Pour partager une passion ou une expertise sur le web, il y a eu les pages personnelles, les forums, puis les blogs, puis les micro-blogs puis les réseaux sociaux. Et maintenant il y a la curation, ou content curation, soit l’assemblage « intelligent » ou éditorialisé (ah merde, ce mot n’existe pas non plus dans mon dico

Pour partager une passion ou une expertise sur le web, il y a eu les pages personnelles, les forums, puis les blogs, puis les micro-blogs puis les réseaux sociaux. Et maintenant il y a la curation, ou content curation, soit l’assemblage « intelligent » ou éditorialisé (ah merde, ce mot n’existe pas non plus dans mon dico Firefox) de contenus. J’en ai déjà parlé à l’occasion de mon récent compte-rendu sur le Web’10.

montage Un incroyable outil de curation de contenu pour créer votre magazine en ligne

La curation de contenus pourrait être pour un individu « le blog pour les feignants » ou en tout cas pour ceux qui souhaitent avoir leur espace de connaissance sur la toile sans avoir le temps ni l’envie de bloguer. Le blog pour les non-blogueurs en quelque sorte.

Des services comme Paper.li, qui agrègent et permettent de partager facilement des liens issus de Twitter, ou encore le tout récent Scoop.it, s’acquittent de cette fonction, avec une idée en tête : rendre la création et la personnalisation de contenus verticaux (ou thématiques en vieux français) la plus simple et la plus intuitive possible.

Dans le même genre, Montage des FuseLabs de Microsoft est une pure tuerie. En tout cas c’est l’impression que m’a laissé le service à sa première utilisation.

Ici, tout est d’une simplicité enfantine : après vous être inscrit (via Twitter Connect par exemple, ça va plus vite), vous saisissez un mot-clé sur le magazine que vous souhaitez créer, et le moteur de recherche de Microsoft Bing va chercher les contenus correspondants, puis les assemble dans une page dynamique de style journal. Si le rendu vous convient, vous n’avez plus qu’à valider et partager votre nouveau bébé, là aussi d’un clic, sur Twitter.

Les options de personnalisation sont de la même veine, c’est à dire ridiculement simples et intuitives : vous pouvez choisir le style de mise en page parmi plusieurs modèles, le fond de page, ainsi que le logo. Mais vous pouvez également pousser plus loin l’organisation de vos contenus en choisissant dans chaque bloc ce que vous souhaitez ajouter, parmi plusieurs types d’informations, comme des flux RSS, des vidéos, des commentaires Facebook, un graphe Twitter, des news et même vos propres articles à l’aide d’un éditeur enrichisseur de texte.

montage021 Un incroyable outil de curation de contenu pour créer votre magazine en ligne

Une fois votre magazine terminé, vous l’enregistrez et vous le publiez, sans être toutefois obligé de le partager. Vous pouvez ensuite revenir dessus pour le modifier, le compléter ou le dépublier. Seule limite : pour le moment Montage ne propose qu’une page. Il est par conséquent impossible de créer un « vrai » site multipages, et les gabarits par blocs, même s’ils sont ajustables par glissement de la souris, ne permettent pas une grande diversité de présentation. D’autre part, il n’est pas possible de modifier les titres des contenus importés, ce qui enlève une partie de l’intérêt à l’édition des contenus.

Cela étant, le rendu est vraiment flatteur, et vous pouvez en voir quelques exemples dans la galerie, ou avec les deux pages que j’ai créées, sur Obama et sur le Samsung Galaxy Tab.

Devenir éditeur de magazines aussi facilement, ça n’a pas de prix. D’ailleurs, Montage est gratuit.