La firme McAfee, que l’on connait principalement pour son antivirus, vient de publier comme chaque année son rapport sur la sécurité sur le web. Selon elle, 56% des sites potentiellement dangereux se terminent en .com. Sur 27 millions de sites web scannés par McAfee Labs, on constate que pas moins de 6.2% des sites peuvent

La firme McAfee, que l’on connait principalement pour son antivirus, vient de publier comme chaque année son rapport sur la sécurité sur le web. Selon elle, 56% des sites potentiellement dangereux se terminent en .com.

mcafee risks 56% des sites dangereux se terminent en .com

Sur 27 millions de sites web scannés par McAfee Labs, on constate que pas moins de 6.2% des sites peuvent être dangereux pour les internautes. Ce qui représente tout de même 1.67 million de sites ! Un chiffre en évolution par rapport à l’année précédente, où ce pourcentage étit « seulement » de 5.8%.

Alors que l’extension .com est la plus dangereuse des domaines de premier niveau (ou TLD pour les intimes), celle du Vietnam (.vn) est la plus dangereuse au niveau des domaines des pays alors que celle du Japon (.jp) est la plus sûre pour la deuxième année consécutive. On notera également que l’extension de Singapour (.sg) est descendue à la 81ème place alors qu’elle figurait à la 10ème place il y a un an.

Paula Greve, directeur de recherche sur la sécurité sur le web de McAfee Labs, explique que l’extension du Vietnam (.vn) était relativement fiable l’année dernière et que cette année, elle fait partie des mauvais élèves — en étant dans le top 3 des extensions les plus dangereuses. Il termine en disant qu’un domaine peut être sûr une année et dangereux l’année suivante.

Autre point intéressant relevé dans ce rapport, qui avait déjà été évoqué précédemment : l’extension .cm est l’un des plus risquées, car elle est utilisée à forte dose par les margoulins de tous poils pour capitaliser sur les erreurs de frappe des internautes, qui tapent fréquemment .cm au lieu de .com. Du cybersquatting d’extension qui fait une victime collatérale en termes de réputation numérique : le Cameroun, dépositaire du .cm.

Télécharger ou lire le rapport complet de MaAfee (PDF – 4,78 Mo)

(source)