Suivez-nous

Tests

Test Windows 11 : faut-il installer le nouveau système d’exploitation de Microsoft ?

Windows 11 est disponible depuis le 5 octobre 2021. Nous avons pu l’utiliser pendant plusieurs mois avant sa sortie, en version bêta puis en version définitive. Alors, faut-il installer le nouveau système d’exploitation de Microsoft ?

Publié le

 
test windows 11
© Presse-citron

Annoncé en début d’année, Windows 11 est en cours de déploiement depuis le 5 octobre 2021. S’il ne sera d’abord disponible que sur un nombre limité de machines, il devrait se démocratiser dès 2022, notamment sur les nouveaux PC.

Lors de la présentation officielle de Windows 11, Microsoft dévoilait un système d’exploitation entièrement revu, en tout cas en surface. Mais derrière cette refonte graphique signant un tournant dans l’histoire de cet OS, que vaut vraiment Windows 11 ? Et surtout, faut-il l’installer dès maintenant sur votre PC ?

Nous avons installé la version bêta de Windows 11 il y a maintenant quelques mois. Puis nous avons utilisé la version définitive. Voici donc notre test de Windows 11.

Pouvez-vous installer Windows 11 sur votre PC ?

Microsoft a bien du mal à préciser quelles machines peuvent accueillir Windows 11. Le constructeur a bien communiqué une liste de pré-requis lors de l’annonce de son nouveau système d’exploitation. Mais depuis, c’est le flou total. L’américain indique que la nouvelle version de Windows 11 est disponible dès le 5 octobre 2021 pour les PC « les plus récents ». Dans les mois suivants, une mise à jour sera proposée sur les ordinateurs plus anciens, pour certains pas avant le deuxième semestre 2022.

À cette heure nous savons seulement que les PC vendus avant 2017 ne pourront pas (officiellement) accueillir Windows 11. Microsoft invoque des problèmes de sécurité, plus précisément l’absence de la puce TPM 2.0 permettant de verrouiller Windows contre les attaques. Mouais…

Quoi qu’il en soit, l’américain met à disposition PC Health, un outil qui vous indiquera si vous pouvez installer Windows 11 sur la machine en question.

Oui pour son interface épurée et sa simplicité

windows 11 menu demurrer

© Presse-citron

À l’ouverture de Windows 11, vous entrerez dans un monde totalement inconnu… sauf si vous avez déjà utilisé un Mac. Oui, Windows 11 reprend les codes esthétiques des machines d’Apple et nous ne nous en plaindrons pas.

Au-delà de la charte graphique plus « aérienne » et toute en transparence, Windows 11 centralise les actions dans sa barre des tâches. Désormais centrée en bas de l’écran, elle regroupe le Menu Démarrer, un moteur de recherche (sur le web et dans tous les fichiers à la manière de Spotlight sur macOS), un bouton d’accès à Widgets, Microsoft Teams, le navigateur Edge, l’explorateur de fichiers, le Microsoft Store et enfin Courrier, le service d’e-mails de Microsoft. Dès que vous ouvrez un nouveau logiciel, son icône s’invite dans la barre des tâches pour y accéder en un clic.

La partie droite de la barre des tâches regroupe un menu de paramètres rapides ainsi qu’un accès rapide aux notifications et au calendrier. L’ensemble participe à la simplification de l’utilisation quotidienne. On aime beaucoup.

Le Menu Démarrer évolue lui aussi. Désormais, il se présente comme une grande fenêtre centrale. Il se compose de trois espaces : une barre de recherche, une sélection d’applications épinglées et enfin une série de fichiers recommandés par le système en fonction de vos précédentes activités.

Enfin, cliquer sur l’icône Widgets déploiera une fenêtre flottante depuis la gauche de l’écran. Elle affiche logiquement des Widgets, ces petites fenêtres contextuelles permettant de prendre rapidement des informations sans ouvrir d’application (météo, résultats sportifs, calendrier etc.). Pour le moment, seuls les programmes de Microsoft sont mis en avant dans ce menu.

Un mot enfin sur le nouvel outil qui ravira les plus productifs d’entre vous. Lorsqu’une fenêtre est ouverte, on peut (en maintenant le curseur sur le bouton d’agrandissement de fenêtre) choisir parmi plusieurs dispositions en plein écran de façon à faire apparaître plusieurs applications sur un même bureau.

On peut choisir de scinder l’écran en deux, trois ou quatre parties avec des dispositions différentes. Chaque partie peut accueillir une application distincte. Par exemple, nous avons régulièrement opté pour une disposition de trois fenêtres : une avec un navigateur ouvert sur le site de Presse-citron, une avec Twitter et une avec notre logiciel d’écriture. Et on doit bien le dire, cet outil se révèle redoutable d’efficacité.

Toutes ces nouveautés adoptent bien entendu la nouvelle charte graphique de Windows 11. Les effets de transparences, les animations et les transitions laissent une impression de grande légèreté. Une version de Windows définitivement séduisante et agréable à utiliser au quotidien.

Oui pour le nouveau Microsoft Store

windows 11 microsoft store

© Presse-citron

Décidément très inspiré de l’univers mobile, Windows 11 intègre une toute nouvelle version du Microsoft Store (magasin d’applications de Windows). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le chantier était énorme pour Microsoft.

Autrefois, cette boutique ressemblait à un joyeux bordel truffé d’applications vérolées. Les développeurs ont retroussé leurs manches pour livrer un store digne de ce nom. Non seulement l’interface est plus intuitive, mais la navigation est fluide et dénuée de bugs (en tout cas pendant notre test).

Surtout, les applications les plus populaires sont disponibles directement dans la boutique ce qui présente deux avantages. D’abord, on ne doit pas jongler entre le Microsoft Store et le site web des éditeurs pour télécharger l’application en question. Ensuite, le suivi des mises à jour est automatique, comme sur le Play Store ou l’App Store.

Reste que Microsoft doit encore passer un gros coup de balai parmi les applications malveillantes. Elles sont non seulement encore très nombreuses mais surtout toujours positionnées dans les premières places des résultats de recherche.

Augurons que l’américain corrigera ce problème au fur et à mesure du temps. Car limiter l’installation de Windows 11 à certaines machines pour des raisons de sécurité et proposer des centaines d’applications vérolées est au mieux de la négligence, au pire de la mauvaise foi.

Oui pour la gestion des paramètres

windows 11 panneau configuration

© Presse-citron

Au risque de décevoir les rois de la bidouille, Microsoft joue la carte de la simplification jusque dans les paramètres. Les menus sont plus simples, les informations essentielles réunies dans des menus semblables à ce que l’on peut trouver dans un smartphone. Parfait pour les utilisateurs peu à l’aise avec l’informatique. Un moteur de recherche efficace permet d’accéder rapidement à un réglage bien précis. En bref, tout est plus facile sur Windows 11.

Microsoft aurait-il oublié sa sacro-sainte ouverture (d’esprit) au profit d’une simplicité dont son concurrent historique Apple a fait son credo ? Que nenni. Si l’essentiel des paramètres se situent dans une interface intuitive, les bidouilleurs pourront se faire plaisir dans les tréfonds du système.

Les sous-sous-sous-menus adoptent eux aussi une interface légèrement plus moderne, mais les racines des versions passées (jusqu’à Windows 95) sont toujours là, en témoignent certaines fenêtres du panneau de configuration identiques à celles de Windows XP et Vista. On regrette que Microsoft n’en ait pas profité pour effacer toute trace de Windows 8 et Windows 10 dans ce millefeuille géant. Peut-être avec des mises à jour futures…


Non pour les petits problèmes de jeunesse

Windows 11

© Microsoft

C’est un peu une mauvaise habitude chez les éditeurs ces dernières années. À trop vouloir se précipiter, ils ont tendance à lancer des logiciels truffés de bugs. Windows 11 ne fait pas exception et embarque donc lui aussi son lot de casseroles.

Au programme, de multiples bugs dans la nouvelle barre des tâches. Cette dernière ne peut plus se déplacer au bon vouloir de l’utilisateur, elle ne prend plus en charge le glisser-déposer et il arrive même que certaines icônes d’applications ne répondent pas du tout.

On notera également la disparition pure et simple de certains paramètres, un bug d’affichage de l’heure lorsque l’on utilise un moniteur externe (l’horloge n’est plus visible), ou encore des problèmes de traduction dans certains menus. Ce dernier point est impardonnable pour une entreprise comme Microsoft.

Enfin, l’une des fonctionnalités les plus attendues de Windows 11 n’est même pas disponible au lancement. En effet, la prise en charge des applications Android dans le système d’exploitation est repoussée à 2022, sans plus de précisions.

Non pour le forçage de Microsoft

windows 11 widgets

Les widgets ne sont pour l’instant basés que sur des applications de Microsoft © Presse-citron

Déjà critiqué pour sa stratégie de forçage lors du déploiement de Windows 10, Microsoft remet le couvert. Dès l’installation de Windows 11 (nécessitant obligatoirement un compte Microsoft), l’américain met en avant ses logiciels et suggère de configurer Office et OneDrive.

Dès le premier démarrage, Microsoft Edge est le navigateur par défaut. Quoi de plus logique, direz-vous, après tout il s’agit de son système d’exploitation. Certes. En revanche, Microsoft n’a jamais rendu la tâche aussi difficile à quiconque souhaiterait remplacer Edge par Chrome, Opera, Firefox ou tout autre navigateur. Un peu décevant de la part d’une marque qui prône l’ouverture.

Personnaliser la barre des tâches qui, par défaut, n’affiche que des services Microsoft, nécessite aussi des manipulations complexes pour les utilisateurs peu rompus au bidouillage.

Enfin, comme nous l’expliquions plus haut, la fenêtre de widgets n’affiche que des programmes de Microsoft. Ce dernier explique que les éditeurs sont libres de développer leurs propres widgets pour les intégrer à ce volet. Nous verrons dans les mois à venir si cette partie de l’interface est en effet plus personnalisable.

Notre avis sur Windows 11

On ne peut le nier, Windows 11 nous a tapé dans l’oeil. La nouvelle interface plus ergonomique que jamais transforme complètement l’utilisation au quotidien. Inspiré de macOS, le nouveau système d’exploitation de Microsoft mise donc sur la simplicité. Une simplicité qui ravira les moins rompus à l’informatique mais qui obligera les utilisateurs avertis des précédentes versions à trouver de nouvelles habitudes.

Alors oui, Windows 11 est sans aucun doute la version de l’OS de Microsoft la plus séduisante depuis Windows XP. En allant vers la simplicité et la légèreté, l’américain réussit son pari pourtant risqué au départ. Si vous n’aimiez pas spécialement Windows 10, vous allez adorer Windows 11.

De là à l’installer dès aujourd’hui ? Oui, si vous le pouvez (en gros si votre PC peut l’accueillir) et si vous êtes prêts à essuyer les plâtres d’une première version encore truffée de petits bugs. Et si le forcing de Microsoft pour utiliser ses services ne vous agace pas trop.

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. bhbh

    6 octobre 2021 à 10 h 11 min

    ce ne serait pas plutôt inspiré de linux??

  2. Romain Vitt

    6 octobre 2021 à 15 h 30 min

    C’est-à-dire que tous les systèmes viennent de Linux ^^ Et puis Linux ça ne parle pas beaucoup au grand public 🙂

    • Jayson Cryans

      17 octobre 2021 à 23 h 01 min

      Ces faux linux, Appel, Windows se base sur le premier os apparu en 1967 sous le nom de Unix sur le quel aujourd’hui se base la plus par des système d’exploitation et il est faut de dit que ces baser sur Linux toujours car ce n’est pas Linux qui est apparu en premier mais belle et bien Mac avec Appel-dos 3.1 en 1978 suivi de MSDOS en 1981 suivi de Mac Intoch OS1 en 1984 suivi de Microsof Windows 1 en 1985 que que Linux voit le jour en 1991 avec son premier OS Linux 0.01. Donc oui la nouvelle mouture Windows 11 fais office de l’interface Appel et non Linux.

  3. PaulAcer

    5 novembre 2021 à 8 h 15 min

    Je viens de désinstaller win 11. Je vais attendre avec mon win 10. Ils se sont inspirés du système Mac à tel point que je ne peux plus me servir d’une app de capture d’écran car MS impose la sienne. Il est rès compliqué de garder Chrome car MS a construit une sorte d’usine à gaz pour cex qui voudraient en faire le navigateur par défaut. MS a plus ou moins verrouiller ses application maison de façon à ce que le commun des mortels les utilisent. Un univers genre Apple où l’utilisateur est obligé de passer sous les fourches caudines de MS. Je verrai dans quelques mois si la situation a évolué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *