauté, qui aura la possibilité d’y apporter des modifications et nouveautés.

Baker ajoute que la plupart des utilisateurs du client de messagerie s’avouent grandement satisfaits de l’état et des fonctionnalités actuels de Thunderbird, et que la montée en puissance des services de messagerie en ligne aura joué un rôle important dans cette prise de décision d’arrêt des mises à jour fonctionnelles. Il est vrai qu’une grande partie des internautes semble maintenant plus séduite et intéressée par le fait de pouvoir accéder à ses e-mails depuis n’importe quel appareil et plateforme, bien qu’un nombre non négligeable de personnes continue de privilégier des clients de messagerie tels que Thunderbird, de part la sécurité et le sentiment de sûreté que ceux-ci offrent comparé au Cloud, aux failles parfois encore exposées.

(Source)

[Màj] : au vu des réactions et informations apportées par la communauté Thunderbird lectrice de Presse-citron, le titre de l’article et l’ensemble de son contenu ont été remaniés. Merci à vous pour vos précisions, et désolé pour ma rédaction qui fut dans un premier temps quelque peu dramatique au sujet de cette info. Mea culpa ! 🙂


Nos dernières vidéos

22 commentaires

  1. Dommage que l’article soit COMPLETEMENT faux ou presque.

    1) Thunderbird continuera au minimum jusqu’à la version 17, donc novembre prochain.
    2) Ensuite, il passera en support communautaire.

    Sources :

    http://sietch-tabr.tumblr.com/.....the-inside ; Ludovic Hirlimann qui sauf erreur de ma part travaille sur Thunderbird.

    Et http://mikeconley.ca/blog/2012.....underbird/ ; autre codeur de Thunderbird.

    Donc, cet article n’a aucune valeur d’information, juste du sensationnalisme.

  2. Je ne comprends pas pourquoi le « cloud » s’opposerait aux clients comme Thunderbird. C’est agréable de pouvoir accéder à ses mails partout, mais c’est aussi plus sympa de pouvoir les récupérer et les archiver sans dépendre d’une connexion Internet.

  3. Bonjour,
    Juste une remarque sur « A croire que le Cloud aura eu raison de Thunderbird… », cela est tellement faux, que c’est incroyable pour 2 cas d’utilisations :
    la signature S/MIME et le chiffrement et ou signature PGP.

    Aucun système de type online ne permet de les faire et tout simplement parce qu’il s’agirait une faille de sécurité majeure.

    Ah moins de voir arriver des services onlines qui arrivent à s’interfacer avec le navigateur qui lui même est interfacé avec un lecteur de smartcard ou e-token, on est encore très loin de Thunderbird + Enigmail (pour GPG sinon pour un simple S/MIME, Thunderbird tout seul) où tout reste à 100% sur l’ordinateur de l’utilisateur.

    Oser dire cette minuscule phrase alors qu’on dématérialise énormément et où la demande de sécurité et certification/authentification de type signature S/MIME voir même GPG (évidemment disponible en /MIME) est obligatoire est une idiotie.

    Tout le monde ne parle que du cloud et du coup, compare absolument tout à ce dernier mais là où les contrats sont passés et donc authentifiés + signés en 100% numérique via du S/MIME (oui, cela existe), le cloud est la plus grosse faille de sécurité car nous ne pouvons nous permettre de stocker nos clés sur des serveurs de type cloud et/ou utiliser de tel service avec nos clés tellement que c’est risqué.

  4. Pingback: Fin des mises à jour pour Thunderbird | Veille Techno et Informatique "Autrement" | Scoop.it

  5. Pingback: Fin des mises à jour pour Thunderbird « L'info "Autrement" cftc hus

  6. Personnellement, j’utilise Thunderbird depuis 1 an et j’en suis pleinement satisfait, si ce n’est que la connexion à SFR Mails est plus que calabreuse (mais je pense sincèrement que ça vient de SFR qui est exécrable au niveau de sa messagerie).
    Quand au cloud, franchement, cela doit être réservé aux données publiques, il ne faut surtout pas y inclure les données personnelles ou sensibles, alors il faut éviter d’y faire transiter sa messagerie!

  7. Pingback: advisa | technologie » Blog Archive » Fin des mises à jour pour Thunderbird

  8. Je suis très surpris de cette annonce ! Eudora déjà, ne faisait plus de mises à jour, alors j’étais passé à TBird, on verra s’il faudra prochainement que je change.

    Le filtrage du spam pourrait etre amélioré, je reve d’un bouton spam qui d’un clic bloquerait tous les mails en provenance du domaine expéditeur.

  9. L’avenir leur donnera peut-être raison ? Plutôt que de compliquer et fabriquer une véritable usine à gaz, autant se limiter à un logiciel qui fonctionne parfaitement et qui répond au minimum des attentes des internautes actuels !

  10. Toujours amusant ces articles au titre ravageur et qui disent le contraire quand on les lit 😉
    >Les seules mises à jour qui seront désormais appliquées au logiciel ne concerneront que la maintenance de la sécurité de ce dernier.
    > Ainsi, l’équipe a mis au point un plan de développement permettant d’assurer la stabilité de Thunderbird et laissant la possibilité à sa communauté d’y apporter des modifications et nouveautés si elle le souhaite.

    N’oublions pas non plus les centaines d’extension existant pour Thunderbird et qui permettent aussi de le faire évoluer…

  11. Valeryan_24 on

    Cette annonce sur Thunderbird est certes très décevante – aucun webmail ne lui arrive à la cheville et je ne connais aucun autre logiciel (je n’ai jamais essayé Outlook, étant sous Linux) qui ait autant de fonctions, paramétrages et soit aussi complet pour mes besoins (gestion d’un compte imap regroupant une vingtaine d’adresses mails différentes avec autant d’identités, nombreux filtres et répertoires).

    Mais il faut rester mesuré et être précis dans les infos que l’on transmet : ce n’est pas la fin des mises à jour pour Thunderbird et encore moins la mort de ce logiciel, pas besoin de se précipiter pour un fork ou transférer ses mails sur un autre !

    Le développement va certes être ralenti, à partir de la version 17 (donc déjà ce n’est pas pour tout de suite), mais il y aura toujours : maintenance, patchs de sécurité, développement par la communauté ou autre entreprise intéressée pour contribuer, y compris de Mozilla même si la fondation ne paiera plus de développeur à plein temps sur ce logiciel, nombreuses extensions…

    Car Thunderbird est certes très performant, mais il reste des innovations à intégrer – certaines sont parfois prises en charge justement par des extensions : calendrier Lightning, fonctionnalités de partage / Exchange / Owncoud, amélioration du carnet d’adresses (recherche, fusion, synchronisation, Card-dav) etc…

    Pour plus de détails, lire cet article très complet :
    http://mart-e.be/post/thunderbird-nest-pas-mort

  12. Pingback: Le Cloud aura eu raison de Thunderbird… | GboooWeb | Scoop.it

  13. Pingback: Fin des mises à jour fonctionnelles pour Thunderbird | App-Centric Web | Scoop.it

  14. Pingback: Fin des mises à jour pour Thunderbird - Presse-citron | Industrie Numérique | Scoop.it

  15. @florent
    « Tout le monde ne parle que du cloud et du coup, compare absolument tout à ce dernier mais là où les contrats sont passés et donc authentifiés + signés en 100% numérique via du S/MIME (oui, cela existe), le cloud est la plus grosse faille de sécurité car nous ne pouvons nous permettre de stocker nos clés sur des serveurs de type cloud et/ou utiliser de tel service avec nos clés tellement que c’est risqué. »
    Faut arrêter d’écrire des bêtises.
    Le S/MIME ou PGP existe en ligne (Roundcube pratique les 2, avec le plugin Enigma il est vrai).
    Et service en ligne ne signifie pas clés en ligne : où as-tu vu cela ?
    Les clés peuvent très bien être stockées dans une carte à puce PKI, le navigateur s’interfaçant avec cette dernière à l’aide de PKCS#11 ou PKCS#15.
    Du reste la clé privée de signature ne sort JAMAIS de la puce car c’est la puce qui signe.
    Pour ce qui est du chiffrement, c’est autre chose : étant donné la faible puissance des puces embarquées c’est la CPU de la machine hôte qui chiffre et donc la clé est extraite de la puce mais reste au sein de la machine et ne part jamais à l’extérieur (sauf bug du navigateur).
    On peut donc parfaitement signer et chiffrer avec des services en ligne.

    db

  16. J’ai comme un doute là.
    Aucun éditeur même sous l’égide d’une fondation ne peut proclamer que ses produits n’ont plus besoin d’évoluer.
    Les protocoles évoluent, les plateformes évoluent (et thunderbird sous B2G alors ?) et les besoins évoluent.
    Les extensions ne font pas tout.
    db

  17. Pingback: Thunderbird : pas de nouveauté, pas de chocolat | PostBlue

  18. Bonjour,

    Ouf de soulagement, j’ai bien cru que le développement était terminé et qu’il n’y aurait plus de mises à jours.

    C’est une très bonne alternative à outlook et gratuite, donc pourvu que ça dure.

    Salutations

Répondre