Connect with us

E-commerce

Amazon répartit son deuxième siège social entre deux villes

Alors qu’il a fait part de sa volonté d’ouvrir un deuxième siège il y a un an, Amazon répartirait finalement son nouveau siège entre deux villes, un choix inédit. Mais pourquoi une telle décision de la part de la compagnie ?

Il y a

le

siege Amazon Londres

Un article publié par le New York Times laisse entendre qu’Amazon ferait le choix de répartir son second siège social sur deux villes plutôt qu’une seule, une initiative inhabituelle pour un grand groupe. Néanmoins, la firme se tournerait vers cette solution pour éviter de manquer d’ingénieurs informatiques dans une seule ville, une situation qui ne doit absolument pas se produire pour une firme aussi importante.

Amazon veut réduire les problématiques liées à l’ouverture d’un nouveau siège social

Après l’ouverture de son premier siège à Seattle, Amazon se tournerait ainsi vers deux lieux différents : Long Island (New York) et Crystal City (Virginie). Il semblerait que la firme soit sur le point de conclure un accord débouchant sur son installation. Pour rappel, le siège de Seattle embauche déjà plus de 45 000 personnes, ce qui rend le recrutement difficile dans la ville d’origine d’Amazon. Par conséquent, ce dernier prévoit d’embaucher près de 50 000 personnes qui seront réparties entre les deux villes et payées environ 100 000 dollars en moyenne par an. Pour mener ce projet à bien, la compagnie investira un total de 5 milliards de dollars répartis sur vingt ans.

> Lire aussi :  Snap et Amazon s’allient dans le e-commerce

Si l’on en croit le journal, Amazon ferait le choix de se tourner vers deux villes afin de répartir le recrutement des profils technologiques sur deux sites plutôt qu’un seul. De la même façon, les charges liées à la logistique et à l’économie seront moindres, réduisant par exemple les embouteillages et le problème de logements.

Au début de ses recherches, la compagnie de Bezos avait présélectionné une vingtaine de sites comme Boston, Chicago, Los Angeles, Pittsburgh et autres. Cette étape avait entraîné un important intérêt des villes pour le projet d’Amazon, qui mesuraient les bénéfices de l’arrivée d’un tel groupe. De fait, la majorité avait fait de nombreuses propositions à Amazon, évoquant parfois des avantages fiscaux pour séduire le groupe.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Dernières news

Les bons plans

Les tests