Pour votre vie digitale après la mort, Google lance le gestionnaire de compte inactif

La firme de Mountain View a décidé hier de s’attaquer à un sujet quelque peu sensible et auquel personne n’aime vraiment penser : la gestion de vos comptes en ligne après votre mort. Google introduit son gestionnaire de compte inactif.

Gmail, Google Drive, Google+, YouTube… Qu’adviendra-t-il des données qui vous lient à ces services après votre mort ? Google a hier ouvert les portes d’un nouvel outil qui va vous permettre de gérer le comportement de vos comptes sur ces derniers une fois votre profil inactif (comprenez : une fois que vous ne serez plus de ce monde).

Accessible depuis les paramètres de votre compte Google (section Gestion du compte), ce gestionnaire vous permet de mettre en place une procédure concernant le traitement de vos données une fois que votre compte devient inactif « pour une raison ou une autre ».

L’outil de configuration vous demande dans un premier temps de renseigner un délai d’expiration, au bout duquel le procédé souhaité pour vos données sera exécuté si aucune réaction n’est constatée de votre côté. Ce délai peut être de 3, 6, 9 ou 12 mois. Selon la période fixée, un e-mail (sur votre seconde adresse) puis un SMS vous seront envoyés (un numéro de téléphone portable doit obligatoirement être saisi) entre 1 et 3 mois avant la date butoire afin de vous alerter de la très proche activation du système.

Une fois la période fixée révolue, vous avez la possibilité de choisir entre la suppression totale de toutes vos données ou la sélection d’un ou plusieurs contacts de confiance (jusqu’à 10 membres de votre famille proche ou amis) avec lesquels vous partagerez vos données Google. Les services proposant le partage de leurs données sont : Blogger, Contacts et Cercles, Google Drive, Gmail, les profils et pages Google+, les albums Picasa, Google Voice, YouTube, ainsi que vos données concernant tous les +1 que vous aurez attribué tout au long de votre temps passé sur la toile.

A noter que cela ne signifie pas que vos contacts pourront envoyer des e-mails depuis votre compte : votre mot de passe ne leur sera pas transmis, seulement vos données.

Au vu du nombre de personnes désormais connectées et de leur intérêt grandissant au sujet de la protection de leurs données, il est fort probable que de tels outils de gestion de votre vie digitale après la mort commencent à émerger sur d’autres services. On pense notamment à Facebook, qui n’a pour le moment qu’une procédure de passage en « mémorial » pour les profils des utilisateurs décédés, et pourquoi pas Twitter, pour qui le processus est encore bien plus compliqué et fastidieux : à ce jour, lors de la déclaration du décès de l’un de ses utilisateurs, la plateforme de micro-blogging exige la transmission de son certificat de naissance, son permis de conduire, d’une déclaration signée et de la notice nécrologique d’un journal (rien que ça !).

(Source)


12 commentaires

  1. En France et comme de nombreux autres pays européens, on est très géné devant la mort, alors qu’il n’y a aucune raison… tout le monde meurt un jour ou l’autre.
    Cette initiative de Google est excellente.
    Mais le problème ne se limite pas à Google, si demain je meurs, il y a des dizaines de sites qui ne seront plus alimentés et qui disparaîtront petit à petit (avec le non renouvellement des hébergements et des domaines) et je suis loin d’être le seul dans cette situation.

  2. C’est bien vu de la part de google de pouvoir partager les infos que l’on possède avec ses proches si on disparait. Tu as raison, il faut penser à mettre à jour les infos au fur et à mesure qu’il se passe des évenements dans notre vie. Imagine, les photos partagé avec son ex alors qu’on est avec une nouvelle femme.

    J’ai écris 5 conseils à penser avant de mourir.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.