Suivez-nous

Sciences

Il avait fait naître trois bébés génétiquement modifiés, et il ira en prison

La Chine va punir le chercheur He Jiankui, après la naissance de trois bébés génétiquement modifiés qu’il avait fait naître.

Il y a

  

le

 
bebe ecran
© Unsplash / Monika Pot

« 1984 » de Gorge Orwell n’est plus très loin d’être une réalité. Du moins, en médecine, les avancées dans la science et la technologie sont telles qu’il semble aujourd’hui possible de réaliser des expériences qui auraient pu nous sembler inconcevables il y a dix ans. Mais bien que des barrières éthiques ait résisté à la folie du progrès, certains scientifiques veulent aller au bout de leurs recherches.

3 ans de prison

L’année dernière, une expérience médicale a dépassé l’entendement, alors qu’un chercheur chinois a menti à deux femmes en leur implantant (sans leur dire la vérité), trois embryons de bébés génétiquement modifiés. He Jiankui est le nom de l’homme qui vient d’écoper de trois ans de prison à la suite d’un procès secret chinois.

Au tribunal, la justice accuse Jiankui d’avoir trompé – lui et ses associés – les femmes en leur faisant croire qu’il s’agissait d’un vaccin supplémentaire contre le SIDA, expliquaient nos confrères d’Engadget. Finalement, il s’agissait bien de l’implantation de trois embryons de bébés, aux gênes modifiés.

Dans son verdict, l’amende et la peine du chercheur s’accompagnent également d’une observation ; d’un commentaire. On peut ainsi lire que la conduite d’He Jiankui et ses associés aurait été « inadmissible », mais aussi « immoral et contraire à l’éthique ».

Des bébés résistants au SIDA

Pour en comprendre l’arrivée de ces naissances, il faut revenir en 2016. C’est il y a bientôt cinq ans maintenant que deux couples ont été sélectionnés pour participer à une expérience, qui allait les entraînés jusqu’à ce qu’il s’en est suivi l’année dernière.

Qu’il s’agisse d’une véritable recherche ou d’un prétexte, l’objet de l’étude de He Jiankui fut le VIH (virus de l’immunodéficience humaine, responsable du sida). Son expérience allait être l’aboutissement ultime de sa quête, à savoir créer un bébé pouvant faire face au VIH, potentiellement transmis par ses parents.

Pas surprenant alors que les deux femmes devenues cobayes étaient porteuses du VIH. Il fallait que le scientifique tombe sur individu porteur du syndrome pour pouvoir ensuite modifier un gène, le CCR5. C’est à partir de celui-ci qu’il est possible de modifier le système immunitaire des nouveau-nés, et les rendre immunisés face au sida.

Outre ses trois ans de prison, He Jiankui a été définitivement retiré du cercle des médecins de la reproduction, et devra s’acquitter d’une amende de 3 millions de yuans, soit plus de 380 000 euros.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests