.XXX fait son nid sur internet

Article rédigé par Morgan Zahra, étudiant en école d’ingénieur informatique à Supinfo International University.

Du 13 au 18 mars dernier s’est tenu, à San Francisco en Californie, le 40e sommet de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), organisme à but non lucratif chargé en autre de l’attribution et de la gestion des noms de domaine de premier niveau.

Article rédigé par Morgan Zahra, étudiant à Supinfo International University.

Du 13 au 18 mars dernier s’est tenu, à San Francisco en Californie, le 40e sommet de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), organisme à but non lucratif chargé en autre de l’attribution et de la gestion des noms de domaine de premier niveau.

Ca y est c’est fait, l’industrie pornographique aura désormais son propre nom de domaine de premier niveau, le .XXX !

La proposition avait pourtant déjà été portée devant le conseil d’administration en 2000, 2006 et 2007 mais l’organisme s’était empressé de la rejeter par peur de créer « un quartier rouge » du web, en référence au très connu Red Light District d’Amsterdam.

L’extension de domaine sera gérée par une société privée du nom de ICM Registry qui envisage de vendre chaque domaine pour une soixantaine de dollars.

Il faut savoir qu’une partie de l’industrie pornographique voit d’un très mauvais oeil l’arrivée de cette innovation. Leur réticence se situe principalement au niveau du gouvernement qui pourrait dorénavant facilement les  identifier afin de mieux les surveiller voir mêmes les censurer.

D’un autre côté, on peut se dire que cela facilitera énormément la tâche aux parents et aux entreprises dans la création de filtres réellement efficaces pour bloquer l’accès des sites pour adultes à leurs enfants et à leurs employés. On aura alors un meilleur contrôle sur le contenu pour adulte disponible sur le web.

Cependant ne vous attendez pas à voir apparaître des sites en .xxx tout de suite. En effet, il y a tout un processus de validation de l’extension de domaine qui doit être fait et au vu de la complexité du dossier cela risque de prendre un certain temps.

Maintenant lorsque vous verrez des sites en .xxx vous saurez à quoi vous attendre 🙂


Nos dernières vidéos

15 commentaires

  1. avantage pour les parents de filtrer les sites pour leurs enfants , et incovénients pour faciliter la tache pour les adultes ( les adultes se dirigireront tout de suite ves les sites à extension .XXX )

  2. Comment vont être attribués les premiers noms de domaines ? Car il y a fort à parier que ça va s’entretuer pour des sex.xxx des porno.xxx etc.

    Ils risquent de valoir de l’or sous peu…

  3. L’auteur (un proche de Clara Morgane ?) n’a pas osé dans le titre « .XXX fait son trou… », et c’est une bonne chose.
    Oops 😉

  4. Connaissant le monde de l’adulte sur internet je peux donner l’impression ressentie, du moins du côté français du business, en ce qui concerne la sortie de l’extension.
    Donc oui, les créateurs de site à caractère pornographique sont « inquiets » et une bonne partie compte boycotter cette extension.
    C’est bien beau de dire que cela facilitera la « protection » des enfants, mais les sites en .com, .fr, .net, etc… ne disparaîtront pas avec l’arrivée du .xxx, donc cette « protection » ne sera encore une fois qu’une simple façade pour dire que les FAI sont sérieux à ce sujet.
    Et on en vient donc à une inquiétude dans le milieu de l’adulte : la peur de voir les sites ayant du contenu +18 obligatoirement en .xxx. Ce qui signifie la perte de tous les sites déjà créés etc… (je ne pense pas que cela arrivera).
    @Badges : apparemment les noms de domaine seront attribués à ceux possédant le même nom dans un des tld majeurs .com, .fr,…
    Par exemple pour sexe.xxx, celui possédant sexe.com sera privilégié. Une enchère serait ouverte pour départager le propriétaire du .com et celui du .fr par exemple (ça va être une usine à fric pour ceux qui s’en occupent).
    Le .xxx est surtout vu comme une tentative de se faire de l’argent sur le dos de l’industrie du porno.

  5. Si je comprends bien .xxx n’est pas imposé donc les sites de pron pourront choisir d’utiliser .com ou .xxx, c’est ça ?

    Pas de raison d’avoir peur de la censure alors.

  6. En tant que webmaster de sites pornos, je n’acheterai pas cette extension. Rien ne nous empechera d’utiliser les .com, .fr deja existant.. de plus je vois mal un webmaster ayant travaillé sont ref pendant des années, passer au .xxx et tout perdre.
    Derriere cette extension il y a une boite privée, rien, absolument rien ne peut nous obliger à avoir affaire avec une entreprise privée !

  7. Non, pour le moment rien d’imposer, donc finalement, tout ce qui est protection des mineurs sur internet c’est un prétexte pour se faire de l’argent. Comme tout, vous me direz, sauf que là ça n’apporte rien.
    Le problème peut venir si jamais certains décident qu’il faut interdire toutes les autres extensions pour le contenu adulte. Ca ne peut pas encore être mis en place, et ne le sera probablement jamais.

  8. bananebleue on

    Personnellement, je suis amateur de site porno, responsable de sécurité informatique et père de famille … oui je cumule 😉
    Je vois l’arrivée de cette extension comme une logique absolue et un parfaite adéquation avec notre époque.
    Et bien entendu, je militerais pour qu’elle soit obligatoire pour tout domaine hébergeant de la pornographie (y compris les régies publicitaire et renvoi d’image).
    Tout simplement parce que 1, cela me facilitera la tache dans l’entreprise, 2, amateur de pornographie, je compte controler correctement son accès pour mon enfant, et que 3, nous pourrons avoir un écosystème plus cohérent et homogène sur la pornographie.

    Bref, il me semble que ceux qui sont rétissant à cette nouvelle constituent la pluspart des site qui compte faire de la pornographie « voyou », de l’arnaque.
    Tant qu’on assume son offre, que l’on essaye pas de biaiser (n’oubliez pas le i) c’est au contraire une très bonne nouvelle pour l’industrie.

    Bref … coooool 🙂

  9. Primo vous oubliez le fait qu’un webmaster travaille sur son referencement pendant des années et que jamais il va changer d’extension pour voir tout son travail se perdre en quelques semaines. Secondo vous oubliez aussi qu’un nom de domaine peut s’acheter pour 10 ans d’un coup, que certains que je possedent finissent en 2020, et donc à partir du moment où une quelconque loi est promulgé, il va falloir attendre 10 ans pour qu’elle soit adoptée à 100%. Tertio il s’agit d’une entreprise privée, premiere entreprise à pouvoir beneficier de la liberalisation des extensions, de ce fait elle n’aura pas plus de pouvoir qu’un autre .cul ou .sex qui peut être crée. Vous connaissez une loi internet qui a été faite au niveau mondial ? aucune, vraiment aucune, c’est impossible ! Si la france decide que tous les sites pornos devront etre sur un .xxx, ça ne nous affectera en rien, il suffira de prendre un registrar d’un autre pays (les 3/4 des webmasters du porno utilisent un registrar americain (godaddy) ou autre. Je pense que tous vos messages sont issues d’une mauvaise information sur le sujet, c’est toujours le cas quand de simples posteurs se melent à des sujets qu’ils ne maitrisent pas… Voyez + loin que le mot « filtrage », qui n’est que 10% de l’enjeu du .xxx en fait.

  10. « Et bien entendu, je militerais pour qu’elle soit obligatoire pour tout domaine hébergeant de la pornographie (y compris les régies publicitaire et renvoi d’image). »

    Ce n’est pas qu’on veuille pas, c’est que c’est impossible ! Et ça tres peu l’ont compris. Je fais le tour de ce genre d’article depuis quelques jours et je lis toujours + de ramassis d’idées reçues. Faire adopter cette extension à des webmasters est impossible ! Mettez vous bien ça en tete.

  11. Oui voilà c’est tout à fait ça. Je n’aurais pas dit « impossible » mais « irréalisable ». Pour illustrer ce que dit Brunoo, on peut mettre un site américain en .fr comme en .us, tout comme on pourra mettre un site à caractère pornographique en .xxx comme en .net par exemple. Imaginer un cloisonnement de ce genre de site à un seul tld est utopique.
    Et oui le « filtrage » c’est surtout un gros prétexte pour se faire de l’argent.

  12. bananebleue on

    Ce que je vois ici, c’est surtout le reflet d’une industrie qui ne veut surtout pas se séparer de pratiques douteuses.
    Pour les domaines, bien évidement on ne légiférera pas tout seul dans notre coin, mais il me semble que l’on s’entend bien entre pays pour pas mal d’autre choses, pourquoi pas celui là ?
    Vous allez me dire que les registrar ne sont soumis à aucune règles ???
    Au delà de cela, on ne peut pas réglementer sans en effet étudier tout les paramètres (dont par exemple les stocks de nom de domaine amasser par certains), et en faisant du tir à l’aveugle, c’est évident.

    Mais empêcher ne serais ce qu’étudier cela pour des raisons purement merquantilles, de fainéantises et d’autres plus ou moins douteuses, n’est à mon sens tout simplement pas moral, mais cela n’engage que moi.

  13. Ça commence par XXX et ça va finir par QQQ ?… ( humour )… il bonne réglementation bien endurcis pour faire du nettoyage, ne ferai pas de mal.

  14. Peanutbutter on

    Ouais, cool, une vieille extension pas discrète pour se balader sur des sites de cul…
    Etant dans le milieu de l’informatique aussi, je répondrais @bananebleue : internet et « obliger » sont antinomiques, trop de possibilités d’échapper aux règles, et depuis 1996 jusqu’aux premières réformes à la c… (par exemple HADOPI pour ne citer qu’elle) le net a toujours conservé une certaine liberté… Obliger le .XXX, c’est restreindre le développement de la loi 34 en France, faciliter la tâche aux types en sécurité (si c’est pas un minimum complexe y’a pas de challenge), et oui encore et toujours prendre les webmasters de sites porno pour des pompes à fric.
    C’est dommage qu’un univers à l’origine libre se transforme en dictature, avec interdiction de faire tel ou tel truc sous peine de sanction, après le porno, ça sera quoi? Payer des droits d’auteur pour regarder des vidéos en streaming sur youtube, car le streaming tue l’artiste? Génial…

Répondre