Peinture sur iPad : « Fleurs fraîches », l’expo numérique de David Hockney

L’iPad est tout sauf un machin pour geek. Ou pas que. C’est maintenant acquis. Les possibilités de création artistique offertes par ce nouveau type de support sont fantastiques, et nous n’en sommes probablement qu’au début. Le peintre britannique David Hockney, 73 ans, féru de nouvelles technologies, l’a bien compris et s’est intéressé très vite à

L’iPad est tout sauf un machin pour geek. Ou pas que. C’est maintenant acquis. Les possibilités de création artistique offertes par ce nouveau type de support sont fantastiques, et nous n’en sommes probablement qu’au début.

Le peintre britannique David Hockney, 73 ans, féru de nouvelles technologies, l’a bien compris et s’est intéressé très vite à l’iPhone, sur lequel il a commencé à dessiner avec l’application Brush, puis à envoyer ses oeuvres par email à son entourage, jusqu’à ensuite imaginer et envisager d’en faire l’objet de sa prochaine exposition.

Après qu’il en ait touché deux mots à son ami Pierre Bergé, cette idée a pris corps, et est devenue réalité : l’exposition « Fleurs Fraîches » vient d’ouvrir ses ports à la Fondation Pierre Bergé Yves Saint Laurent, et David Hockney est allé au bout de sa démarche puisque ses « toiles » sont en fait douze iPhone et dix iPad accrochés aux murs, ainsi que des projections numériques de ses œuvres. La luminosité et la contraste des écrans procure un rendu optimal aux peintures de l’artiste.

Selon la fondation, « L’exposition respecte le concept original voulu par l’artiste : des images lumineuses et colorées sur support écran. Les images initiales ayant été créées pour être envoyées par email à des amis, Hockney enverra ponctuellement de nouvelles « fleurs fraîches » à la Fondation pendant toute la durée de l’événement. »

Autre curiosité à voir pour ceux qui se passionnent pour le processus de création et qui rêvent de voir la naissance d’une toile : une animation permett aux visiteurs de suivre le processus de création d’une ou plusieurs « fleurs fraîches » du débutà la fin, et un diaporama de 8 à 10 minutes sous forme de triptyque, réalisé par l’artiste, est projeté sur un grand écran flottant.

Dix iPad et douze iPhone mobilisés (ou plutôt immobilisés) dans une galerie ? Rassurez-vous, ici le support a beaucoup moins de valeur que le contenu.

Exposition DAVID HOCKNEY : FLEURS FRAÎCHES
20 octobre 2010 – 30 janvier 2011
Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent – 5, avenue Marceau, 75116 Paris


Nos dernières vidéos

7 commentaires

  1. Perso, j’utilise (en total amateur) « sketchbook pro » sur Ipad pour réaliser mes « œuvres ».
    C’est hallucinant! Non seulement le rendu est top, mais l’ergonomie est parfaite: « Etire » 2 doigts pour zoomer/dézoomer zone de travail, « Tap » 3 doigts pour accéder/fermer le panneau d’outils, « glisse » 3 doigts à gauche pour « annuler », bref, on gagne réellement en temps et en confort.
    (des démos de création avec cette appli sont dispo sur « youtube »)

  2. Bonjour, pour revenir à ce qui a été dit plus haut, je pense également que plus un contenu est repris, copié plagié, appelez ça comme vous voulez plus l’original est considéré comme e grande valeur.
    Qui irait copier un truc qui ne fonctionne pas.

    Pour ce qui est du sujet, il est clair que c’est un très bon moyen de vulgarisation de l’art.
    Moi j’adhère

Répondre