Volunia vs. Google : quelques explications

Comparer un poisson rouge et un cachalot n’a pas de sens. Or c’est ce que font les critiques qui comparent Volunia et Google. Explications…

Un poisson rouge qui tourne en rond dans son aquarium et un cachalot sillonnant les profondeurs marines durant de longues traversées transocéaniques sont-ils comparables ? Non !

volunia

Or c’est pourtant ce que font les critiques voulant comparer Volunia et Google, message que j’ai tenté de faire passer dans mon billet d’avant-hier.

Même chose pour les augures qui prédisent que le poisson rouge sera un jour le tueur du cachalot : ça n’a aucun sens.

Je viens d’en avoir la confirmation éclatante en lisant ce billet de Barry Schwartz, citant une interview d’Amit Singhal, le Monsieur Search de chez Google, qui explique un peu la joyeuse machine de guerre du moteur. Il n’en dit pas beaucoup, mais ça suffit pour comprendre :

We have the entire web in a sandbox that only our engineers can see, and our engineers can take their new algorithm and see it change millions of queries. If it works, we send it to testers, whom we pay, but we don’t tell them what they are testing.

If the tweaks are still deemed useful they are unleashed into the wild – but only to some users.

Then we take a tiny slice, one per cent of our users, and expose them to this change. We measure things such as where on the page they click, when they click higher – that’s good for us.

That one per cent are not told but it’s just an experimental algorithm, and the changes are potentially beneficial, so not hurting the user’s experience.

Concurrently we have approximately 100 ideas floating around that people are testing – we test thousands in a year. Last year we ran around 20,000 experiments. Clearly they don’t all make it out there but we run the process very scientifically.

Once the tests are done, a report is built by an independent statistician. “We look at that with a group of senior people who come together every week, and we decide if it’s good for users, the web ecosystem and for our systems.

J’adpate : “Chez Google, nous disposons de l’ensemble du Web dans un bac à sable, où seuls nos ingénieurs peuvent jouer : ils peuvent ainsi tester chaque nouvel algorithme et voir quel est l’effet produit sur des millions de requêtes. Si la chose marche, nous envoyons ça aux testeurs, rémunérés, mais sans leur dire ce qu’ils testent.

Puis si ces ajustements sont jugés utiles, nous les déployons sur l’ensemble du Web, mais seulement à l’intention de certains internautes, après quoi nous soumettons ces changements à environ 1% de nos utilisateurs pour voir et mesurer où ils cliquent sur la page, et plus ils cliquent dans la partie haute (above the fold), mieux c’est pour nous.

Cette masse d’internautes (1% de centaines de millions, ça fait quand même plusieurs millions…) n’est pas au courant du changement, mais puisqu’il s’agit seulement d’un algorithme expérimental, dès lors que les modifications sont potentiellement bénéfiques, elles n’influent pas négativement sur l’expérience utilisateur.

Nous avons constamment une centaine d’idées déployées en parallèle que les gens testent, et nous en testons plusieurs milliers par an, environ 20 000 juste pour l’année dernière. Toutes ne voient pas le jour, c’est évident, mais nous testons tout cela de manière très scientifique.

Puis lorsqu’un test est finalisé, un statisticien indépendant nous rédige un rapport ponctuel. Chaque semaine, nous avons un comité d’experts qui se réunit et décide si cela est bon pour l’utilisateur, pour l’écosystème du Web dans son ensemble, et pour notre propre système en particulier.”

Je vous fais grâce du reste et du téléphone traducteur qui se contente de traduire les langues pour l’instant en attendant de traduire nos pensées à l’avenir…

Donc en lisant cela, il est clair que nous sommes sur deux planètes qui gravitent à des années-lumières de distance, mais l’important c’est qu’il y ait de la place pour toutes les deux :

Alors, toi aussi tu viens du ciel ! De quelle planète es-tu ?

Massimo Marchiori répondrait que la sienne s’appelle Volunia, et nous verrons bien combien d’internautes iront l’habiter. Comme on dit en italien, laissons du temps au temps…


  • The Defenders : une nouvelle bande-annonce pour la série Marvel

    La fin de l’attente est proche pour les fans de Marvel. The Defenders, la prochaine série du Marvel Cinematic Universe arrive dans moins d’un mois sur Netflix. Pour patienter, découvrez une nouvelle bande-annonce.  The Defenders au Comic-Con Que se passe-t-il lorsque l’on met les Avengers à l’échelle de la ville de New York ? On […]

  • Un nouveau teaser pour Krypton, le prequel de Superman

    Aucune nouvelle ou presque depuis avril. Mais Krypton, la série DC produite par Syfy s’est rappelée à notre bon souvenir à l’occasion du Comic-Con 2017. L’occasion de découvrir un nouveau teaser qui vaut le coup de s’y arrêter. […]

  • Nintendo : préparez-vous pour la N64 Classic Mini fin 2018

    Alors que la SNES Classic Mini n’est pas encore arrivée en boutiques, un récent dépôt de marque confirme (presque) l’arrivée d’une Nintendo N64 Classic Mini pour la fin d’année 2018. […]

Nos dernières vidéos

17 commentaires

  1. Pingback: Volunia vs. Google | Ma Veille | Scoop.it

  2. Bonjour,

    D’ailleurs, je pense que ce serait une erreur de vouloir concurrencer Google pour un nouvel arrivant.

    Effectivement, Volunia a plutôt intérêt à proposer autre chose et cibler un autre marché.

    amicalement

  3. Provocatif?…Oo… damned…
    Pour le coup, je le trouve assez juste. Volunia ces derniers jours a été encensé par de nombreux médias comme une alternative à Google. Le titre retranscrit juste ce qui transparaît de l’information actuelle.

    Quoi qu’il en soit, même si ils ne jouent pas dans la même cour, comme je le disais en commentaire du précédent billet sur le sujet, je trouve l’approche de Volunia peu pertinente sur le plan de la cartographie des sites.

  4. “un cachalot sillonnant les profondeurs marines durant de longues traversées transocéaniques”… je trouve que tu en as fait un peu trop… voire beaucoup pour google.

  5. Jean-Luc,

    Ah bon ! J’en fais beaucoup ?
    Moi je pensais plutôt que ma comparaison était en-dessous de la réalité !
    Parce que d’un côté, on a Marchiori qui déclare sur un journal italien qu’il n’indexe pour l’instant que 1% du Web, et de l’autre on a un moteur qui non seulement indexe tout le Web, mais qui en plus se paie le luxe de répliquer tout le Web dans un bac à sable…
    Donc quelle serait la bonne métaphore, dans ce cas-là ?

  6. Google est aujourd’hui absolument intouchable. La raison est simple, le web est grand, très grand et donc il faut une quantité incroyable de serveurs disponibles et prêtà l ’emploi. Pour d’une part, “stocker” les données des sites web, et aussi pour les crawler ( les visiter quoi ).
    Donc, on ne peut pas lutter sans avoir un énorme investissement de base.

  7. Pingback: Revue de la semaine #4 | Agence de marketing Web

  8. Pour concurrencer Google, il faut un moteur de recherche pertinent (chose qui n’existe pas encore à ce jour), si Volunia propose un algorithme bien plus pertinent et pas uniquement basé sur le nombre de liens entrants, alors peut-être qu’il aura une chance oui…

  9. Votre “adaptation” de sandbox en “un bac à sable, où seuls nos ingénieurs peuvent jouer” est incorrecte.
    La connotation de jeu n’est pas celle donnée par le texte original, le terme “sandbox” en développement logiciel désignant un environnement de travail isolé n’impactant pas l’environnement “live”. Cf http://en.m.wikipedia.org/wiki.....velopment)

  10. Florent, votre “interprétation” de mon adaptation n’est pas correcte non plus : ça fait 25 ans que je traduis, y compris énormément d’informatique, et que je sache on ne traduit pas “sandbox” autrement que par “bac à sable” même en développement logiciel.
    https://www.google.com/search?q=%22bac+à+sable%22+%22sandbox%22
    Certes, l’original n’utilise pas le verbe “jouer”, mais pour le message que je voulais faire passer, ce verbe s’est imposé à moi tout naturellement !
    C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai fait précéder mon texte du verbe “adapter” et non pas “traduire”. Car généralement les traducteurs de métier, ce que je suis, sont les premiers à peser les mots qu’ils emploient.
    Mais parfois, il faut savoir aussi lire entre les lignes…

  11. Je pense, contrairement à vous, que Volunia à sa place parmi les plus grand. L’outil est dans l’ensemble bien résalisé…

  12. c’est tout vu ! encore une lubie de mathématicien qui finira au fond de l’océan…

  13. Eiffel, je ne serais pas aussi catégorique.
    Geek, c’est également ce que j’espère, mais le chemin risque d’être long et difficile !

  14. J’ai vraiment hâte de voir ce que ce nouveau moteur de recherche donne ! Et j’espère bien que ses résultats de recherche pourront concurrencer Google 😉

    Je crois que ce serait plutôt une bonne nouvelle pour les référenceurs 🙂

  15. Google indexe en priorité les sites qui transforme le mieux et qui rapporte le + de fric. Google est une entreprise et donc son but est de faire des profits, il ne mettra jamais en avant un site sans google ads. par exemple …

Send this to a friend