La voiture volante est probablement l’un des ultimes rêves high-tech que caresse l’homme moderne. Imagine : tu prends ta voiture le matin pour te rendre à une réunion à 300 kilomètres de chez toi, tu la sors de ton garage, tu roules normalement et dès que tu es sur l’autoroute ou sur une portion de

La voiture volante est probablement l’un des ultimes rêves high-tech que caresse l’homme moderne. Imagine : tu prends ta voiture le matin pour te rendre à une réunion à 300 kilomètres de chez toi, tu la sors de ton garage, tu roules normalement et dès que tu es sur l’autoroute ou sur une portion de route dégagée, tu tires sur le manche et tu t’envoles. Adieu la circulation et les cons d’en bas, à toi le ciel et le temps rattrapé.

terrafugia La voiture qui vole, bientôt sur nos routes

Dans la réalité, cela ne se passera peut-être pas exactement de cette façon, mais il semblerait qu’il y aura une réalité, et que celle-ci approche maintenant à pas de géants : les premiers modèles de la Transition de Terrafugia, dont le lancement était originellement prévu pour 2009, sont annoncés pour fin 2011, suite à un agrément particulier accordé par l’Administration fédérale de l’aviation américaine.

La Terrafugia Transition, qui est décrite comme un avion qui peut rouler plutôt que comme une voiture qui peut voler est un vrai véhicule hybride qui remplit les deux fonctions (même si la version automobile semble assez rudimentaire) puisque ces dernières ont été homologuées par les autorités compétentes.

Le décollage et l’atterrissage nécessiteront quand même le passage par un aérodrome, ce qui enlève un peu de charme au projet, mais la grosse différence réside dans le fait que les heureux possesseurs de la drôle de machine se rendront à l’aéroport à son volant (avec un moteur un peu bruyant quand même). Il faudra quand même débourser 194.000 dollars et bien sûr être titulaire d’une licence de pilote, mais pour un duo d’hommes d’affaires en déplacement fréquent l’investissement peut s’avérer rentable, à condition que le champ d’action soit suffisant. Il est également probable que des entreprises de taxi d’une genre nouveau voient le jour avec cette innovation.

Reste à savoir si la Terrafugia sera homologuée pour le ciel européen (et les routes) ou si cette petite révolution restera un phénomène seulement (et typiquement) américain. En tout cas quelque soit le destin de la Transition, j’adore ces histoires de savants fous qui croient à leur rêve jusqu’au bout.