Forbes vient de publier son classement annuel des plus grosses fortunes mondiales. Et parmi elles les 15 multimilliardaires du Web et de la high-tech. Si une nouvelle génération émerge, Bill Gates semble inamovible.

Pour rentrer dans le cercle très fermé et envié des people les plus riches de la planète, il n’est plus indispensable d’être né les fesses sur un puits de pétrole, ou d’officier dans le BTP ou la grosse industrie traditionnelle. Il suffit d’avoir quelques bonnes idées et un ordinateur, ce qui est quand même beaucoup plus encourageant, et à peu près à la portée de tout le monde.

Forbes a publié il y a quelques jours son fameux classement annuel des plus grosses fortunes mondiales, dans lequel il se confirme que la première française figurant dans le top10 est seulement une héritière. A des années-lumière de ce capitalisme BCBG très français, se dessine une autre richosphère, composée essentiellement d’entrepreneurs high-tech, partis de presque rien, et ayant bâti des empires mondiaux en quelques années.

Bill Gates Les 15 premiers milliardaires Web et high tech

Et il est plutôt rafraichissant de constater que parmi les plus grosses fortunes figurent en bonne place de vrais créateurs, des gens qui ont commencé par passion, les mains dans le code, la tête dans les étoiles, et la pizza au bord du clavier. Je sais, c’est un peu cliché mais c’est bien comme cela qu’ont démarré les fondateurs de Google ou Facebook, entre autres. Des jeunes mecs qui ont répondu à un besoin (ou qui l’ont créé), d’abord presque par jeu, puis qui ont réalisé ensuite que leurs petits programmes d’étudiants avaient éventuellement une possibilité de changer un peu le monde. Ou beaucoup.

Parmi les quinze plus riches milliardaires du Web et de la high-tech, on ne sera donc pas étonné de retrouver un Mark Zuckerberg, mais également Sergei Brin et Larry Page ou encore Eric Schmidt, ce qui fait quand même trois Googlers. On notera également que sur les quinze figurent trois Microsofties (ou en tout cas ayant fait fortune à la direction de la firme, même si deux n’en font plus partie officiellement.

Autres éléments à retenir : sur les quinze premières fortunes mondiales de la high-tech, treize sont américaines, une indienne et une allemande, (Pierre Omidyar est né à Paris mais il est iranien d’origine et vit aux US depuis l’âge de six ans) et il n’y a qu’une femme dans le classement, l’épouse de Steve Jobs.

1. Bill Gates – Microsoft : 67 milliards

2. Larry Ellison – Oracle : 43 milliards

3. Jeff Bezos – Amazon : 25,2 milliards

4. Larry Page – Google : 23 milliards

5. Sergei Brin – Google : 22,8 milliards

6. Michael Dell – Dell : 15,3 milliards

7. Steve Ballmer – Microsoft : 15,2 milliards

8. Paul Allen – Vulcan (ex-Microsoft) : 15 milliards

9. Mark Zuckerberg – Facebook : 13,3 milliards

10. Azim Premji – Wipro : 11,2 milliards

11. Laurene Powell Jobs – Epouse de Steve Jobs et principale actionnaire de Disney Co : 10,7 milliards

12. Hasso Plattner – SAP : 8,9 milliards

13. Pierre Omidyar – eBay : 8,7 milliards

14. Eric Schmidt  – Google : 8,2 milliards

15. James Goodnight – SAS : 7,7 milliards

(source)

Photo de Bill Gates : Eric Dupin