Test Honor 9 : le smartphone premium au prix du milieu de gamme ?

Le verdict de Presse-Citron concernant le Honor 9, tout nouveau flagship de la filiale de Huawei, disponible depuis quelques jours en France.

Honor 9, le test du flagship 2017 de la marque

Après Paris pour le Honor 8 en 2016, c’est Berlin que la filiale de Huawei a choisi pour officialiser la sortie en Europe du nouveau Honor 9. Un smartphone qui se veut le nouveau flagship de la marque, pensé pour offrir des performances optimales tout en profitant bien sûr d’un design soigné, mais en conservant un positionnement tarifaire milieu de gamme. Ainsi, le smartphone Honor 9 est affiché en boutiques à 429 euros, avec une ODR de 30 euros parfois, ou encore un bracelet Band 3 offert.

Honor-9

En sortie de boite, le nouveau smartphone Honor 9 se distingue par son design joliment retravaillé, avec une très nette évolution par rapport à son prédécesseur. Certes, on retrouve certains éléments communs, comme le verre omniprésent, mais ce Honor 9 se veut plus moderne, plus dans l’air du temps, avec notamment des rebords joliment courbés pour faciliter la prise en mains. Un smartphone relativement fin (7,4 mm) mais dont la préhension reste très satisfaisante. Les plus prudents lui feront rapidement revêtir une petite housse silicone dédiée pour éviter toute glissade intempestive, et bien souvent fatale. A l’arrière, on retrouve une finition composée de plusieurs couches de verre, pour donner le côté #Lightcatcher voulu par le constructeur, avec une lumière ambiante qui vient assez joliment se refléter sur la coque. Globalement, ce Honor 9 affiche un look très agréable, sans pour autant constituer une révolution de design. Certains lui trouveront d’ailleurs (à juste titre) une certaine ressemblance avec le Galaxy S7.

Techniquement, le Honor 9 constitue également un certain bond en avant par rapport au Honor 8, et on retrouve ici un écran de 5,2″ en qualité Full HD, sans oublier un processeur Kirin 960 couplé à 4 Go de RAM et un GPU Mali-G71. Côté stockage, le Honor 9 est livré avec un total de 64 Go, extensible via carte microSD. En France, pas de modèle 6 Go de RAM / 128 Go (contrairement à d’autres marchés), et seul le modèle cité au-dessus est disponible, et décliné en Sapphire Blue et Glacier Grey. Au bas de l’écran, on retrouve un bouton qui renferme le capteur ID du smartphone. Un capteur d’empreintes digitales qui était placé à l’arrière sur la génération précédente, ce qui peut s’avérer un peu gênant lors de certaines utilisations, notamment lorsque le smartphone est posé sur une table par exemple. Un bouton qui n’est pas cliquable, mais qui permet, par simple contact, de déverrouiller le smartphone et de revenir à l’écran principal.

De part et d’autre, on retrouve les touches virtuelles Android habituelles, avec la possibilité de personnaliser la navigation via la case Réglages. A l’arrière du terminal, on découvre un système de double capteur photo, avec d’un côté un module RGB de 12 mégapixels, et de l’autre, un capteur monochrome de 20 mégapixels. Au bas du smartphone, le haut-parleur, à côté duquel on retrouve le désormais indispensable port USB Type-C, ainsi qu’un port audio 3,5 mm. Côté connectivité, le Honor 9 embarque la totale, à savoir un module Bluetooth, le WiFi, une puce NFC, sans oublier la  compatibilité 4G LTE (bridée à 150 Mb/s). Bref, au premier regard, et au vu de sa fiche technique, cet Honor 9 a tout du smartphone premium.

Une interface véloce et efficace

Une fois démarré, le Honor 9 permet de profiter d’une excellente image via sa dalle LTPS Full HD, même si le résultat globale reste un cran en dessous des dalles AMOLED. L’ensemble s’avère très agréable à l’oeil, et surtout parfaitement réactif. Un Honor 9 qui tourne bien sûr sous Android Nougat, lequel est agrémenté d’une surcouche logicielle maison EMUI 5.1, ainsi que de quelques applications tierces que l’on prendra le soin de supprimer rapidement. Difficile de prendre à défaut le smartphone en ce qui concerne son interface, qui s’avère aussi véloce que simple à manipuler.

Toutefois, si dans le cadre d’une utilisation “classique”, on ne déplore aucun souci particulier, le Honor 9 a rapidement tendance à (sur)chauffer dès lors que l’on en demande un peu plus à son processeur. Par exemple, le fait d’utiliser assez longuement l’appareil photo aura pour effet de chauffer l’arrière du smartphone, tout comme l’exécution d’une application un peu gourmande, ou même le fait de procéder à diverses mises à jour en arrière-plan tout en continuant à manipuler le smartphone. Rien de grave dans l’absolu, mais cette chauffe, qui plus est assez rapide, reste assez étonnante, et on espère que Honor proposera rapidement un patch pour atténuer (voire corriger complètement) le souci.

Un mode Photo #Lightcatcher ?

En ce qui concerne la section photo, le Honor 9 fait évidemment la promesse de contenter tous les utilisateurs, du simple amateur au photographe à la recherche du cliché parfait. Pour cela, Honor a reconduit le système Dual Lens proposé avec le Honor 8, en version améliorée ici. Si la promesse d’un système combinant un capteur RGB 12 mégapixels à un capteur monochrome 20 mégapixels laisse augurer du meilleur, le résultat reste assez classique finalement, et même un cran en-dessous des experts en la matière. Non pas que le résultat soit mauvais, loin de là, mais on espérait quand même davantage de ce système. La qualité des clichés dépendra finalement beaucoup de la luminosité ambiante, avec quelques clichés très détaillés parfois, et d’autres qui manquent assez cruellement de détails.

Le système Dual Lens, composé d’un capteur RGB 12 mégapixels et d’un capteur Monochrome 20 mégapixels. De belles promesses sur le papier, pour un résultat au final somme toute très correct, mais loin des références en la matière sur le marché.

En s’appliquant un minimum, et en testant la foule de réglages proposés par le système photo de ce Honor 9, on parvient malgré tout assez rapidement à réaliser de beaux clichés. L’utilisateur standard, qui se contentera du mode automatique, (soit l’immense majorité des utilisateurs) devra pour sa part se contenter de clichés un peu moins précis en général. A noter la présence d’un mode Monochrome, qui n’utilise que l’un des deux capteurs, qui permet de réaliser d’excellentes photos en conditions de basse luminosité. A l’avant, la caméra frontale 8 mégapixels est classique mais efficace, à condition toutefois de rapidement désactiver le mode Beauté qui lisse (beaucoup trop) les visages pour les selfies. Le mode Portrait permettant de réaliser des effets bokehs s’avère assez aléatoire, avec parfois de très beaux flous d’arrière-plan, et parfois une bouillie de pixels assez indigeste. Bref, un mode Photo qui oscille globalement entre le moyen et le bon, et dont il conviendra de peaufiner manuellement les réglages pour obtenir un cliché digne de ce nom.

Côté vidéo, le Honor 9 permet d’accéder à la précieuse qualité Ultra HD 4K, mais on préférera se cantonner à cette bonne vieille Full HD. En effet, en 4K le Honor 9 ne permet pas d’accéder à la cadence 60 fps, et il perd également au passage certaines fonctions améliorant la mise au point ou la stabilité.

Le Honor 9 pour tous les jours

Dans le cadre d’une utilisation quotidienne, le Honor 9 s’avère très agréable, bien aidé pour cela par sa prise en mains assez exemplaire, et bien sûr sa configuration qui permet de bénéficier d’un Android parfaitement véloce, sans le moindre accroc. La navigation web est également impeccable de fluidité, tout comme la section multimédia. Le capteur d’empreinte situé à l’avant (ce qui est, pour nous, nettement plus judicieux) est pour sa part d’une réactivité assez phénoménale, avec un smartphone qui se déverrouille en un battement de cil. Plutôt bluffant.

Le capteur ID du Honor 9 est tout simplement bluffant de précision et de vélocité !

Côté prise en mains, si l’ensemble est très agréable (malgré une légère tendance à la glisse) on regrette simplement la fâcheuse tendance du smartphone à accumuler les traces de doigts, à l’avant comme à l’arrière. De même, on s’étonne toujours face à la tendance à la surchauffe du processeur, dans le cadre notamment d’une utilisation orientée multimédia.

Pour ce qui est des performances purement “téléphoniques” de ce Honor 9, nous n’avons pas déceler la moindre faiblesse en terme de qualité 4G, avec une accroche toujours impeccable. Idem pour le fix GPS ou la connectivité WiFi. Côté autonomie, on reste dans la moyenne générale, avec l’assurance de tenir toute la journée, y compris dans le cadre d’une utilisation un peu plus intensive que la moyenne. Difficile en revanche d’aller tutoyer les deux journées complètes d’autonomie, sauf bien sûr si vous êtes du genre à ne jamais triturer votre smartphone durant la journée… mais ces gens là existent-ils vraiment ?

Le Honor 9 (à droite), ici à côté d’un Sony Xperia Z3 Compact

Conclusion

Doté d’un design joliment retravaillé par rapport à ses prédécesseurs, le Honor 9 affiche une finition globale très réussie, compte tenu qui plus est de son positionnement tarifaire. L’ensemble fleure bon le premium, et on ne peut qu’apprécier les nouvelles bordures ou encore le capteur ID ramené à l’avant, sans oublier l’absence totale de mention Honor en façade, histoire de “faire comme les grands“. On regrettera seulement une section photo assez moyenne finalement, et un smartphone qui a tendance à rapidement surchauffer, mais impossible de ne pas admettre que cet Honor 9 est une jolie réussite, que l’on soit amateur de la firme ou non.

On aime : 

  • Le design global, très réussi
  • Le lecteur d’empreintes digitales, bluffant de vélocité (et bien placé)
  • Les performances générales, impeccables
  • Un smartphone abordable, qui a tout d’un grand !

On aime moins 

  • La tendance à la surchauffe
  • La section photo, pas fofolle globalement
  • Ces traces de doigts…

Nos dernières vidéos

Répondre

Send this to a friend