[Journée de la Femme] Poser nue ça rapporte du buzz… mais encore ? par Fadhila Brahimi

Article écrit par Fadhila Brahimi[1] pour Presse-citron à l’occasion de la Journée de la Femme. Sans conteste, publier une photo/vidéo d’une femme nue est la meilleure des techniques de buzz marketing, Les photos de Laure Manaudou et d’ Amy Winehouse  ont fait couler de l’encre, valser les Unes, exploser l’audience des magazines, gagner en référencement

Article écrit par Fadhila Brahimi[1] pour Presse-citron à l’occasion de la Journée de la Femme.

Sans conteste, publier une photo/vidéo d’une femme nue est la meilleure des techniques de buzz marketing,

Les photos de Laure Manaudou et d’ Amy Winehouse  ont fait couler de l’encre, valser les Unes, exploser l’audience des magazines, gagner en référencement web…


L’affiche du Bal des Blogueuses – photo : Sandrine Sauveur/

« Cachez ce sein que je ne saurais voir » dixit Tartuffe de Molière

Mais le must du Buzz, c’est de publier une photo inédite prise à l’insu de intéressée; voir une photo floutée, de qualité médiocre pour donner un cachet intimiste… voyeuriste.

Ce n’est pas une mode, c’est vieux comme le monde!

Aujourd’hui avec le Web ça va plus vite… l’impact est certain et la réussite est flagrante en quelques heures.

L’atout maître : une célébrité mince prise en photo ou en vidéo dans un endroit intime (chambre, balcon, douche, etc…) et en prime si de vieilles photos pouvaient sortir du placard… alors là Jackpot !

A qui profite le crime?

Là nous arrivons à la question qui dérange et pour laquelle vous allez peut être me qualifier d’activiste.

En fait, c’est la question que j’aimerais trouver au bout des lèvres de tous ceux qui relaient ces photos.

Pourquoi? – quelqu’un m’a dit une fois « oui, mais Manaudou est une star alors elle doit faire attention ».

Que nenni, célèbres ou pas, les stars sont comme toutes les femmes que vous côtoyées: avec des forces et des faiblesses, des désirs et des fantasmes….. et une certaine pudeur dans l’intimité.

Autant j’applaudis les femmes qui ont osé participer à la campagne du « bal des blogueuses« . Parce que femmes consentantes. Autant je répugne ceux qui s’amusent à diffuser des photos intimes.

De la démagogie ? Non, de l’éthique.

En fait, au delà des célébrités la question primordiale est  « et si c’était vous »  (ou votre mère, votre soeur… ).

De nombreuses filles et femmes sont filmées chaque jour à leur insu avec des téléphones portables dans le but de nourrir les fantasmes des hommes et cela nuit à leur image, leur notoriété, leur réputation…. à elle et à leur famille. Ces vidéos, ces photos circulent sur le Web et certains s’en targuent.

Aussi je profite de la tribune offerte par Eric – que je remercie – pour non pas pour exposer mon expertise professionnelle – même si la proposition de tribune est alléchante pour mon propre référencement- mais pour vous parler de la place de la femme dans le monde du Web…

Et vous convier à:

1/ boycotter les photos et les vidéos de femmes nues non consententes
2/ inviter les blogueuses à vos chaînes de buzz

Il y a quelques temps j’ai lancé une petite campagne pour recenser des blogs de femmes. Dans le même temps j’ai lancé un appel aux blogueurs pour qu’ils aident ces femmes à entrer dans la ronde.

Peu de blogueurs ont répondu. Pourquoi? Pas assez technos, pas assez célèbres, pas assez nues ?

Allez, un petit effort Messieurs les blogueurs pour que la journée des femmes ne soit pas qu’une journée marketing: ajoutez de la couleur et de la diversité dans votre blogging attitude et freinez les buzz d’e-réputation qui font mal.

Merci d’avoir lu ce post ad-hoc jusqu’au bout.


[1] Fadhila Brahimi est Coach d’Entreprises et aussi blogueuse, Directrice Générale du cabinet  FB-Associés, spécialisé dans le coaching d’entreprises en France et en Algérie pour accompagner les individus et les organisations lors de mutations.
Fadhila se qualifie elle-même comme « une femme qui n’a pas froid aux yeux ! »


Nos dernières vidéos

31 commentaires

  1. Je trouve étonnant qu’on trouve l’érotisme ou la pornographie plus choquantes que les horreurs qu’on met sous les yeux des enfants en toute “morale”.

    Comme ca, au hasard : mettre un crucifix sur lequel pend un corps sanglant au-dessus du lit des gosses, regarder le JT en famille (une analyse lexicale des journaux télévisés révèle que le mot “mort” est le nom commun qui y revient le plus souvent), et j’en passe.

    Franchement, il y a plus urgent que de cacher un sein nu…

  2. Je ne connais aucune blogueuse (à part ma femme) et le seule blog de femmes que je connais je crois qu’il est écrit par un mec (mouahahah) c’est triste mais les gouts des uns et des autres sont réellement très différents.

  3. Eric

    @martine s : paternaliste ? Mais vraiment n’importe-quoi pour le plaisir de polémiquer…

  4. @eric: moi je trouve ça très bien de marquer le coup pour la journée de la femme, et pas seulement parce que je suis le fayot de service.

  5. Concernant la polémique ici ou la sur le fait que des blogueurs invitent des femmes à publier sur leur blog le 8 mars précisément.
    Ce blog a ma connaissance est un blog individuel et non un blog collectif. Il est donc exceptionnel d’ouvrir la tribune à des invités.
    Certes, cette démarche surfe sur un événement national qui est sujet à discussion « pour » « contre » « NSP »; Certes ce blog bénéficie d’un excellent référencement, d’une bonne audience;
    Et de ce fait: un événement sujet à polémique = possibilité de faire du buzz.
    Profit? Pas profit? Paternaliste ou non? Et pourquoi ce jour et pas les autres????
    Je pense que nous pouvons aussi peut y voir un facteur « donnant-donnant » « gagnant-gagnant »:
    Pour lui, attirer une audience féminine, inaugurer un nouvel usage, afficher une valeur d’ouverture…
    Pour les femmes ici présente: bénéficier d’un nouvel espace de visibilité dans un univers principalement masculin, de gagner en référencement,de se faire connaître..;
    Pour les lecteurs: surprise, découverte, rupture…

  6. @jcfrog effectivement d’autant que je lis et relis le commentaire depuis tout à l’heure sans trouver le lien entre mon message et sa réponse. A part la citation de Molière.

  7. De toute façon pour n’importe quelle photo, qu’elle soit intime ou pas, si c’est une photo volée, donc sans accord de son ou sa « propriétaire », elle ne doit pas être diffusée, point barre.

    Maintenant, quand les photos de nu(e)s avec consentement sont exposées, cela peut être magnifique sans tomber dans la pornographie, pour laquelle il y a des sites dédiés.

    Espèce d’activiste va !

    Nan je déconnes

    bises

  8. Super, des blogeuses obligées de se mettre à poil pour se faire connaître, affligeant. Si encore le contenu de leur blog avait de l’intérêt…

  9. @Peter tout fait d’accord avec toi tant sur le fait « propriétaire » que sur la « beauté » dans le nu. Ne penses tu pas qu’avec l’effet « speed contagion » du Web, qu’il soit difficile d’exercer son droit on time ?
    @Manik merci!
    @jayer tu as du choix avec diverses thématiques ici : http://tinyurl.com/6e6uwf

  10. @eric c’était le mot fille qui me faisait dire paternaliste,pas le fait d’ouvrir le blog. Joke, quoi. Fille et père, voyez… c’est pour cela que j’avais mis filles entre guillemets. Pas pour polémiquer.Pour rire.
    Mille pardons, donc pour mon absence de sérieux.
    Cela dit, c’est vrai et j’ai posté dessus que ce 8 mars m’énerve, parce que depuis le temps que ça existe (plus de trente ans), on fait les mêmes constats une fois par an (salaires, chômage, violences, tâches ménagères,plafond de verre…) et on n’en parle plus pendant un an. Aujourd’hui, j’ai regardé kiosque, que des femmes, drucker (ps longtemps) que des femmes, les journaux papier, etc.
    J’ai mis une très jolie affiche sur mon facebook d’un auteur espagnol Jaume D’Urgell….http://photos-b.ak.fbcdn.net/h.....5068_n.jpg

  11. Je ne dirai qu’un mot + 1 mais je contrebalance un peu ton discours en disant que bien souvent les blogs de femmes parlent trop aux femmes, il ne fait pas s’étonner quand on à le verbe court, ou le sujet peu open que son blog reste dans un cercle fermé de femmes…En ce qui me concerne je n’ai pas ce problème car j’essaie de penser à tous les lecteurs potentiels du blog, hommes et femmes. Bien souvent, quand on est victime d’une « dicrimination » il ne faut pas l’entretenir, ni la souligner pour pouvoir t’en sortir…Bref, vive les fgemmes, les hommes, et les femmes qui aiment les hommes qui aiment les femmes 🙂 Je suis cependant d’accord avec le fond de ton billet, mais on ne va pas refaire l’homme 🙂
    Bises

  12. Bon, ok,Fadhila, mais concrètement, on fait quoi?
    C’est une chose que de mettre le doigt sur la dichotomie quasi-structurelle entre le « net des filles » et le « net des garçons ». Mais, jusque là, rien de très nouveau, puisque depuis Gutenberg(un peu plus tard, disons), les publications ont souvent été « sexualisées » : suis-je naïf, ou phallocrate de penser que le public de FHM est différent de celui de Marie-Claire?
    Les intérêts sont différents, donc les thèmes de discussion/production de contenu seront différents. Ok. Un peu comme sont différentes les rubriques que l’on peut trouver dans un magazine « pour tout le monde », dans un magazine « pour femme », ou un autre « pour homme ».

    Ce qui est intéressant, c’est que la publication est désormais ouverte à tout le monde, filles et garçons confondus.
    Mais, il me semble naturel qu’il n’y ait pas convergence d’intérêt dans ce qui est publié par des blogueurs « individuels », et que donc, les blogueuses ne parlent pas de mêmes sujets que les blogueurs.
    La discrimination basée sur le classement de blogs est évidemment à bannir. Mais, donc.

    Concrètement, on fait quoi pour féminiser un petit peu le monde du bloguage?

  13. @Lovny j’aimerais bien savoir pourquoi tu penses qu’il ne faut pas souligner une discrimination pour pouvoir s’en sortir. Et comment vois tu l’issue sans en parler.
    @Zackatoustra il y a plusieurs éléments dans ton commentaire. Je tiens te dire qu’il ne s’agit en rien de mettre fin aux posts sexués. D’ailleurs mon post est illustré par une photo de blogueuses posant nues. J’ai plutôt orienté mon discours sur les photos prises à l’insu de la personne. Comme je le disais, je suis peut être utopiste mais j’aime croire que certains seront sensibilisés au mal.
    Et puis, le thème des tournantes filmées et diffusées sur le Net: ce n’est pas une anecdote 🙁
    Dans mon post j’ai donné deux propositions concrètes. Tu dois en avoir aussi?

  14. @Fadhila Cf mes cours de socio de première année : plus on parle d’une inégalité plus on l’entretien (bien sûr c’est un raccourci, mais en pensant sans à priori un peu plus loin que cette pharse tu devrai comprendre).
    Ce que je veux dire c’est que bien souvent les femmes sont aussi sexistes que les hommes et s’enferment dans leur petit cercle féminin, font des métiers féminins, parlent de sujets féminins, ont des amies et peu d’amis…
    Elles entretiennent autant que les hommes la discrimination en ne sortant pas du cadre et en maintenant la guerre des sexes : quand les femmes disent : c’est bien un mec pour être égoïste comme cela, ou un mec ça ne pense qu’au cul etc, elles ne font qu’entretenir cette guerre et cette incompréhension !
    Pour finir, je pense que comme l’on fait nos consœurs dans les années 70, il ne faut pas se contenter de râler dans son coin, mais sortir un peu dur carcan social, tenter de s’imposer dans des métiers d’homme, des activité d’homme, des relations d’amitié avec des hommes : bref agir plutôt que parler dans le vide et pleurer !
    Bien sûr ce sera toujours plus difficile pour une femme que pour un homme de prouver sa valeur surtout dans le monde professionnel, mais c’est au prix de certains sacrifices que nous finirons par gagner ce combat de l’égalité homme-femme…! Enfin, je pense qu’en agissant comme si les différences n’existaient pas, on les efface aussi aux yeux des autres, petit à petit…
    Ne pas se considérer d’abord en tant que femme, mais plutôt en tant qu’être humain doué de raison et de sentiments ça aide à s’ouvrir aux autres et à ouvrir les autres.
    Bien sûr il y a de nombreuses différences entre hommes et femmes, surtout au niveau physiologique, pour le reste c’est à mon avis surtout une question d’acquis et d’éducation plus qu’une réalité intrinsèque. Et puis si nous pensions un peu plus souvent que la différence c’est ce qui crée le plus d’interactions positives, tout irait bien mieux 🙂

  15. Pour ce qui est des vidéos etc je sais qu’il y a pas mal de mecs qui luttent contre ce fléau (pour en avoir discuté avec eux) mais je pense que c’est bien d’en remettre une couche afin que les gens prennent conscience du viol que cela représente.

  16. @Lovny J’entends ta position sur les inégalités et surtout sur le fait de point stigmatiser en martelant le public de discours au point d’en oublier le sens et l’origine. Pour ma part, je prône dans mes interventions/cours l’adage qui sous tend que « les évidences le sont lorsqu’elles sont dîtes ». Concernant les inégalités je pense que bien au contraire nous commençons à peine à ouvrir le dossier, à peine à penser à des solutions. Les quotas sont un signe d’un début puisque nous passons pas l’obligation et les pénalités pour arriver à des fins prévus par la Déclaration des Droits de l’Homme et des Citoyen ou ce qui a poussé l’instauration du Bilan H/F il y a plus de dix ans.
    Le résultat est que nous avons très faiblement avancé.Les inégalités professionnelles ont longtemps été un tabou et encore aujourd’hui les femmes se doivent être plus performantes pour briser le plafond de verre. La promotion canapé, le harcelement sexuel, la discrimination à l’embauche, à la promotion, aux salaires… sont des thèmes récents dans les débats mais anciens dans la pratique. C’est une réalité féminine . Je t’invite à enquêter auprès des femmes qui composent ton entourage. Je t’assure les chiffres sont là. J’ajoute que récemment j’ai lu une étude qui stipulait que les femmes se permettaient de postuler à une nouvelle fonction que lorsqu’elles étaient certaines de détenir à 95% min. les compétences attendues contre 60% pour les hommes.
    Ce constat dans le monde professionnel est visible dans la vie sociétale. A ce titre le Web n’échappe pas à la règle. D’autant que tant dans la presse que sur le Web il est plus gratifiant en termes d’audience de dénuder une femme que d’en parler avec une élégance professionnelle.
    Tu peux faire l’essai suivant sur google: « femme » et cf le résultat tant dans la recherche textuelle, image et vidéo.
    J’adore ta formule machiste pour expliquer le sexisme des femmes  »
    Ce que je veux dire c’est que bien souvent les femmes sont aussi sexistes que les hommes et s’enferment dans leur petit cercle féminin, font des métiers féminins, parlent de sujets féminins, ont des amies et peu d’amis… »
    C’est quoi un sujet féminin: les enfants? Ah oui elles les ont conçues toutes seules; la cuisine ? Ah oui elles sont seules à table et à aimer la cuisine; La mode? non les hommes ne rêvassent pas devant des petites tenues sexy; l’habitat ????? Enfin !! La maison appartient à qui????
    Là on sombre dans du café théâtre à base de stéréotypes qui datent des années 50: « les hommes sont égoïstes et les femmes ralent dans un coin ».
    « bref agir plutôt que parler dans le vide et pleurer ! » C’est un triste retour en arrière que tu utilisent pour décrire la vie d’aujourd’hui.
    Là je suis dans une totale incompréhension face à ce constat. Vivons nous dans le même monde? Nous n’avons pas assurement la paire de lunettes.
    Pourquoi ne pas considérer sa personne comme une femme : pourquoi effacer ce particularisme? Bien au contraire des entreprises étrangères ont prouvé que les équipes mixtes avaient une forte valeur ajoutée. Personnellement, je n’ai aucune envie d’abandonner mon attribut de femme, je crois à l’acceptation de la différence et de la diversité plus qu’à l’effacement de son identité pour ressembler à…. et nota aux hommes.

  17. Pingback: Florilège de liens pour un 8 mars | Mario tout de go

Répondre