Alain Bashung, vertige de la mort

On ne le verra plus dans le Vercors. On redoutait juste la mauvaise nouvelle en espérant que l’échéance inéluctable serait repoussée encore un peu, mais le compte à rebours est arrivé à son terme : Alain Bashung est mort ce jour à l’hôpital Saint-Joseph à Paris des suites d’un cancer. Je laisse les hagiographies aux

On ne le verra plus dans le Vercors. On redoutait juste la mauvaise nouvelle en espérant que l’échéance inéluctable serait repoussée encore un peu, mais le compte à rebours est arrivé à son terme : Alain Bashung est mort ce jour à l’hôpital Saint-Joseph à Paris des suites d’un cancer.

Je laisse les hagiographies aux spécialistes, je voulais juste dire qu’on est quelques-uns à avoir un peu les boules, et ça vaut tous les hommages du monde pour cet artiste hors normes.

Me faire ça à moi, d’habitude quand je rentre, tout est prêt…


61 commentaires

  1. Unique, immense et inégalable !
    Un grand Monsieur de la chanson française nous quitte mais restera à jamais dans un coin de notre tête grace à ses mélodies et splendides textes inoubliables !
    Les meilleurs partent toujours en premier …

  2. CRUELLE PERTE………Grand précipice rempli d’un vide épais à l’annonce de sa mort………….
    Bien qu’il nous laisse de nombreux bijoux …………
    Un BASHUNG vivant sur cette terre enjolivé notre petite monde, un surdoué de l’expression, il m’a envoûté,captivé,troublé,fasciné depuis 20 ans..
    Un singulier artiste, un monstre sacré, il a rejoint GASBARD ……….CES HOMMES Là devraient être IMMORTELS…..Je suis trop peinée de savoir qu’une telle sensibilité et générosité est partie…. Tu nous as tant donné dans tes petites entreprises, .Je perd un compagnon de vie et d’esprit…..Je t’aime BASHUNG ……………. JE ne t’oublierais jamais………
    olga

  3. J’ai appris cette nouvelle tout à l’heure, je savais qu’il était pas bien (on l’a tous compris après les victoires de la musique si on le savait pas), mais de là à penser qu’il pourrait décéder si vite. C’est une bien triste nouvelle.

  4. Dommage qu’il parte si vite, il était encore jeune, finalement… mais au fait, c’est comment qu’on freine ?
    Sinon c’est encore un super bon titre, Eric : tu voles la vedette à Libé 🙂
    Bashung appréciera, j’en suis sûr…

  5. Ecouter « La Nuit » c’est replonger dans l’émotion qui accompagne pratiquement toutes ses chansons – Je l’ai découvert tardivement avec « Osez , osez Joséphine  » et que dire de  » Madame rêve  » ! Eblouissant ! (Paix sur lui )

  6. Un Artiste s’en va… il en reste peu comme lui… et au-delà de sa perte, c’est ce qui me désole…
    Le vide musical nous phagocyte !

    Toutes mes pensées vont à ses proches et à tous ceux qui ont eu la chance de le connaître.

  7. Pingback: Non mais Bashung… | Pingoo.com

  8. Ça me file la gerbe. Tous ces hommages. Moi qui connais l’arrière salle.
    Non mais regardez-les, les professionnels de la profession se prosterner devant “l’immense talent” d’Alain Bashung, les femmes et les hommes publics se fendre de platitudes : “le dernier des géants”, ce “prince qui nous a quittés”, cet “immense chanteur” !
    Pouah !
    Et ça pleure, crocodiles, et ça se bouscule en témoignages faux-jetons aux micros et téléphones tendus de toutes les rédactions.
    C’est le temps des charognards.
    De l’émotion feinte de circonstance.

    Mais que connaissent-ils du strasbourgeois ?
    L’ont-ils seulement entendu ?

    Et les autres, hommes de radio formatée jusqu’à l’os, hormis trois titres et demi, qu’ont-ils diffusé de Bashung, sinon des rengaines, la face immergé de l’Iceberg, mais jamais la substantifique moelle.
    Jamais le difficile.

    Ferré avait raison : “La lumière ne se fait que sur les tombes !”.

  9. Pingback: » Daily Digest for 15/03/2009 iJulien

  10. Pingback: blog test via un flux rss google reader » Archives du Blog » Alain Bashung, vertige de la mort

  11. Je pense que ce qui est à saluer aussi est la grande discrétion du mec. Surtout avec un talent pareil.

    Il n’y a franchement pas beaucoup d’autres (vivants ou pas) à avoir, justement, suffisamment de talent pour ne pas avoir besoin de l’étaler comme l’impose notre époque. Il était tout en retenu (ou en timidité) qui n’a fait que traduire une immense sensibilité et authenticité. Je ne retrouve, pour ma part, ces deux qualité nulle part chez d’autres, en dehors des termes sortis comme ça pour un usage marketing « élogieux » (mais totalement superficiel).

    Qui d’autre aura les épaule d’apporter une œuvre de cette qualité sans le clamer partout ? Ils devraient vite choper l’agent, le conseillé en image, etc. de Bashung mais justement, le secret est peut-être qu’il n’en avait pas, lui.

  12. Je pense que ce qui est à saluer aussi est la grande discrétion du mec. Surtout avec un talent pareil.

    Il n’y a franchement pas beaucoup d’autres (vivants ou pas) à avoir, justement, suffisamment de talent pour ne pas avoir besoin de l’étaler comme l’impose notre époque. Il était tout en retenu (ou en timidité) qui n’a fait que traduire une immense sensibilité et authenticité. Je ne retrouve, pour ma part, ces deux qualités nulle part chez d’autres, en dehors des termes sortis comme ça pour un usage marketing « élogieux » (mais totalement superficiel).

    Qui d’autre aura les épaules d’apporter une œuvre de cette qualité sans le clamer partout ? Ils devraient vite choper l’agent, le conseillé en image, etc. de Bashung mais justement, le secret est peut-être qu’il n’en avait pas, lui.

  13. je connaissais sans vraiment écouter… mais le bonhomme était indéniablement talentueux, discret et touchant sous ses airs un peu perdus.

    Non, je n’écoutais pas ses chansons, mais je vais m’y mettre, assurément.

    Bonne route…

  14. …en fait, je viens de comprendre pourquoi je ne m’y étais jamais mis à sa musique.

    Bashung, c’est le genre d’artistes qu’on a connu tout petit, qui nous suivent en permanence, qu’on aperçoit/entend au détour d’une émission pas trop pourrie. On sait qu’il est là, alors on se dit qu’il n’y a pas d’urgence, qu’il sera encore là demain.

    Le propre d’un monument, en somme.

  15. Il était imperturbablement bon, en fait !!! Et pourtant moi d’habitude la chanson Française, même habillée de Rock, c’est pas trop ce que j’écoute… J’écoute plutôt du métal extrème d’habitude, c’est dire combien il était unique pour moi… Il n’était pas le seul, mais il n’y en a pas beaucoup croyez moi (et là je ne fais même pas de jugement de valeurs à la limite). à quoi c’est dû…

  16. La derniere fois que je l’ai vu c’était en concert à la salle polyvalente le 20/11/2008 à Montfavet (84510) concert inoubliable,malgré sa maladie.Voilà après gainsbourg me voilà bien orphelin.Enfin Il va retrouvé du bon monde là-haut pour faire des boeufs.Jamais la grosse tête, tout en retenu et élégance ,dandy à la voix si particuliére, je te salue. respect.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies