RGPD : Google développe des publicités qui n’utilisent pas de données personnelles

A deux mois de l’entrée en vigueur du RGPD, Google annonce une série de changements, dont un type de publicité non-personnalisé qui n’aura pas besoin de données personnelles.

A deux mois de l’entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données (RGPD), Google annonce quelques changements qui permettront à la firme, mais aussi aux éditeurs qui utilisent sa plateforme publicitaire pour gagner de l’argent, de se mettre en conformité.

Pour rappel, ce nouveau règlement encadre l’utilisation des données personnelles dans les Etats de l’UE. Et comme Google traite des données d’utilisateurs en Europe, la firme de Mountain View est donc tout à fait concernée.

Dans un billet de blog posté cette semaine, Google annonce des changements sur les contrats qui lient la firme avec les éditeurs de sites web et avec les annonceurs. « Aujourd’hui, nous informons les annonceurs et les partenaires éditeurs des modifications apportées à nos règles en matière d’annonces. Google exige déjà que les éditeurs et les annonceurs qui utilisent nos services de publicité obtiennent le consentement des utilisateurs finaux pour utiliser nos services, comme l’exige la législation européenne en vigueur. Cependant, le GDPR affinera davantage ces exigences », explique Carlo d’Asaro Biondo, le président des partenariats EMEA de Google.

Plus exactement, le GDRP exige que le consentement des utilisateurs (par exemple pour certains cookies) soit plus explicite et qu’il soit en opt-in mais pas en opt-out. Par défaut, l’internaute ne consent donc pas. Et via les règlements de sa plateforme, Google oblige les éditeurs de sites partenaires à recueillir les consentements de manière à ce que cela soit conforme avec le règlement européen. Pour le moment, on ne sait pas ce que cela aura comme impact sur les revenus publicitaires puisqu’obtenir le consentement de l’utilisateur sera donc un peu plus difficile.

Des publicités non-personnalisées

Pour ceux qui souhaitent afficher des publicités qui n’utilisent pas les données personnelles (ça évite un certain nombre de problèmes), Google travaille aussi sur un type de publicité à l’ancienne (ça va réjouir les adeptes du zero tracking). « Avant le mois de mai, nous lancerons une solution pour soutenir les éditeurs qui souhaitent diffuser des publicités non personnalisées », annonce Carlo d’Asaro Biondo.

On notera par ailleurs qu’en plus des publicités, le RGPD affecte aussi les utilisateurs de Google Analytics, l’outil d’analyse de trafic. Et afin de se conformer au règlement, Google va lancer de nouveaux contrôles sur Google Analytics qui permettent de gérer la rétention et la suppression des données personnelles.

Le GDRP entrera en vigueur dans un contexte particulier puisqu’alors que les acteurs du web se préparent pour être conformes, Facebook est en plein scandale Cambridge Analytica. Si le règlement était déjà en vigueur, cela aurait pu obliger Facebook à être plus transparent vis-à-vis des utilisateurs européens affectés.


Un commentaire

Commenter