RGPD : Google et Facebook sont déjà attaqués

L’activiste autrichien Max Schrems n’a même pas attendu 24 heures pour attaquer Facebook et Google.

Le Règlement général sur la protection des données ou RGPD est entré en vigueur vendredi, et rend plus strict l’encadrement de l’utilisation des données personnelles des habitants de l’Union Européenne.

D’après le Financial Times, Max Schrems a déposé une plainte contre Facebook, deux autres contre WhatsApp et Instagram, et une contre Google (plus précisément, contre Android). L’activiste affirme que ces géants américains savaient pertinemment qu’ils allaient « violer » le RGPD. « […] ils n’essaient même pas de le cacher », s’étonne-t-il.

Si Facebook et Google ont déjà mis à jour leurs politiques de confidentialité et mis en place de nouveaux systèmes pour être plus transparents concernant l’utilisation des données, Max Schrems pointe du doigt la manière dont ces entreprises collectent les consentements des utilisateurs. D’après le FT, l’activiste autrichien estime qu’il s’agit d’un « consentement forcé », dans la mesure où les utilisateurs doivent cocher une case pour accepter les conditions des services (ou ne pas du tout y accéder).

Différents types de sanctions sont prévues par le RGPD, dont une amende représentant 4% du chiffre d’affaire annuel global. A l’échelle de sociétés comme Facebook ou Google, les montants seraient colossaux : 1,6 milliards de dollars pour Facebook et 4,4 milliards de dollars pour Google.

Les premiers jugements concernant le RGPD seront suivis de très près, dans la mesure où on ignore encore comment, exactement, le règlement sera appliqué.

18 mois pour se préparer

En tout cas, Facebook et Google affirment qu’ils se sont préparés depuis longtemps pour se mettre en conformité avec le règlement européen.

« Au cours des 18 derniers mois, nous avons pris des mesures pour mettre à jour nos produits, nos politiques et nos processus afin de fournir aux utilisateurs une transparence et un contrôle significatifs sur tous les services que nous fournissons dans l’UE », a déclaré Google.

Facebook indique aussi que ces 18 derniers mois, il a travaillé sur des politiques de confidentialité plus claires, plus accessibles et sur de meilleurs outils pour permettre aux utilisateur de contrôler leurs données.


Un commentaire

  1. Je partage entièrement la position de ce monsieur Max Schrems. J’ai lu le laïus ambiguë de ces soi disant nouvelles politiques ou n’étant pas plus bête qu’un autre je n’en comprend pourtant pas les tournures absconses et vide d’informations concrètes doublées de renvois à différents sites qui n’ont comme objectifs de faire perdre la trame (si toutefois il y en une) à la seule fin de noyer le poisson. Si c’est ça respecter la RGPD alors celle-ci n’est qu’un ventre mou, creux et qui s’avérera extrêmement dangereux pour les libertés individuelles ou « coché la case » vous rend « prisonnier » ou la décocher vous exclu en quelques sortes de la société. Et qu’on ne fasse pas le malin en venant me dire que je ne comprend rien !

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.