Test Crash Bandicoot N’Sane Trilogy PS4, le trip nostalgique parfait ?

Le tout nouveau Crash Bandicoot N’Sane Trilogy est évidemment arrivé à la rédaction de Presse-Citron, qui a passé de nombreuses heures sur cette compilation modernisée, mais à l’esprit old school. Notre test complet !

Le(s) vrai(s) Crash Bandicoot ressuscité(s) en 2017 !

Lancé il y a 20 ans (et oui, déjà !) sur PSOne, Crash Bandicoot permettait à l’époque de découvrir un jeu de plateformes 3D particulièrement addictif, bien aidé par une réalisation solide, un humour débordant et un héros particulièrement charismatique. Quelques mois avant la sortie de Super Mario 64, les possesseurs de PlayStation disposaient d’une mascotte atypique, avec une licence qui connaîtra deux suites sur PSOne, sans oublier un certain Crash Team Racing, histoire de concurrencer l’autre licence Nintendo, Mario Kart.

Véritable carton sur PSOne à la fin des années 90, la saga Crash Bandicoot a toutefois très mal négocié le virage next gen de l’époque, la licence ayant échappé aux mains (expertes) de Naughty Dog. En 2017, c’est Activision qui se charge de remettre la licence au goût du jour, avec ce Crash Bandicoot N’Sane Trilogy. Aux manettes, toujours pas de Naughty Dog, mais Vicarious Visions, qui a eu la lourde tâche de recoder le jeu, avec le double objectif de ne pas trahir l’esprit d’origine, tout en offrant une nouvelle approche graphique digne de la PS4.

Le premier Crash Bandicoot sur PSOne, aux côtés de Crash Team Racing. Si le premier est évidemment inclus dans cette N’Sane Trilogy, aucune trace du second… Dommage.

Ainsi, cette compilation permet de retrouver les trois premiers opus de la saga sur PSOne. Pas de simple “Remaster HD” ici, avec un petit lissage des textures et un affichage Full HD 60 fps, mais bien une refonte intégrale, avec un tout nouveau moteur, des textures retravaillées, un sound design revu… Bref, il s’agit de retrouver un Crash Bandicoot à la fois “old school” dans son approche, et parfaitement adapté à nos PS4 (et PS4 Pro) au niveau de la technique.

Trois jeux en un !

L’interface permet d’opter d’entrée de jeu pour l’épisode de son choix, libre à vous donc de sauter le premier opus, pour vous focaliser sur les deux épisodes suivants. Toutefois, on ne saurait que trop vous conseiller de jouer les épisodes dans l’ordre. Non seulement ces derniers se suivent de manière assez intelligente au niveau du scénario, mais cela permet également de mieux apprécier la progression effectuée par la série, tant en terme de gameplay que de level design. L’occasion également de constater que les deux derniers opus accusent nettement moins le poids des années que le premier épisode.

En effet, si techniquement, le travail effectué par Vicarious Visions est assez remarquable, il ne faut pas s’attendre ici à un quelconque décrochage rétinien. L’ensemble est plutôt agréable visuellement, avec certains effets très réussis d’un côté (explosions, effets de lumière…), et d’autres qui semblent accuser un certain temps de retard. La bande-son a également été retravaillée, pour un résultat globalement très réussi. En revanche, ce qui agacera sans doute certains joueurs, c’est la maniabilité.

Un gameplay old school, et des sauts imprécis…

Ainsi, peut-être par souci de préserver le gameplay original, peut-être par manque de temps, toujours est-il que la jouabilité souffre clairement d’une vilaine latence par moments, notamment dans les sauts. Pire encore, certains sauts nécessitant une certaine précision feront littéralement rager les moins patients. Cela concerne quelques niveaux présents notamment dans le premier opus, les deux suivants souffrant un peu moins de ce manque de précision, la rigidité étant en revanche toujours présente. Pas de quoi occulter le plaisir de retrouver Crash Bandicoot, mais on aurait quand même apprécié un peu plus de souplesse, de précision. De même, les contacts avec certains ennemis sont parfois assez aléatoires, et il arrive souvent de se faire toucher par un adversaire, alors que l’on venait pourtant d’actionner l’attaque tournoyante.

Une rigidité que l’on retrouve également au niveau de l’interface générale du jeu, pas forcément très sexy. Celle-ci est également parsemée de nombreux temps de chargement, heureusement ces derniers nécessitent de patienter une douzaine de secondes tout au plus. Certes, cela ajoute un petit côté “rétro” à l’ensemble, et certains joueurs diront qu’il s’agit là d’un hommage au jeu d’origine, mais on ne peut s’empêcher de penser que ce Crash Bandicoot aurait nécessité un chouia plus de peaufinage, tant au niveau de sa jouabilité que de son interface.

Côté durée de vie, on profite ici d’une compilation réunissant trois jeux complets. Cela se traduit par une bonne quinzaine d’heures environ pour voir le fin mot des trois aventures. Toutefois, comme ce fut le cas à l’époque, chaque niveau propose divers challenges, et le joueur qui souhaite atteindre les 100% de complétion devra passer de nombreuses dizaines d’heures supplémentaires, et prévoir au passage quelques belles sessions d’arrachage de cheveux (pour peu qu’il lui en reste) face à la difficulté de certains challenges (en plus de l’imprécision des sauts). Pas de grosse nouveauté ici, si ce n’est la possibilité d’incarner Coco plutôt que Crash. On aurait quand même apprécié pouvoir retrouver quelques bonus, comme des artworks, des vidéos d’antan, ou même le fait de pouvoir switcher sur les jeux originaux, ou encore la présence de Crash Team Racing en jeu caché, mais que nenni.

Enfin, même si ce Crash Bandicoot N’Sane Trilogy semble taillé pour les enfants, il semblerait que ceux qui ont connu par le passé les aventures du marsupial fou de Naughty Dog soient les plus à même d’apprécier cette compilation. En effet, le côté nostalgique permet à lui seul de mettre de côté les quelques défauts du jeu, et il n’est pas sûr que les plus jeunes fassent preuve de patience lorsqu’il s’agit de perdre une douzaine de vies sur une seule et même section de niveau, la faute bien souvent à ce gameplay trop rigide et cette imprécision globale. De même, sans même parler de précision, certains niveaux s’avèrent assez ardus pour les plus jeunes. Bref, s’il est évident que les trentenaires seront ravis de retrouver Crash Bandicoot, leurs enfants auront clairement besoin d’une aide pour progresser, le jeu proposant des mécaniques de gameplay assez old school finalement, bien éloignées des mécaniques d’aujourd’hui.

On aime :

  • Trois (grands) jeux de plateformes en un !
  • La refonte graphique globale
  • Le lien scénaristique entre les trois aventures
  • Des jeux modernisés, mais un esprit old school préservé

On aime moins :

  • L’interface qui manque clairement d’ergonomie
  • Les nombreux écrans de chargement
  • Des sauts fichtrement imprécis…
  • Un gameplay globalement assez rigide (mais jouable à la croix et/ou au stick analogique)
  • Aucun bonus à l’horizon

Une compilation indispensable ou pas ?

Face à la pénurie (presque) totale de jeux de plateforme ces dernières années, il est évident que ce Crash Bandicoot est indispensable pour qui souhaite retrouver ce genre aujourd’hui (tristement) oublié. Le nostalgique du marsupial sera évidemment ravi de trouver son héros préféré avec un tout nouvel habillage graphique, et il sera sans doute plus conciliant lorsqu’il s’agira d’excuser les quelques errances de gameplay, ou même la section technique qui, si elle reste réussie dans l’ensemble, aurait clairement pu être encore plus poussée. De même, l’éditeur permet de retrouver pas moins de trois jeux complets sur une seule et même galette, à un tarif compris entre 30 et 40 euros selon les revendeurs, ce qui reste très acceptable. Toutefois, on aurait vraiment apprécié que le gameplay soit un peu plus précis, notamment en ce qui concerne le premier épisode. Quelques bonus (artworks, jaquettes originales, vidéos d’antan…) auraient également été les bienvenus, mais en l’état, ce Crash Bandicoot N’Sane Trilogy reste une très bonne manière de (re)découvrir les meilleures aventures de ce bon vieux Crash. Pas sûr en revanche que les plus jeunes accrochent au jeu, ce dernier ayant conservé une certaine difficulté globale, assez “old school”, et bien éloignée des jeux actuels qui prennent le joueur par la main du début à la fin. On ne le conseillera donc pas forcément aux enfants en bas age (malgré la mention 3+), ces derniers pouvant être rapidement tentés d’encastrer de rage la Dual Shock 4 dans la Smart TV du salon, face la difficulté (et la rigidité) de l’ensemble…


Nos dernières vidéos

2 commentaires

  1. Stéphanie on

    Salut, j’ai connue crash a sa sortie il y a 20 ans, et c’est un réel plaisir de le retrouver, une dizaines de minutes de jeu pour m’y “remettre” et c’est repartie!… Ma patience me fait défauts, les sauts manqués sont agaçant, mais c’est un détail car je ne decroche plus depuis mon achat.Mes enfants de 11 et 7 ans se battent pour y jouer et même si le game play semble difficile pour eux par moment ,ils se débrouillent plutôt pas mal .

    • Stéphane Ficca
      Stéphane Ficca on

      Hello !
      Oui, pareil ici, Crash était l’un de mes premiers jeux PSOne :). Globalement, comme dit dans l’article, c’est très agréable de retrouver Crash 20 ans plus tard 🙂
      Juste ces sauts qui manquent quand même terriblement de précision, notamment dans certains niveaux qui nécessitent justement une précision parfaite…. Le niveau The High Road est particulièrement affreux par exemple…

Répondre

Send this to a friend