Réseaux sociaux : le racisme y fait bon ménage, mais pas les tétons

Plusieurs associations luttant contre le racisme ont fait savoir leur mécontentement concernant le comportement des réseaux sociaux à l’égard des propos racistes. Ils accusent ces derniers d’être plus soucieux pour la nudité que pour le racisme et l’homophobie.

Les réseaux sociaux luttent assez modestement contre le racisme

SOS homophobie, UEJF, SOS Racisme ont noté que les réseaux sociaux sont pour le moins assez cléments avec le racisme, bien plus qu’avec une photo de peinture suggérant la nudité. Pour le prouver, les associations ont repéré des commentaires ouvertement racistes, les ont signalés aux réseaux sociaux et ont attendu…

Le racisme a de beaux jours devant lui sur les réseaux sociaux

Le résultat, c’est qu’entre le 31 mars et le 10 mai 2016, sur les 586 commentaires ou contenus racistes publiés sur les réseaux sociaux, bien peu ont disparu ! Le plus mauvais élève de la classe semble être Twitter, puisque seuls 4% des signalements ont été censurés. Les associations dénoncent : « Twitter est donc l’acteur s’étant le moins conformé à ses obligations légales et à ses propres conditions générales d’utilisation ».

YouTube serait presque à égalité avec le précédent, car avec 225 contenus signalés et seulement 16 supprimés, cela ne représenterait que 7%. Facebook, même s’il fait figure d’élève modèle, n’enregistre que 34% de suppressions des commentaires racistes envoyés, ce qui reste assez faible aux yeux des associations de lutte contre le racisme et l’homophobie.

Pour Sacha Reingewirtz, le président de l’UEJF il s’agit d’un sujet très grave : « La plupart des signalements ne font l’objet d’aucun traitement. Il existe ainsi une quasi-impunité pour ceux qui attisent la haine sur l’Internet ». Ces quelques chiffres ne sont qu’un préambule, car les trois associations ont effectué une étude très complète qui sera publiée dimanche 15 mai, lors de la deuxième édition des assises de la lutte contre la haine sur internet.

Dominique Sopo, le président de SOS Racisme a été beaucoup plus dur envers les réseaux sociaux en affirmant : « Il semble que ces plateformes préfèrent censurer des photos de seins plutôt que des appels aux meurtres contre des homos, des arabes ou des juifs. Qu’elles s’expliquent donc sur ce choix-là ». Pour lui, Facebook, Twitter, YouTube et bien d’autres n’affichent qu’une transparence de façade et démontrent plutôt un laxisme des systèmes de modération.

Ces carences importantes sont le terreau fertile du racisme, de l’homophobie, de la haine, du harcèlement en ligne, du sexisme, de l’indifférence généralisée, mais aussi du terrorisme et de la propagande djihadiste.

Source

5 commentaires

  1. Maud Cambronne on

    Pour être offensé(e) par la vue de seins ou fesses, ou pour considérer que ça pourrait être offensant, il faut vraiment ne pas être bien net, vraiment pas bien dans sa tête et dans son corps.

    Pauvres gens, obsédés sexuels, il faudrait pouvoir les soigner!

    D’autant plus que ces vicieux (ou vicieuses) se permettent de donner des leçons de morale.

  2. C’est juste une culture différente, de la a dire qu’ils sont pas bien dans leur tête…
    Imagine un gars se promener a poil dans la rue? Dans certaines culture ( chez les nudistes, certaines tribus) ça choquerait pas.
    La liberté d’expression est dans la constitution américaine. Nous ça nous choque quand quelqu’un dit ce qu’il pense si c’est mal, la bas c’est un bout de sein….

  3. Je trouve que c’est très bien comme ça. La nudité ça se voit tout de suite et même si ce n’est pas (très) offensant généralement, ça n’est pas non plus toujours agréable à regarder. Je suis très content que Facebook maintienne une certaine « propreté » à ce niveau la. Celui qui veut de la nudité… on sait ou la trouver.

    Le racisme en revanche, ce sont des mots, il faut les lire, et les interpréter, et le caractère raciste ou non de certains propos est plus souvent sujet à discussion qu’on ne le pense. C’est parfois ambigu et discutable donc il est normal que ça ne soit pas modéré aussi rapidement et efficacement que la nudité.

    Cela laisse encore la place à la liberté d’expression. Les réseaux sociaux qui se mettraient à imposer la bien-pensance de certains lobbys et à appliquer un régime étouffant du stricte politiquement correcte, ne mériteraient plus a mon sens, d’avoir des inscrits.

    EN GROS, Je suis parfaitement satisfait de l’état des choses, constaté par les éternellement mécontent lobbys (juifs entre autres…) qui agacent la population française en exagérant toujours sur l’antisémitisme.
    Des paranos, des fausses victimes, bref des casse co**lles

    • Eric

      Je ne suis pas d’accord avec la fin de votre commentaire, car je ne pense pas qu’on pointe l’antisémitisme de façon exagérée dans ce pays, car c’est une réalité, malheureusement.

Répondre

Lire les articles précédents :
Apple parie sur Didi pour sa croissance en Chine
Apple investit un milliard de dollars sur Didi, le Uber chinois

La firme de Cupertino vient de jouer un très gros coup de poker en Chine. Apple vient en effet d’investir...

Fermer