Tencent propose la recette : bons résultats scolaires contre temps de jeux vidéo

L’entreprise chinoise Tencent offre des contrats digitaux aux parents qui veulent encourager leurs enfants à mieux travailler à l’école. Du temps de jeu, contre des résultats en quelques sortes !

Projet Bloks : Google veut apprendre la logique de la programmation aux enfants

En Chine, on aime bien recycler les vieilles méthodes avec une petite touche de modernisme, à en croire cette proposition de Ma Huateng, le fondateur de Tencent relevée par le Wall Street Journal. Il a annoncé que l’entreprise allait proposer aux parents et aux enfants de négocier du temps pour jouer contre des bonnes notes ou de l’aide dans les tâches domestiques.

Tencent applique la stratégie du bâton et de la carotte aux jeux vidéo

« Avec cette nouvelle fonctionnalité, les enfants pourront échanger du temps de jeu contre des bons résultats à l’école ou en faisant les tâches ménagères prévues » a-t-il ainsi souligné. Dans le détail, ce serait à négocier entre les parents et les enfants. Un contrat numérique serait ensuite signé. L’enfant pour « se rassurer » pourrait même demander à un ami d’être témoin de l’accord. Cela semble toutefois très envahissant pour un système qui fonctionne très bien avec un simple contrôle parental…

Du côté de Tencent, ce positionnement est presque une obligation. L’entreprise se retrouve en effet dans le viseur des autorités avec notamment son jeu Honor of Kings. Lancé en 2015, il rassemble environ 200 millions de joueurs à travers le monde. Les chinois early adopters le critiquent désormais pour son côté addictif. Tencent avait déjà tenté dans un premier temps d’empêcher les enfants de moins de 12 ans de jouer plus d’une heure par jour, mais cela avait seulement conduit à l’apparition d’un marché de fausses pièces d’identités. Un membre du gouvernement chinois n’avait pas hésité à comparer le jeu à de l’opium.

De façon générale, Tencent est très surveillé par les autorités chinoises. Ma Huateng, son PDG est devenu récemment l’homme le plus riche de Chine avec une fortune estimée à 47 milliards de dollars. Au reste de son catalogue, on trouve notamment WeChat, le réseau social numéro 1 des Chinois, ou encore les jeux Clash of Clans et Clash Royale.

Source


Un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies