Prise en main et test de la montre connectée Smartwatch Simvalley AW-414.Go sous Android. Une très bonne surprise à découvrir absolument.

1315 Test utilisateur : une semaine avec la montre connectée Smartwatch Simvalley AW 414.Go sous Android

Les montres connectées ou « intelligentes » sont au cœur de l’actualité high-tech depuis quelque temps. En fait depuis que des rumeurs indiquent qu’Apple travaillerait sur un projet de iWatch, et se préparerait à provoquer dans le monde des montres connectées la même déflagration que celle générée par l’iPhone dans la téléphonie mobile ou l’iPad dans les tablettes.

Info ou intox ? Difficile à dire, mais on dirait que le buzz s’est quelque peu éteint depuis quelques semaines. Qu’importe, pendant ce temps d’autres fabricants travaillent sur leur propre version d’une montre intelligente, et l’offre s’enrichit jour après jour. Profitons-en d’ailleurs pour rappeler que les premières montres de ce type ne datent pas tout à fait d’hier. Sur Presse-citron nous en avions déjà testé deux, la première, la LG Watch, en 2009, l’autre, la MotoActv, en 2012. J’avais d’ailleurs adopté cette dernière au quotidien – alors que généralement je ne porte pas de montre – tant elle était séduisante, agréable à utiliser, belle et pratique. Malheureusement elle a terminé sa carrière récemment lors d’une stupide chute qui a eu pour effet de pulvériser son écran façon puzzle. Et comme Motorola, fidèle à sa politique marketing totalement inconséquente, a arrêté le produit à peine six mois après l’avoir lancé en grandes pompes, je n’ai pas cherché à la faire réparer. J’ai depuis peu remplacé la MotoActv par une Sony Smartwatch, très sympa aussi mais beaucoup trop dépendante d’un smartphone (à tel point que sans smartphone à proximité elle ne donne même pas… l’heure).

Ce qui amène à une question : une montre intelligente, c’est quoi exactement ? Est-ce une montre connectée et totalement autonome comme la Simvalley dont je vais vous parler après, autrement dit un « simple » smartphone miniaturisé incluant toute la techno d’un smartphone (carte SIM, 3G, GPS, APN, WiFi, etc) ou quelque-chose qui vient en complément de nos appareils mobiles et invente de nouveaux usages ? J’ai l’idée que si un leader comme Apple sort un jour un iWatch, ce serait la deuxième option qui serait retenue. Wait and see.

Prise en main et premières impressions

Alors cette Smartwatch Simvalley AW-414.Go sous Android, qu’a-t-elle dans les tripes exactement ? Vous savez quoi, quand Pearl, à qui l’on doit des marques comme SimValley, Touchlet ou encore 3D FreeSculpt, m’a proposé un prêt pour la tester, j’ai dit oui mais sans grande conviction. Je m’attendais à un gadget bien merdique et inutilisable comme certains producteurs asiatiques savent si bien les faire. Je redoutais donc un truc lent, qui plante et qui lag, anti-ergonomique, moche et inutile. Oui j’avoue, j’ai quelques préjugés, parfois.

Et bien je me suis complètement trompé, dans les grandes largeurs. Dès la première utilisation cette montre m’a littéralement bluffé par son fonctionnement, sa facilité d’utilisation et sa fluidité. Elle est d’ailleurs plus véloce que la plupart des smartphones Android que j’ai pu avoir jusqu’à présent, probablement en raison de son petit écran de de 1,5 pouce et 240×240 pixels qui nécessite beaucoup moins de ressources.

Autre bonne surprise, qui ne laisse de m’étonner également : toutes les applications Android que j’ai essayé d’installer et de faire fonctionner dessus marchent parfaitement, dans un format adapté à la taille et la résolution de l’écran. Citons en vrac – en plus des nombreuses apps installées nativement, dont YouTube – Spotify, Le Point, Europe1, Twitter, Facebook, Shazam, La Chaine Météo, et même Flipboard. Quant à TF1 (ne m’engueulez pas, c’est la première que j’ai trouvée sur le Play Store), regarder la télé sur une montre fait toujours son petit effet et rappelle de vieux rêves d’enfance, quand tout cela ressemblait juste à de la science-fiction.

Pour le reste on n’est pas dépaysé puisque la montre tourne sous une version récente d’Android, à savoir Android 4.2.2 Jellybean, et que l’on y retrouve ses petits très vite, une fois que l’on s’est connecté à son compte Google. Tout se déroule alors comme avec un smartphone : le Play Store est là pour télécharger ses apps favorites et tout se fait aussi facilement qu’avec n’importe-quel appareil sous Android.

Une ergonomie parfaitement adaptée

L’ergonomie est quant à elle étonnante pour un engin de cette taille : le petit écran AMOLED est très réactif et ne demande que de légers effleurements pour faire défiler les pages sur lesquelles les icônes d’applications sont présentées par carrés de quatre. Concernant les commandes, le fonctionnement est le suivant.

  • bouton extérieur haut : allumer l’écran, on arrive alors sur l’horloge
  • faire glisser l’horloge vers la gauche pour accéder aux apps
  • ensuite, défilement de droite à gauche ou de gauche à droite entre les apps
  • pour revenir à l’écran précédent, bouton extérieur bas
  • pour fermer une app ou revenir à l’écran précédent, faire glisser le doigt du bord de l’écran vers le centre de la droite vers la gauche
  • pour revenir au premier écran, bouton extérieur bas

Bon, pour la saisie de texte sur le clavier microscopique, il va falloir un peu de temps et de patience mais on y arrive. Vous n’écrirez probablement pas le nouveau code civil dessus, mais pour saisir un texto ou une adresse email ça passe. Notez que la montre est livrée avec un mini-stylet qui facilite la saisie de certaines opérations.

Téléphonie

Cette Smartwatch est donc aussi un téléphone miniature, et de ce point de vue elle remplit aussi parfaitement son rôle. Une fois connecté à votre compte Google tous vos contacts sont récupérés, et il suffit d’aller chercher celui désiré pour lancer un appel. Là encore on se retrouve un peu en mode James Bond puisqu’il faut approcher la montre de sa bouche pour parler, l’écoute se faisant par défaut en mode haut-parleur. Pas très discret dans la rue mais tellement amusant. Pour régler la question, je suppose qu’une oreillette BlueTooth fera l’affaire, mais n’utilisant pas ce genre de dispositif, je n’ai pas pu tester.

Internet

Le navigateur d’origine affiche curieusement une icône qui évoque plutôt Internet Explorer, mais selon toute vraisemblance il s’agit bien du navigateur Android. Cela ne vous convient pas ? Hop, un petit tour sur le Play Store et vous installez Chrome. Et du coup vous récupérez au passage tous vos favoris et votre historique de navigation directement sur votre poignet, sans effort. Bien sûr ce sera vraiment un internet d’appoint et il vaut mieux avoir une très bonne vue, mais ça peut dépanner. En 3G tout est fluide, et avec un bon WiFi ça dépote.

GPS/navigation

Perdu dans la ville ? La Simvalley AW-414.Go va aussi vous sauver la mise : d’origine vous avez le choix entre Google Maps et Google Maps Navigation (mais vous pouvez installer d’autres apps de localisation/navigation). Après activation du GPS tout fonctionne parfaitement comme sur votre smartphone Android préféré.

Son

Le son est correct, pas trop nasillard, mais pas super puissant, évidemment. En revanche je n’ai encore pas trouvé comment on règle le volume. Selon toute logique un appui sur une des touches extérieures devrait permettre de le faire, mais cela ne semble pas être le cas. Si je trouve entretemps, je ferai une mise à jour ici. Petit regret : la montre n’est pas équipée d’une sortie jack 3.5 pour brancher un casque audio.

Photo/vidéo

La Simvalley AW-414.Go est donc dotée d’un appareil-photo, un capteur de 3 megapixels (quand même) situé sur la tranche droite de la montre entre les deux boutons de fonction. Celui-ci permet de faire des photos et des vidéos de qualité correcte. En revanche la disposition et l’orientation de l’objectif sont vraiment déroutantes, et même si on a la visée sur l’écran en direct, on a du mal à saisir le sens dans lequel on doit shooter. Une question d’habitude, en fait.

Voir deux photos faites avec la montre ci-dessous. Photos brutes non retouchées, cliquez dessus pour le voir dans leur taille d’origine. Notez leur format carré, « Instagram ready » icon smile Test utilisateur : une semaine avec la montre connectée Smartwatch Simvalley AW 414.Go sous Android

IMG 20131204 143145 Test utilisateur : une semaine avec la montre connectée Smartwatch Simvalley AW 414.Go sous Android

IMG 20131204 142923 Test utilisateur : une semaine avec la montre connectée Smartwatch Simvalley AW 414.Go sous Android

Et une vidéo dans sa résolution d’origine à savoir 420 x 315

Autonomie

C’est souvent le point faible de ce genre d’appareil. D’après l’utilisation que j’en ai faite, il s’avère en effet que l’autonomie de la Simvalley AW-414.Go (annoncé « jusqu’à 75h en veille »)  est un peu juste : avec la 3G activée, mais sans GPS ni WiFi on tient une bonne journée, à condition de ne pas trop solliciter la bête, soit environ 12 à 14 heuresq. Avec en plus le WiFi et le GPS, on tiendra une « petite » journée, soit entre 8 et 12 heures, et moins bien sûr si on regarde des vidéos.

Les applications

Le package d’origine est assez impressionnant. En substance on a droit à la plupart des services Google, même si, étonnamment, Drive et Chrome ne sont pas installés d’origine. Voici donc la liste des apps disponibles nativement sur la montre :

  • Navigateur
  • Recherche
  • Téléphone
  • Contacts
  • Appareil photo
  • Galerie
  • SMS/MMS
  • Horloge
  • Alarmes
  • Musique
  • Téléchargements
  • Calculatrice
  • Agenda
  • Email
  • Gestionnaire de fichiers
  • Gmail
  • A faire
  • Boite à outils
  • YouTube
  • Actualité et Météo
  • Flash Player (?)
  • Flux d’actus
  • Google
  • Google+
  • Google+ Photos
  • Hnagouts (ne marche pas sur ma montre, me demande toujours une autorisation que je ne trouve pas)
  • Lecteur Google Vidéo
  • Local
  • Maps
  • Navigation
  • Play Films
  • Play Livres (oui on peut lire des livres sur cet écran) icon smile Test utilisateur : une semaine avec la montre connectée Smartwatch Simvalley AW 414.Go sous Android
  • Play Musique
  • Play Store
  • Recherche vocale
  • Sauvegarder
  • Paramètres Google

Ça vous suffira ?

Des défauts ?

Oui ! Même si j’ai été vraiment séduit par cette Simvalley AW-414.Go, elle comporte quelques défauts très agaçants, mais qui sont probablement dus à sa petite taille et aux compromis que celle-ci suppose. Tout d’abord, le premier truc surréaliste : pour installer une carte mémoire MicroSD et la carte SIM, il faut… dévisser deux trappes. Oui : dévisser. Et comme nous sommes dans le très miniaturisé, cela nécessite un tournevis d’horloger, mais aussi, une loupe d’horloger, une vue d’horloger. Et une patience d’horloger. D’autant que pour corser le tout sinon ça serait trop simple, les vis des deux trappes sont différentes. En tout 6 vis, dont les deux plus petites sont petites comme des têtes d’épingle. Je me demande encore comment je suis arrivé à faire ça. D’ailleurs le constructeur est conscient de cette aberration ergonomique car plusieurs vis sont fournies en plus dans le sac contenant le tournevis… Pour la carte SIM ce n’est pas trop grave car généralement on ne la change pas si souvent, mais pour la MicroSD c’est juste débile, et vous allez comprendre tout de suite pourquoi : le deuxième gros défaut de cette montre est qu’elle n’est pas reconnue comme unité de stockage de masse. Je sais, c’est étrange pour une machine Android, mais aucun menu ne permet cela dans les paramètres, et quand on la connecte à un PC, elle n’est pas reconnue. En tout cas pas chez moi, alors que le message indiquant qu’elle passe en stockage de masse s’affiche sur son écran. Peut-être une problème de driver.

Du coup, vu la difficulté du truc, oubliez tout de suite l’idée de sortir la carte SD pour récupérer vos photos, et comme elle n’est pas non plus reconnue comme clé USB, il ne reste qu’une solution : le cloud, via Google Drive par exemple. Pas idéal quand vous avez plusieurs GO de photos et vidéos à transférer…

Autre caractéristique assez peu pratique : aucun chargeur n’est fourni, ce qui impose de charger la montre sur un PC via USB. Comme il faut la charger souvent, vous voyez le problème : obligé de vous trimballer avec un PC ou d’acheter/trouver un chargeur compatible. D’autre part pour la charger il faut la connecter dans une sorte de coque qui peut s’avérer pratique pour sa protection, mais qui rend son utilisation impossible car les boutons ne sont plus accessibles, et l’écran difficile à atteindre.

En conclusion

La montre connectée Simvalley AW-414.Go est un super gadget mais elle est un peu plus que cela :  sa connectivité complète, la puissance de son processeur Dual Core 1,2 GHz et son OS  Android en font une machine qui peut s’avérer très pratique pour des usages instantanés au quotidien. Voyez-là comme un mini-smartphone, qui permet de faire tout ce que fait un smartphone, à condition d’avoir une très bonne vue et les doigts fins, ou d’utiliser le mini stylet fourni. A 199 euros ce n’est pas vraiment donné mais c’est certainement le prix de la rareté et de la miniaturisation.

J’aime bien

  • la taille
  • tout Android dans une montre !
  • la fluidité de l’ensemble
  • la qualité de l’écran
  • les applications disponibles d’origine

J’aime moins

  • les trappes à dévisser pour installer les cartes mémoire et SIM !
  • pas de chargeur
  • autonomie un peu juste
  • pas reconnue comme unité de stockage de masse
  • coque de chargement peu pratique

Caractéristiques principales

  • Écran tactile haute sensibilité AMOLED : écran 4 cm (1,54″), 240 x 240 pixels
  • Stylet (founi) pour écran tactile, précis et multipoint
  • Quadribande GSM 850 / 900 / 1800 / 1900
  • Emplacement pour carte micro SIM
  • Mémoire variable : MicroSD / SDHC jusqu’à 32Go
  • Interfaces : Wi-Fi (IEEE 802.11 b/g), 3G+, Bluetooth
  • Système d’exploitation : Android 4.2.2 JellyBean
  • Navigation : GPS, accéléromètre, boussole numérique
  • APN Photo et Caméra 3 Mpxls interpolés
  • Batterie li-ion (600mAh), autonomie jusqu’à 75 heures
  • Vibreur
  • Boîtier métallique résistant à l’eau : IP65
  • Processeur Dual Core : Cortex A7, 2 cœurs, fréquence d’horloge 1,2 GHz
  • Stockage interne : 1Go
  • 512 Mo de RAM
  • Inclus : stylet, batterie, câble USB et guide de démarrage rapide