IDF 2012 : l’architecture Haswell détaillée par Intel

Pour l’ouverture de l’IDF 2012 (Intel Developer Forum) à San Francisco, Intel a dévoilé sa future famille de processeurs avec « Haswell ». La faible consommation électrique est la caractéristique principale du successeur des Ivy Bridge.

C’est Dadi Perlmuter, responsable produit en chef au sein d’Intel, qui a entamé l’IDF 2012 en apportant des informations sur l’architecture Haswell. Dans la stratégie de Tick/Tock du constructeur, les Haswell s’inscrivent dans la phase « Tock » (même finesse de gravure pour la technologie CMOS mais nouvelle architecture). Ainsi, les Haswell seront gravés en 22 nm à l’instar des Ivy Bridge et les transistors MOS Tri-Gate (FinFet) seront bien employés.

Le fondeur américain lancera sa quatrième génération d’Intel Core en 2013. S’articulant autour de l’architecture « Haswell », elle consommera moins que les puces à architecture « Ivy Bridge ». Des améliorations process du 22 nm vont contribuer à diminuer la consommation électrique ainsi qu’une intégration accrue dans la puce Haswell. Ainsi, le chipset qui gère les ports et les entrées sorties sera directement intégré dans la puce « Haswell ». Cela se traduira par une baisse drastique de la consommation électrique. A performances équivalentes, un système basé sur un CPU Haswell présentera une enveloppe thermique (TDP) de 10 Watts contre 17 Watts pour un système équivalent avec CPU Ivy Bridge. Des optimisations inhérentes à l’architecture Haswell contribueront également à baisser la consommation électrique.

Le processeur graphique supportera pleinement le DirectX 11.1, l’OpenGL 4.0 et l’OpenCL 1.2, et sera en mesure d’afficher de la 4k. A mêmes performances graphiques, le GPU consommera deux fois moins. D’aucuns estiment qu’il sera comparable en termes de performances à une carte discrète de type Radeon 6450. Toutefois, toutes les puces Haswell ne disposeront pas du même GPU et donc des mêmes performances graphiques.

Intel a pensé l’architecture Haswell de sorte qu’elle puisse convenir aussi bien à des tablettes qu’à des stations de travail performantes en passant par les ultrabooks. Une génération de processeurs omnipotente qui viendra donc empiéter sur les plates-bandes d’ARM pour ce qui est des déclinaisons ULV (Ultra Low Voltage). On attend que la firme de Santa Clara en dise maintenant plus sur le futur de l’architecture Medfield destinée aux Atom pour smartphones (dont le « Orange avec Intel Inside » est le premier modèle sorti en Europe).


Nos dernières vidéos

2 commentaires

  1. Bonsoir,
    Tout ce qui permet de consommer moins d’énergie ne pourra qu’ˆetre bien accueilli, surtout pour les PC portables, car à l’heure actuelle l’autonomie est bien trop faible!

  2. Rénald

    @Bruno, complètement d’accord avec toi. Toutefois, le véritable gain en autonomie devrait être fait avec la génération qui suivra Haswell, à savoir Broadwell. En fait, cette génération conservera l’architecture Haswell mais sera shrinkée en 14 nm. Le passage de 22 nm à 14 nm se traduira par une réduction substantielle des TDP. Mais déjà avec les Haswell 22 nm, ce sera un gros progrès.

Répondre