L’Allemagne ordonne à Amazon de cesser de profiter des gens qui ne savent pas épeler « Birkenstock »

Scandale dans la sandale : Birkenstock déclare la guerre à Amazon à cause de… fautes de frappe de ses clients.

Comment écrit-on « Birkenstock » en allemand ?

Apparemment nous ne sommes pas les seuls à avoir quelques problèmes avec l’orthographe de certains noms allemands. Même nos compatriotes d’outre-Rhin s’emmêlent parfois les pinceaux avec leurs propres marques. Et il semblerait qu’ils aient du mal avec « Birkenstock », par exemple.

Ce qui pose manifestement un problème allant bien au-delà de la simple prononciation puisque il semblerait qu’Amazon profite de ces lacunes pour mieux positionner ses pages dans Google.

Amazon jouerait en effet sur les fautes de frappes courantes des internautes pour les transformer en clients malgré eux en achetant comme mots-clés sur Google AdWords des variantes de la marque comme « Brikenstock », « Bierkenstock » ou encore « Birkenstok », de sorte de fournir des résultats de recherche pour les chaussures vendues sur Amazon. com.

Jouer sur les fautes de frappe pour mieux se positionner dans Google

Selon nos confrères de Quartz qui citent Reuters, Birkenstock s’est tourné vers un tribunal allemand parce que la célèbre marque de chaussures à l’élégance légendaire craignait que les internautes achètent involontairement des contrefaçons de mauvaise qualité, ce qui pourrait nuire à sa réputation. « Pour nous, Amazon est complice », a déclaré le patron de Birkenstock Oliver Reichert au magazine allemand Der Spiegel.

Résultat : le tribunal saisi par Birkenstock a interdit à Amazon de cibler des acheteurs en ligne qui orthographient mal Birkenstock sur Google. Ce qui signifie concrètement qu’Amazon devrait retirer toutes les occurrences erronées de la marque de ses mots-clés Adwords et également de son site.

Il faut savoir que la bisbille entre Birkenstock et Amazon ne date pas d’hier puisque le fabricant allemand avait déjà retiré ses produits du site du géant américain en juillet 2016. Assiégée par les contrefacteurs et les marchands voyous, la société a déclaré qu’elle ne fournirait plus de produits à Amazon pour les clients américains à partir du 1er janvier 2017. « La market place Amazon, qui fonctionne comme un marché ouvert, crée un environnement où nous connaissons des pratiques commerciales inacceptables qui, selon nous, mettent en péril notre marque », écrivait David Kahan, PDG de Birkenstock pour les Amériques, dans une note de service à l’époque. Il y a quelques semaines, Birkenstock a également retiré son catalogue d’Amazon en Europe à cause de l’incapacité de ce dernier à éradiquer les contrefaçons.


2 commentaires

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies